Samedi, 13 avril 2024
Dossier > Problème démographique >

En Chine, une experience unique

May Atta , Vendredi, 02 juin 2023

Du concept d’un « pays fort à forte population » à la politique de l’enfant unique, puis à sa suspension, la Chine a toujours fait de la démographie un enjeu politique et économique majeur. Focus.

En Chine, une experience unique

Comment la Chine a-telle fait face au problème démographique ? Avec une population estimée à 1,5 milliard d’habitants, la Chine a été le pays le plus peuplé de la planète pendant plusieurs décennies, avant de laisser sa place, depuis fin avril dernier, à l’Inde. Profiter de la force de la démographie était le moteur de la stratégie de la Chine pour ralentir la croissance démographique lancée en 1970. Le pays asiatique a réussi sur une période de 50 ans à devenir la seconde puissance économique du monde et le premier pays exportateur.

60 ans durant, la Chine a abrité un sixième des habitants de la planète. Le premier recensement de la population en Chine n’a eu lieu qu’en 1953. 580 millions de personnes ont alors été recensées. Quatre ans après la proclamation de la République populaire de Chine en octobre 1949, Mao Tsétoung, fondateur et président du Parti communiste chinois et chef du gouvernement, commence à défendre l’idée « qu’un pays à forte population est un pays fort ». Une forte population est devenue de plus en plus nécessaire après le lancement en 1958 de la stratégie du « Grand bond en avant », un plan ambitieux de réformes et de modernisation sociale et économique de la Chine. Mais, entre 1958 et 1961, la Chine a été victime d’une grave crise connue comme « La grande famine » résultant des circonstances météorologiques défavorables : sécheresse en Chine du Nord, inondations en Chine centrale et méridionale. Le taux de mortalité publié par les autorités chinoises est passé de 10,8 % en 1957 à 25,4 % en 1960. La famine a aussi causé une importante réduction de la fécondité.

Après cette crise, une vigoureuse natalité a été constatée et le nombre d’habitants est passé de 660 en 1961 à 715 millions d’habitants en 1965. A la moitié des années 1960, Mao commence à réaliser que les problèmes engendrés par la croissance démographique prennent de l’ampleur. C’est à ce moment que la Chine a commencé à intensifier les efforts de planning familial, comme par exemple faire promotion du modèle familial à deux enfants et de réduire l’âge légal du mariage.

La politique de l’enfant unique

Le planning familial n’a pas porté ses fruits et le nombre d’habitants en Chine est passé de 715 en 1965 à 969 millions d’habitants en 1979. Pékin a donc lancé sa fameuse politique de l’enfant unique avec pour objectif de ne pas dépasser 1,2 milliard de Chinois en l’an 2000. Cette étape était en parallèle avec le lancement de la politique d’ouverture de la Chine en 1978. Cette démarche a permis à la Chine de passer d’une économie à planification centralisée relativement sous-développée à une puissance économique de plus en plus dirigée par le marché. Cette politique s’appuie sur l’outil essentiel du « certificat d’honneur des parents d’enfant unique » qui donne la priorité dans l’accès aux logements et à l’emploi aux couples qui se sont engagés à n’avoir qu’un enfant, réductions dans les transports, bonus salarial. Par contre, la mise au monde d’un second enfant entraîne la suppression de ces avantages et le troisième conduit à des sanctions économiques : réduction de salaire de 10 % au 3e enfant, 20 % au 4e. Or, la politique de l’enfant unique a été appliquée de manière disparate selon les régions. Aussi, elle a donné lieu à des problèmes sociaux. En 2015, la Chine annonce la fin de cette politique, les couples chinois sont désormais autorisés à avoir deux enfants. Cette décision vise à corriger l’inquiétant déséquilibre hommes-femmes et à enrayer le vieillissement de la population. En 2022, la population chinoise a baissé, pour la première fois depuis 60 ans, pour atteindre 1,4 milliard d’habitants.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique