Samedi, 13 juillet 2024
Egypte > Société >

Pèlerinage : Madbouly décide de retirer les licences de 16 agences de voyage et défère leur personnel au Parquet

Névine Lameï, Samedi, 22 juin 2024

Le bilan des morts lors du pèlerinage a dépassé les 1 000 personnes, selon un décompte réalisé le 20 juin par l'AFP à partir de données fournies par différents pays.

s

Lors de la première réunion de la cellule de crise du pèlerinage, le premier ministre, Mostafa Madbouly, a décidé, samedi 22 juin, de retirer les licences de 16 entreprises touristiques et de déférer leur personnel au Parquet, d’après un communiqué publié samedi 22 juin, sur la page officielle du Conseil des ministres égyptien.

Madbouly a également ordonné de sanctionner ces entreprises en leur imposant des amendes au profit des familles des pèlerins, en faisant assumer à ces entreprises la responsabilité de la mort de centaines de pèlerins égyptiens.

Ont assisté à la réunion de la cellule de crise un nombre important de ministres et de responsables officiels dont Mohamed Mokhtar Gomaa, ministre des Waqfs, Sameh Shoukry, ministre des Affaires étrangères, Khaled Abdel-Ghaffar, ministre de la Santé et de la Population, Mahmoud Tawfiq, ministre de l'Intérieur, Nevin Al-Qabbaj, ministre de la Solidarité sociale, Mohamed Abbas Helmy, ministre de l'Aviation civile, Ahmed Issa, ministre du Tourisme et des Antiquités.

Le président Abdel Fattah Al-Sissi a désigné, jeudi 20 juin, le premier ministre, Mostafa Madbouly, pour présider les réunions de la cellule de crise concernant les pèlerins morts lors du hajj qui ont commencé samedi 22 juin, d’après la chaîne Extra News. Cette cellule de crise est chargée d'enquêter sur les causes de décès des pèlerins égyptiens et de poursuivre l’évolution des cas parmi les pèlerins.

Ces réunions de la cellule de crise sont en coordination avec l'Arabie saoudite. 

Il est à noter que la commission du tourisme à la Chambre des députés tiendra une réunion mardi 25 juin pour examiner la crise du « pèlerinage illégal ».

Le samedi 22 juin, le vice-président de l'Union égyptienne en Arabie saoudite, Adel Hanafi, a révélé les détails de la coordination égypto-saoudienne pour le transport des corps des pèlerins égyptiens décédés.

Il a souligné que les corps d'Egyptiens qui étaient non identifiés sont actuellement facilement identifiables dans le Royaume d'Arabie saoudite grâce à des caractéristiques biométriques, ou ce qu'on appelle les empreintes digitales.

Hanafi a expliqué que la plupart des corps ont été enterrés dans la capitale sainte, La Mecque, à Arafat, à Mozdalefa et à Mina et que leurs certificats de décès et notifications seraient reçus d'ici quelques jours, notant que des permis d'inhumation avaient été délivrés pour les corps sur le site de l'hôpital.

L'Arabie saoudite, représenté par les ministres de l'Intérieur, de la Santé et du Hajj et de la Omra, ainsi que par des organisations de la société civile, ont déployé un grand effort pour poursuivre les cas de décès et de blessés parmi les pèlerins égyptiens.

Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères en Egypte a envoyé, jeudi 20 juin, des équipes pour chercher dans les hôpitaux saoudiens les noms des pèlerins perdus, soit ceux qui sont traités, soit ceux qui ont perdu leurs vies.

Et ce, après que le consul général à Djeddah, Ahmed Abdel-Méguid, a indiqué, jeudi 20 juin, « qu'il n'y a pas encore de chiffre définitif concernant les décès et les blessés entre les pèlerins. Toutes les données sont surveillées et mises à jour en coopération avec les autorités saoudiennes ».

« Une salle d’opérations d’urgence est dédiée au service des pèlerins 24/24 sur le numéro (00966565702002) », d’après Abdel-Méguid.

Le bilan des morts lors du grand pèlerinage a dépassé les 1 000 personnes, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir de données fournies par différents pays.

Un diplomate arabe a affirmé jeudi à l'AFP que 58 morts supplémentaires avaient été recensés parmi les pèlerins égyptiens, portant à 658 le nombre de ressortissants de ce pays décédés durant le hajj. D’après les chiffres du ministère de la Santé, le nombre total des pèlerins enregistrés à la délégation officielle comptent 50 752. Le nombre de décès parmi eux se limite à 28 personnes. Pourtant, le nombre élevé de décès parmi les pèlerins égyptiens cette année durant le hajj concerne ceux non officiels.

Selon lui, 630 d'entre eux étaient sans autorisation officielle pour le pèlerinage.

Au total, 1 081 décès ont été signalés par une dizaine de pays via des communiqués officiels ou des diplomates impliqués dans les opérations de recherches des victimes.

La majorité des pèlerins qui ont perdu leurs vies lors du hajj sont de nationalité égyptienne.

Chaque année, un grand nombre de pèlerins clandestins affluent à La Mecque dans l’espoir de pouvoir accomplir le hajj sans avoir une autorisation.

L'Arabie saoudite a connu une canicule lors des jours du grand pèlerinage, où le mercure a pointé à plus de 50 degrés Celsius.

« Tous ont été victimes de la chaleur intense », à l'exception d'un pèlerin qui a succombé après avoir été blessé lors d'un mouvement de foule, a déclaré l'un des diplomates à l'AFP, ajoutant que le chiffre total provenait de la morgue d'un hôpital à La Mecque.

Il est à noter que la commission du tourisme à la Chambre des députés tiendra une réunion mardi 25 juin pour examiner la crise du « pèlerinage illégal ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique