Jeudi, 23 mai 2024
Dossier > Logistique >

Canal de Suez : Vers de nouveaux horizons

May Atta , Samedi, 02 septembre 2023

Le plan de renforcement des capacités logistiques du Canal de Suez se poursuit. Objectif : transformer le canal en plaque tournante mondiale du commerce de transit. Explications.

Canal de Suez : Vers de nouveaux horizons

« L’Egypte possède une vision intégrale visant à transformer le Canal de Suez en un centre logistique mondial ». C’est ce que vient de souligner le chef de l’Autorité générale pour la zone économique du Canal de Suez, Walid Gamal El-Din, lors de la cérémonie organisée la semaine dernière pour célébrer le nouveau classement du port de l’Est de Port-Saïd, à l’entrée nord du Canal de Suez, au 10e rang mondial dans le domaine de la manutention des conteneurs. Selon le rapport de la Banque Mondiale (BM), le port de Port-Saïd a progressé de trois rangs pour se positionner, parmi 348 autres, à la 10e place sur l’Indice mondial de performance des ports à conteneurs (CPPI) 2022 contre la 13e place en 2021. En effet, 80 % du commerce des conteneurs en Egypte passent par le port de l’Est de Port-Saïd. Le port a accueilli 1 565 navires en 2022-2023, soit une augmentation de 6,4 % par rapport à l’année 2021-2022. Selon la BM, le port a réalisé une croissance remarquable au cours de l’année 2022 en ce qui a trait au transport des marchandises vers les marchés du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, des Etats-Unis et du Gabon. Le CPPI compare les performances de 348 ports à conteneurs dans le monde selon leur efficacité, en mesurant la durée des cycles de déchargement-chargement des navires. La Zone économique du Canal de Suez (SCZone) a célébré également l’annonce de la construction d’un nouveau terminal polyvalent à Port-Saïd, ainsi que l’inauguration d’un service d’approvisionnement des navires en carburant traditionnel et vert. « Le port de l’Est de Port-Saïd s’élance vers la mondialisation ; cela permettra de maximiser les bénéfices recueillis de la situation stratégique du port et de sa proximité de l’entrée nord du Canal de Suez, ce qui en fait la porte d’entrée de l’Afrique sur la Méditerranée orientale et une fenêtre sur les marchés européens », souligne Walid Gamal El-Din.

Projets logistiques

Au sud du Canal de Suez, dans la zone industrielle intégrée d’Al-Aïn Al-Sokhna, un autre projet logistique se concrétise. Un nouveau terminal d’une capacité de 1,7 MEVP verra prochainement le jour dans le port de Sokhna, sur la mer Rouge. La construction, la gestion et l’exploitation de ce nouveau terminal à conteneurs ont été attribuées en 2021 à un consortium composé de la société chinoise Hutchison Ports, l’un des principaux investisseurs et exploitants portuaires de la société d’Etat chinoise COSCO Shipping et de la compagnie maritime française CMA CGM. « Après son développement, le port d’Al-Aïn Al-Sokhna sera le plus grand terminal à conteneurs d’Egypte, avec sa longueur de 2 600 m, sa superficie totale de 1,6 million de m2 et sa capacité de 3,5 millions d’unités équivalent vingt pieds (EVP). Le nouveau terminal permettra de recevoir des navires géants d’une longueur de 400 m », a déclaré Kamel Al-Wazir, ministre du Transport. Et d’ajouter que « le développement des terminaux permettra de construire un corridor logistique reliant la mer Rouge et la Méditerranée pour servir le commerce mondial entre l’Est et l’Ouest ».

Renforcer la compétitivité du canal

En effet, le ministère du Transport a élaboré une stratégie intégrale à court et moyen termes qui vise à renforcer la compétitivité du Canal de Suez et à maximiser sa position en tant qu’artère vitale et sûre pour le commerce international. Le Canal de Suez est considéré comme la voie navigable la plus courte reliant la Méditerranée à Port-Saïd et à la mer Rouge. Le canal brasse plus de 10 % du commerce maritime mondial et représente l’une des premières sources de devises pour l’Egypte. L’importance du canal augmente avec la croissance du transport maritime et du commerce mondial. Le transport maritime est considéré comme étant le moyen de transport le moins cher, et c’est pourquoi plus de 80 % du commerce mondial sont transportés par route ou par voie maritime. Ce canal permet de réduire le temps et la distance et, par conséquent, réduire les frais de fonctionnement pour les navires en transit. « Tous ces facteurs ont encouragé le gouvernement à mettre en place un plan pour développer le canal et l’utiliser comme hub logistique et pas seulement comme voie navigable », affirme Khaled El-Chafei, expert économique. En effet, le plan de développement du canal a commencé en 2015 lorsque l’Egypte a inauguré son nouveau Canal de Suez dans le but de fluidifier le trafic et lui faire gagner du temps.

Aujourd’hui, le plan de diversification des activités du Canal de Suez se poursuit, avec de gros investissements et des expertises multinationales. « L’augmentation de la capacité de navigation à travers le canal a aidé à développer plusieurs types de services logistiques. La région de la zone économique du Canal de Suez présente aujourd’hui plusieurs services logistiques aux navires qui passent dans le canal, comme la maintenance, le ravitaillement et l’aide médicale aux équipages. Le port comprend aussi des dépôts pour conteneurs, ce qui permet aux grands bateaux d’y laisser leurs chargements pour que d’autres bateaux, plus petits, viennent les prendre et les amener plus facilement à l’autre bout du monde », explique l’économiste Khaled El-Chafei. Résultat : le Canal de Suez a enregistré des recettes record au cours de l’exercice 2022- 2023, avec des revenus de 9,4 milliards de dollars, les plus grands de son histoire. Sur l’année 2021-2022, l’exploitation du Canal de Suez a généré 7 milliards de dollars de revenus. L’élargissement du canal et l’approfondissement de la voie navigable ont permis d’accueillir les méga-porte-conteneurs qui ne pouvaient pas le traverser auparavant. En janvier 2023, Logos Hope, un navire unique en son genre, véritable bibliothèque flottante, visita le port de Port-Saïd au Canal de Suez, ce qui témoigne de la capacité de la zone économique à accueillir, sécuriser et fournir tous les services aux navires de toutes tailles et de tous types. « Les capacités du Canal offrent encore des perspectives prometteuses. Le gouvernement doit injecter davantage d’investissements afin d’augmenter le volume de commerce de transit et d’améliorer son indice de performance logistique au niveau mondial », conclut El-Chafei.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique