Lundi, 24 juin 2024
Dossier > 1 an de guerre >

Le tourisme européen en baisse

Dalia Farouq , Mercredi, 22 février 2023

La guerre russo-ukrainienne a engendré une crise économique qui a frappé le monde entier, notamment l’Europe, premier pourvoyeur de tourisme en Egypte.

Le tourisme européen en baisse
La crise économique a des répercussions sur le mouvement touristique en Egypte.

Cette crise a causé un ralentissement du mouvement touristique à destination de l’Egypte. Selon Magued Al-Mahdi, membre de la Chambre des hôtels, les taux d’occupation hôtelière dans les stations balnéaires de la mer Rouge connaissent actuellement une baisse notable, allant de 30 à 35% en comparaison avec la même période de l’année dernière, soulignant que le tourisme dans cette région dépend principalement des arrivées touristiques en provenance d’Europe, en particulier de l’Allemagne et des pays scandinaves dont le trafic a été fortement affecté par la crise économique. « L’Allemagne demeure jusqu’à présent le plus important marché d’exportation de tourisme vers l’Egypte en général et vers la mer Rouge en particulier. Nous devons revoir nos plans de promotion du tourisme égyptien auprès des Allemands afin de redynamiser leur flux en Egypte », indique Al-Mahdi.

Cette situation économique dégradée, en plus des conditions de guerre sur le plan mondial ont entraîné une baisse du mouvement touristique des Européens en général, et donc du mouvement du tourisme en Egypte. Ces répercussions étaient claires sur le mouvement touristique pendant la saison hivernale, la haute saison du tourisme égyptien.

Quant à Amr Séoudi, tour-opérateur, il voit le bon côté de la guerre. Il souligne que la crise de l’énergie dont souffre l’Europe a poussé des touristes européens à venir en Egypte pour fuir la pénurie d’énergie chez eux et profiter du climat modéré et du soleil en Egypte. « Mais ce n’est pas un grand nombre de touristes, puisque la saison touristique en Europe est limitée par les vacances du Nouvel An ou de Pâques. La plupart des touristes qui voyagent actuellement sont ceux du troisième âge, qui ne sont liés ni à un travail ni à des enfants à l’école et qui possèdent en même temps les moyens de voyager et rester pour un long séjour », explique Séoudi. Il ajoute que c’est un genre rentable de tourisme, mais les nombres de ces touristes ne sont pas satisfaisants.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique