Dimanche, 16 juin 2024
Egypte > Politique >

L'Egypte réfute les accusations de CNN concernant les conditions de la trêve à Gaza

Ahraminfo , Jeudi, 23 mai 2024

Selon le chef de l'Organisme général de l'information, l'Egypte a constaté que certaines parties cherchent systématiquement à accuser les médiateurs, tour à tour le Qatar puis l'Egypte, de partialité, afin de détourner l'attention et éviter de prendre des décisions cruciales concernant l'accord de cessez-le-feu et la libération des détenus.

s
Le chef de l’Organisme général égyptien de l'information, Diaa Rashwan.

Le chef de l’Organisme général égyptien de l'information, Diaa Rashwan, a vivement critiqué, jeudi 23 mai, un article publié par le site américain CNN, qui affirmait que l'Egypte avait modifié les conditions de l'accord de cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

« Ces affirmations sont infondées, dépourvues de toute information ou fait vérifiable, et ne reposent sur aucune source journalistique crédible selon les normes professionnelles reconnues mondialement », a annoncé Rashwan.

Rashwan a mis au défi CNN de citer des sources américaines ou israéliennes officielles pour soutenir ses accusations. Il a également exhorté CNN et les autres médias internationaux à faire preuve de précision dans leurs reportages sur des questions aussi sensibles et à ne pas se fier à des sources anonymes présentées comme « bien informées ».

« L’Organisme général de l'information a envoyé une lettre officielle à CNN, exprimant son rejet catégorique de ces allégations et demandant la publication immédiate de la réponse égyptienne », a-t-il indiqué.

Rashwan a également ajouté que CNN avait récemment publié des extraits de cette réponse, incluant certaines observations.

Rashwan a affirmé que de tels articles mensongers visent à ternir le rôle crucial et actif de l'Egypte dans les négociations de cessez-le-feu à Gaza, en cours depuis environ huit mois depuis le début de l'agression israélienne.

Il a exprimé sa stupéfaction face aux tentatives de certains acteurs de discréditer les efforts considérables déployés par l'Egypte pour mettre fin aux hostilités, sauver des vies civiles et préserver la paix dans la région.

Selon lui, l'Egypte a observé que certaines parties cherchent systématiquement à accuser les médiateurs, tour à tour le Qatar puis l'Egypte, de partialité, afin de détourner l'attention et éviter de prendre des décisions cruciales concernant l'accord de cessez-le-feu et la libération des prisonniers.

Rashwan a souligné que ces manœuvres servent les intérêts politiques personnels de ces parties et leur permettent de faire face aux crises politiques internes auxquelles elles sont confrontées.

Rashwan a précisé que le rôle de l'Egypte dans la médiation de l'accord de cessez-le-feu et la libération des détenus a été sollicité de manière répétée par Israël et les Etats-Unis, en raison de l'expertise et du professionnalisme reconnus de l'Egypte dans la gestion de telles négociations. L'Egypte a déjà mené avec succès plusieurs médiations entre Israël et le Hamas.

Selon Rashwan, les accusations mensongères et les tentatives, de discréditer le rôle de l'Egypte sont perçues comme une sanction pour ses positions fermes en faveur des droits légitimes du peuple palestinien.

Cela inclut la position de l'Egypte sur la présence de fractions palestiniennes au passage de Rafah et son refus de reconnaître l'occupation israélienne du côté palestinien du passage.

Rashwan a affirmé que les tentatives continuent de remettre en question et de dénigrer les efforts de médiation de l'Égypte avec des allégations non fondées ne fera qu'aggraver la situation à Gaza et dans toute la région. Il a averti que l'Egypte pourrait se retirer complètement de son rôle de médiateur dans le conflit actuel si ces accusations persistent.

Il a conclu en prenant pour responsables les parties concernées, en particulier celles qui diffusent des mensonges sur la position de l'Egypte, des catastrophes humanitaires et des violences à Gaza, qui ont entraîné la mort et la souffrance de milliers de Palestiniens innocents.

Ces déclarations interviennent alors que l’armée israélienne intensifie ses frappes sur Gaza entraînant la mort de plus de 35.709 Palestiniens, en majorité des civils, selon le ministère palestinien de la Santé à Gaza.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique