Samedi, 13 juillet 2024
Dossier > Haute Egypte >

L’artisanat nubien, une richesse à exploiter

Ezzeldin Abdel-Aziz , Jeudi, 20 janvier 2022

Un intérêt particulier est accordé à l’artisanat nubien, un outil de développement propre à la region

Commercialiser l artisanat nubien, un  l ment essentiel de la strat gie du d veloppement.
Commercialiser l artisanat nubien, un l ment essentiel de la strat gie du d veloppement.

Quelle que soit l’évolution des aspects de la vie, la Nubie reste riche par son patrimoine qui possède des racines profondes dans l’histoire. La Nubie se caractérise par les produits patrimoniaux que les jeunes Nubiennes confectionnent à partir de matériaux très simples comme les perles, les branches des palmiers et des arbres de Doum. Adel Hamdi Munib, président du conseil des curateurs de la fondation « Nahmi Turathuna » (protégeons notre patrimoine), affirme qu’il « existe une étroite coordination avec l’Organisme de développement des petites, moyennes et micro-entreprises, le ministère de la Solidarité sociale et le Palais de la culture d’Assouan, afin de préserver, de protéger et de commercialiser ce patrimoine d’une manière professionnelle pour qu’il devienne une valeur ajoutée dans le développement de la Nubie, en particulier après que le président a ordonné, lors de sa récente visite à Assouan, l’organisation d’une exposition permanente de l’artisanat patrimonial dans la Nouvelle Capitale administrative. A cela s’ajoute la création du Centre culturel pour les industries artisanales et patrimoniales à Assouan sur une superficie de 4 feddans. Autant d’éléments qui encouragent les femmes nubiennes à développer et à doubler leur production artisanale ».

Un artisanat de toutes les couleurs

Pour sa part, Nagat Sayed Ali, originaire du village d’Al-Guézira et présidente du Comité du patrimoine nubien à Assouan, a déclaré que l’intérêt accordé par le président de la République au développement de la Nubie survenait après des années de souffrance. Et d’ajouter que le patrimoine de la Nubie continuera à être transmis de génération en génération avec son riche patrimoine artistique et artisanal qui n’a pas de semblable dans les autres gouvernorats du pays. « L’artisanat artistique et patrimonial nubien est l’un des piliers les plus importants du développement qui se déverse dans l’intérêt de l’économie nationale. L’artisanat à Assouan est distingué et diversifié. Nous travaillons les perles, l’osier et le bois, sans oublier le célèbre travail d’aiguille de la Nubie », explique-t-elle. Quant à Zeinab Metwalli, de l’île nubienne de Hissa, elle s’est dit heureuse de l’intérêt accordé par l’Etat à l’artisanat et aux petites industries qui permettra d’augmenter la capacité de production de l’artisanat patrimonial. Et d’ajouter que la création de centres de formation pour les jeunes filles, ainsi que l’organisation des programmes et activités d’entrepreneuriat affiliés à l’Organisme du développement des petites, moyennes et micro-entreprises permettront d’enrichir cet artisanat.

Karima Bakar raconte que son village nubien Al-Karour est l’un des plus célèbres dans la fabrication des produits d’artisanat, comme les produits d’osiers incrustés de broderie qui sont très appréciés, ainsi que les produits d’artisanat nubiens. Elle énumère quelques-uns des objets artisanaux nubiens les plus connus, comme le « corgue », cette assiette nubienne sur laquelle on présente les pop-corn et dattes aux invités ; le « walil », le couvercle qui sert à couvrir les grands plateaux de nourriture durant les différentes célébrations ; le « souladi », une sorte de sac suspendu dans lequel est préservée la nourriture loin des insectes ; le « souleh », une boule en terre cuite ; le « kediah », cette célèbre djellaba nubienne ou le panier à deux manches avec ses couleurs vives ; la « kabouta » nubienne, un petit sac pour la préservation des objets précieux. En plus des produits en cuir incrustés de perles dont la célèbre ceinture nubienne que porte le marié le jour de ses noces ou les bonnets aux couleurs vives, ou encore les éventails en osier utilisés pour apporter de l’air lors de l’interruption du courant électrique et qui était le seul moyen de ventilation dans le passé. Sans oublier le travail de perles, qu’il s’agisse des colliers ou des boucles d’oreilles nubiens célèbres.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique