Mardi, 28 mai 2024
Dossier > Banque Centrale d’Egypte >

Coup de pouce aux exportations

Racha Darwich , Mercredi, 24 août 2022

Le ministère des Finances vient de lancer la cinquième phase de l’initiative « Paiement immédiat en espèces ». Objectif : accroître le montant des exportations égyptiennes à 100 milliards de dollars au cours des trois prochaines années.

Coup de pouce aux exportations

« Conformément aux directives présidentielles de soutenir l’industrie et les exportations face aux répercussions négatives de la crise économique mondiale à la suite du déclenchement de la guerre en Europe, 10 milliards de livres égyptiennes seront consacrés au lancement de la cinquième phase de l’initiative qui vise à soutenir les entreprises exportatrices, à fournir suffisamment de liquidités pour poursuivre la production, à préserver la main-d’oeuvre, à élargir la base d’exportation et à améliorer la compétitivité des produits égyptiens sur les marchés régionaux et mondiaux », a confirmé le ministre des Finances, M. Mohamed Maeit. Lancée par le gouvernement égyptien en 2019, l’initiative « Paiement immédiat en espèces » vise à apporter un soutien financier aux exportateurs afin d’obtenir leurs arriérés auprès du Fonds de développement des exportations, qui fournit un soutien aux entreprises et aux usines pour exporter leurs marchandises. Dans ce contexte, le ministre des Finances a ajouté que « le ministère est en train de recevoir les demandes des exportateurs souhaitant bénéficier de la cinquième phase de l’initiative », en soulignant que deux dates ont été fixées pour le versement des sommes aux bénéficiaires qui remplissent les conditions, le 1er octobre et le 1er décembre prochains. « Nous ne ménageons aucun effort pour payer les arriérés des entreprises exportatrices malgré les crises mondiales successives qui ont de graves répercussions sur tous les pays du monde, notamment les pays émergents, afin d’avoir suffisamment de liquidités financières pour assurer la rotation de la roue de la production et de l’exportation. Depuis le lancement de l’initiative en octobre 2019, plus de 33 milliards de livres ont été versés aux entreprises exportatrices », a précisé de son côté Ahmad Cojac, viceministre des Finances pour les politiques fiscales et le développement institutionnel.

20 % de hausse des exportations non pétrolières

Quant à Névine Mansour, conseillère du vice-ministre des Finances pour les politiques fiscales, elle souligne que la coopération avec le secteur bancaire, le ministère du Commerce et de l’Industrie et le Fonds de développement des exportations était l’une des principales raisons du succès des 4 phases de l’initiative « Paiement immédiat en espèces », expliquant que les exportations égyptiennes non pétrolières ont connu une augmentation significative de 20 % au cours du premier trimestre de 2022, d’une valeur de 19,3 milliards de dollars contre 16,1 milliards de dollars au cours de la même période en 2021.

Pour sa part, le président du Conseil des exportations pour les industries d’ingénierie, Chérif Al-Sayyad, a salué dans un communiqué le lancement de la cinquième phase de l’initiative de Paiement immédiat des arriérés du programme de soutien à l’exportation, soulignant que les usines exportatrices avaient besoin de cette liquidité financière d’urgence pour payer une partie des coûts de production, qui ont considérablement augmenté depuis le début de la pandémie de Covid-19, puis la guerre russo-ukrainienne, qui a entraîné une augmentation des coûts de production de plus de 30 %. « Il est indispensable d’intervenir pour réduire le coût de production afin de permettre aux produits nationaux d’être présents sur de nouveaux marchés à la lumière de la qualité distinctive des exportations égyptiennes. Les premières mesures qui doivent être prises pour réduire le coût final du produit sont la suppression des droits de douane sur les intrants et les composants de production importés et d’assurer des motivations encourageantes pour attirer les investissements dans les composants qui nécessitent une technologie de pointe et dont l’importation est coûteuse », conclut Al-Sayyad.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique