Vendredi, 14 juin 2024
Dossier > Ukraine - Russie >

La position équilibrée de l’Egypte

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 09 mars 2022

L’Egypte a voté en faveur de l’arrêt des opérations militaires russes en Ukraine à l’Assemblée générale de l’Onu, appelant à une solution politique de la crise ukrainienne.

La position  quilibr e de l Egypte
Le représentant permanent de l’Egypte, Ossama Abdel-Khaleq, à l’Assemblée générale de l’Onu.

L’Egypte a voté, le 2 mars, à l’Assemblée générale de l’Onu en faveur de l’arrêt des opérations militaires russes en Ukraine et du retrait immédiat des forces russes des territoires ukrainiens. « L’Egypte croit aux règles du droit international et aux principes de la charte des Nations-Unies », a déclaré le représentant permanent de l’Egypte auprès de l’Onu, Ossama Abdel-Khaleq. Cinq pays, sur les 193 membres de l’Assemblée (Biélorussie, Corée du Nord, Erythrée, Syrie et Russie) ont voté contre la résolution et 35 pays se sont abstenus.

L’Egypte appelle au dialogue depuis le début des opérations militaires russes en Ukraine et à un règlement de la crise par des moyens diplomatiques. Dans un communiqué publié à l’issue du vote, Ossama Abdel-Khaleq revient sur la position de l’Egypte. Celle-ci est basée sur la nécessité de chercher au plus vite une solution diplomatique à la crise, de déterminer l’origine du problème et ses causes et de les traiter de manière à préserver la sécurité et la stabilité. « L’Egypte rejette toute approche basée sur le recours aux sanctions économiques en dehors du cadre international multilatéral », a déclaré Abdel-Khaleq. Il a averti que des sanctions similaires dans le passé avaient eu « de graves répercussions humanitaires » et exacerbé les souffrances de millions de personnes.

Abdel-Khaleq a appelé toutes les parties à assumer leur responsabilité et de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à toutes les personnes dans le besoin ainsi que le passage des résidents étrangers à travers les frontières sans discrimination, car certains traitements discriminatoires ont été signalés à cet égard.

L’Egypte a également mis en garde contre les répercussions économiques et sociales de la crise ukrainienne alors que le monde souffre toujours de la pandémie de Covid-19.

Messages importants

Hassan Salama, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, explique que l’Egypte veut transmettre plusieurs messages. « Il s’agit de déclarer son rejet de la violence et de se prononcer en faveur de la paix et du dialogue en tant que solution de sortie de crise et non en faveur des solutions militaires. Un autre message est que la Russie a peut-être des arguments convaincants, mais que le recours à la guerre n’est pas la bonne solution. L’Egypte tient aussi à exprimer son refus des sanctions économiques en dehors des mécanismes et de la charte de l’Onu. Enfin, l’Egypte estime qu’il faut prendre en considération les pertes humaines, matérielles et les effets négatifs sur l’économie mondiale », explique Salama. Et d’ajouter: « L’Egypte est contre la guerre, mais en même temps n’est pas contre le droit de la Russie de défendre sa sécurité nationale ».

L’ancien ministre adjoint des Affaires étrangères, Mohamad Hégazi, explique que « l’Egypte a présenté une position équilibrée basée sur les fondements du droit international. N’oublions pas que l’Egypte a réussi, au cours des dernières années, à instaurer une forte relation avec la Russie. Et il y a plusieurs niveaux de coopération entre les deux pays sur les plans politique, culturel et militaire, mais aussi au niveau des investissements. La position équilibrée de l’Egypte permet de préserver ses relations avec la Russie et l’Ukraine. Malheureusement, le secteur économique en Egypte risque d’être affecté par la crise, car la Russie et l’Ukraine sont les premiers exportateurs de blé vers l’Egypte ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique