Mercredi, 22 mai 2024
Egypte > Politique >

La rapporteure de l’ONU pour les territoires palestiniens occupés, Francesca Albanese, interdite d’entrer en Palestine

Ahraminfo , Dimanche, 21 avril 2024

Mme Albanese, qui visite l’Egypte dans le cadre d'une tournée régionale incluant l'Egypte et la Jordanie, a salué l'Egypte pour ses efforts visant à mettre fin à la guerre et aux violations israéliennes à Gaza.

s
Sameh Shoukry lors de sa réunion avec Francesca Albanese, la rapporteure des Nations unies pour les territoires palestiniens occupés. Photo : Page facebook du ministère des affaires étrangères.

Francesca Albanese, rapporteure des Nations Unies pour les Territoires palestiniens occupés, a regretté, lors d’un entretien avec le ministre égyptien des Affaires étrangères au Caire, son interdiction de se rendre à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés en raison du refus d'Israël, rapporte, dans un communiqué, Ahmed Abu Zeid, porte-parole du ministère des Affaires étrangères dimanche 21 avril.   

Selon Abu Zeid, Mme Albanese, qui visite l’Egypte dans le cadre d'une tournée régionale incluant l'Egypte et la Jordanie, a salué l'Egypte pour ses efforts visant à mettre fin à la guerre et aux violations israéliennes à Gaza, ainsi que pour son Albanese rôle central dans l'atténuation de la crise humanitaire et pour fournir l'aide aux habitants du secteur à travers le passage de Rafah et les opérations de largage aérien.

Elle a également exprimé sa profonde préoccupation face à la situation humanitaire catastrophique du peuple palestinien dans le contexte des pratiques israéliennes dans les territoires palestiniens occupés, appelant Israël à respecter ses obligations envers le droit international en tant que puissance occupante.

Albanese a souligné la nécessité de poursuivre les discussions avec le côté égyptien sur les moyens d’atténuer les souffrances des Palestiniens.

Pour sa part, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a regretté le refus de certains pays de reconnaitre les violations israéliennes flagrantes du droit international.

Il a estimé que les agressions israéliennes contre les civils dans la bande de Gaza doivent cesser soulignant la nécessité de respecter le droit international des droits de l'homme, de garantir la distribution intégrale et sûre de l'aide humanitaire, de mettre un terme à la violence croissante des colons en Cisjordanie et de traduire en justice les auteurs de ces violations

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué que Shoukry a mis en garde contre l'aggravation de la crise humanitaire à Gaza et ses répercussions sécuritaires pouvant conduire à davantage de violence et d'instabilité dans la région.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique