Lundi, 17 juin 2024
Egypte > Politique >

Mécontentement autour du délestage : le gouvernement s’explique

Racha Darwich , Dimanche, 26 mai 2024

L'Etat œuvre à résoudre le problème avant la fin de l’année.

s
Moulins à vent à la ferme éolienne Zaafarana. Photo : AFP

Le ministre des Finances, Mohamed Maait, a déclaré que les coupures d'électricité sont essentiellement dues à la hausse des cours mondiaux de pétrole, avec un prix du baril qui oscille entre 83 et 93 dollars, à la libéralisation du prix de change du dollar et à l’augmentation de la consommation de l’électricité pendant l’été.

"Le ministère du Pétrole livre le gaz naturel au ministère de l’Electricité au prix de 3 dollars quel que soit son prix d’importation", a-t-il expliqué en précisant que c’est la trésorerie publique assume la différence des prix. « Tout ceci représente une charge sur les ministères du Pétrole et de l’Electricité et sur le trésor public » a conclu Maait.  

« Le ministère de l’Electricité ne paie que 5 milliards de livres de sa facture mensuelle de carburant qui atteint 15 milliards de livres », a déclaré de son côté, le ministre du Pétrole et des ressources minérales, Tarek Al-Molla. Il a ajouté que l’Etat œuvrait à résoudre le problème des coupures d’électricité avant la fin de l’année. « Nous sommes conscients de leurs répercussions négatives sur nos concitoyens et sur le pays. Nous sommes fortement contrariés. Le gouvernement aussi est affecté », a-t-il déclaré.

« Les centrales électriques consomment 60% de la production de gaz égyptien », a-t-il aussi souligné expliquant que l’Etat avait diversifié l’utilisation des combustibles dans les centrales électriques qui alternent entre mazout et gaz naturel pour réduite la demande de gaz naturel.

L'Egypte a lancé son programme de délestage en juillet 2023 pour alléger la pression sur le réseau gazier du pays, mis à rude épreuve par la hausse des températures et l'utilisation de climatiseurs. En octobre 2023, la durée des coupures quotidiennes d'électricité est passée d’une à deux heures, en raison de la baisse des importations de gaz.

Le président Al-Sissi avait précédemment indiqué que le pays pourrait économiser 108 milliards de livres égyptiennes par an (3,49 milliards de dollars)  par an grâce au plan de délestage.

Face au mécontentement général provoqué par les coupures quotidiennes d’électricité, il a exhorté ses ministres à expliquer aux citoyens les tenants et les aboutissants du système de délestage, lié selon lui à la subvention de l’électricité à hauteur de 100% à 200%.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique