Vendredi, 08 décembre 2023
Dossier > Haute Egypte >

Assouan en métamorphose

Ezzeldin Abdel-Aziz , Jeudi, 20 janvier 2022

Des nouveaux axes routiers aux zones industrielles en passant par les projets énergétiques et les villes intelligentes, de nombreux projets ont été inaugurés dans le gouvernorat d’Assouan dans le cadre des activités de « La Semaine de la Haute-Egypte ». Tour d’horizon.

L toile  tincelante du sud change de visage

« Kima 2 » : Un géant dans l’industrie des engrais

 

« Kima 2 » : Un géant dans l’industrie des engrais

 

Les travaux de l’extension de l’usine « Kima 2 » pour la production d’engrais dans la région de Kima dans le gouvernorat d’Assouan ont été inaugurés le 26 décembre, dans le cadre des projets inaugurés dans la « Semaine de la Haute-Egypte ». Il s’agit de l’un des plus importants édifices en Haute-Egypte avec une capacité de production quotidienne évaluée à 1 200 tonnes et un coût de développement estimé à plus de 11,6 milliards de L.E.

Au début des années 2000, le complexe industriel Kima était sur le point de fermer ses portes à cause des tentatives de sa privatisation par l’ancien régime. Ces tentatives ont échoué vu la ferme opposition des ouvriers qui ont défendu la valeur économique et historique de leur usine. Avec l’introduction du gaz naturel dans le gouvernorat, des travaux pour la modernisation de l’ancienne usine ont commencé avant d’être interrompus, comme de nombreux autres projets, à cause des troubles provoqués après le 25 janvier 2011. Mais avec le retour de la stabilité, les travaux de construction ont été repris de nouveau. « Les deux usines Kima 1 et Kima 2 produisent annuellement 570 000 tonnes d’engrais. Ce qui pourrait fournir les engrais nécessaires au marché local, voire ouvrir la voie à l’exportation des engrais égyptiens vers les marchés africains et internationaux », explique l’ingénieur Mohamad Hassanein, président et directeur général de la compagnie.

Axe Kalabcha : Lier des rives est et ouest

 

Axe Kalabcha : Lier des rives est et ouest

 

La semaine de la Haute-Egypte a également vu le coup d’envoi de nombreux projets routiers dans le gouvernorat d’Assouan. « Nombreux sont les axes, les autoroutes et les ponts actuellement en construction pour relier l’est et l’ouest du Nil et réduire l’écart entre les niveaux de vie et les revenus entre les villages », explique ainsi le professeur Ayman Osman, président de l’Université d’Assouan et professeur à la faculté de polytechnique. En fait, la ville d’Assouan est actuellement le théâtre de la réalisation de nombre de projets d’infrastructures routières. D’une longueur de 23 km et d’une largeur de 21 m, l’axe Kalabcha figure parmi ces projets. D’un coût de construction estimé à 1,5 milliard de L.E., cet axe, qui relie la région touristique de Kalabcha à Assouan, se compose de deux voies de circulation dans chaque direction. Ce projet vise également la construction de 9 ponts et 5 tunnels pour résoudre le problème d’entassements des carrefours. « Il est prévu que la distance qui devrait être parcourue entre un axe routier et un autre ne dépasse pas les 50 km, afin de résoudre le problème d’entassement entre les carrefours des villages et faciliter le transport non seulement des habitants et des marchandises, mais aussi du mouvement du commerce international de l’Egypte vers l’Afrique », souligne le professeur.

Nouvelle ville d’Assouan : La perle de la Haute-Egypte

 

Nouvelle ville d’Assouan : La perle de la Haute-Egypte

 

Une ville pas comme les autres. Inaugurée à la fin de la Semaine de la Haute-Egypte, le 29 décembre, « la nouvelle ville d’Assouan a connu un boom en matière d’investissement et de construction au cours des sept dernières années, ce qui la place à la tête des villes de la quatrième génération », explique l’ingénieur Ahmad Rachad, président de la nouvelle ville d’Assouan. Avec un taux d’investissement de 3 milliards de L.E., la nouvelle ville d’Assouan, construite sur une superficie de 22 000 feddans et située sur la rive ouest du Nil, à 12 km de la ville d’Assouan, comporte un village olympique, un amphithéâtre romain, des quartiers résidentiels d’une de capacité 850 000 habitants, des zones touristiques et des espaces verts. La ville offre également des logements à tous les niveaux : la zone des villas qui comporte 143 villas en plus des 6 720 unités de logements complètement équipés. « Mais le vrai atout de la nouvelle ville d’Assouan est la célèbre bande fluviale et la passerelle touristique, construites sur une superficie de 1 050 feddans avec un coût estimé à un milliard 22 millions de L.E. La passerelle touristique est un lieu de divertissement aux habitants d’Assouan et aux touristes », explique l’ingénieur Ahmad Rachad. On y trouve des bazars touristiques, des restaurants et cafés, des marinas sur le Nil, des hôtels et des chalets touristiques.

Touchka : De nouveau sur les rails

 

Touchka : De nouveau sur les rails

 

Lancé en 1997, le projet du développement de la région du Sud de la vallée (Ganoub Al-Wadi), connue sous le nom du « Touchka », située à 230 km au sud-ouest d’Assouan, visait à cultiver quelque 540 000 feddans. A l’époque, ce projet était considéré par les Egyptiens comme « le projet du siècle », ou « le panier à nourriture » qui permettra au pays de réaliser son autosuffisance. Mais, peu à peu, il stagne et tombe dans l’oubli. Cette situation a valu des accusations de corruptions à certains dirigeants et ministres de l’ancien régime. De l’eau a coulé sous le pont et le projet est devenu aujourd’hui la perle du sud et fait partie du programme présidentiel qui vise à cultiver 4 millions feddans. « La renaissance de Touchka augmentera sans doute la superficie cultivée en Egypte et aidera à augmenter les exportations des produits agricoles de l’Egypte, surtout que cette zone se distingue par la variété et la qualité de ses produits agricoles », estime Ahmad Ghallab, ex-président de l’Université d’Assouan et professeur à la faculté d’agriculture d’Assouan.

Benban : Le leader de l’énergie solaire

 

Benban : Le leader de l’énergie solaire

 

Situé sur une superficie de 37 km2 dans le désert occidental du gouvernorat d’Assouan, le complexe solaire de Benban est considéré comme l’un des projets énergétiques les plus importants pour produire de l’électricité à partir des énergies nouvelles et renouvelables. Le site bénéficie de l’un des plus grands taux d’ensoleillement de la planète, entre 8,5 et 9 kWh/m2/jour. Composé d’une trentaine de centrales, ce parc a une capacité de production de 2 000 MW, ce qui équivaut à 90 % de l’énergie produite par le Haut-Barrage d’Assouan. En fait, l’Egypte envisage d’intégrer au moins 20 % d’énergies renouvelables dans son mix-électrique en 2022 et 40 % d’ici 2035. Ce projet vise également à fournir l’énergie nécessaire pour faire fonctionner les usines et les zones industrielles en voie de construction en Haute-Egypte. Le parc solaire de Benban figure parmi les projets énergétiques inaugurés le 27 décembre dernier par le président Abdel-Fattah Al-Sissi en Haute-Egypte.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique