Mercredi, 22 mai 2024
Egypte > Politique >

Lors du Comité conjoint de l'Egypte-Afrique, Shoukry et Pandor prévoient de renforcer la coopération bilatérale

Ahraminfo , Vendredi, 19 avril 2024

Les deux chefs de la diplomatie ont discuté de divers dossiers régionaux notamment la guerre à Gaza, la crise du Soudan et la récente adhésion de l'Egypte au groupe de BRICS.

s
Le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry avec le Dr. Naledi Pandor, ministre des Relations internationales et de la Coopération de la République d’Afrique du Sud, dans la capitale, Pretoria. Photo : Page Facebook Présidence du Conseil des ministres

Le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry, et son homologue sud-africaine, Naledi Pandor ont discuté du renforcement des relations bilatérale, à l’occasion de la 10e session de la Comité conjoint de coopération entre l’Afrique du Sud et l’Egypte, à Pretoria, vendredi 19 avril.

« L’Egypte prévoit de renforcer et d’améliorer le niveau des relations bilatérales pour aboutir à un partenariat économique d’investissement », a indiqué Shoukry dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères.

Lors de la réunion, les ministres des deux pays ont signé des protocoles d’entente pour la coopération dans la gestion des ressources en eau et le domaine juridique.

Les ministres ont convenu du rôle central du secteur privé dans la promotion du commerce et de l’investissement entre les deux pays.

Les ministres ont escompté de prendre de nouvelles mesures pour réaliser l’intégration économique et promouvoir le commerce intracontinental, grâce à une coopération accrue entre les groupements économiques régionaux existants et à l’opérationnalisation de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

« L’Afrique du Sud et l’Egypte doivent augmenter de manière exponentielle le commerce et les investissements », a souligné Pandor, qui a marqué l’importance de la coopération dans les secteurs privés et les entités publiques.

Ce qui implique, selon elle, la nécessité d’établir et de lancer officiellement un Conseil des entreprises, qui contribuera à coordonner et à galvaniser les opportunités de commerce et d’investissement communes.

La guerre à Gaza

En ce qui concerne la guerre à Gaza, les deux ministres ont mis en garde contre une opération militaire à Rafah, qui aurait des conséquences catastrophiques alors que la situation est déjà détériorée.

« L’Afrique du Sud, comme de nombreux autres pays, est profondément préoccupée par la tragédie qui s’abat sur le peuple palestinien » a marqué Pandor.

« Il est impératif de parvenir à un cessez-le-feu immédiat et permanent dans la bande de Gaza, et garantir l’accès complet et sûr de l’aide humanitaire sans entrave », ont exprimé les deux parties, selon le communiqué publié sur la page officielle du ministère.

Le chef de la diplomatie égyptienne a exprimé ses profonds regrets suite à l'incapacité du Conseil de sécurité d’adopter une résolution permettant l’adhésion pleine et entière de la Palestine à l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Il a également salué la position ferme de l'Afrique du Sud en faveur de la question palestinienne et de la solution à deux Etats.

Par ailleurs, Shoukry a souligné l'importance d'intensifier la communication avec les parties internationales et régionales pour éviter l'escalade du conflit qui peut être incontrôlable.

Le conflit soudanais

En ce qui concerne la crise soudanaise, les deux homologues se sont entendus sur la nécessité d’intensifier les efforts déployés afin de parvenir à des solutions efficaces à la crise soudanaise, selon le communiqué.

« Il est nécessaire de soutenir pleinement la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale du Soudan et l'implorant de préserver l'Etat soudanais et ses institutions », a indiqué Shoukry.

Shoukry a également passé en revue les efforts égyptiens pour faire face aux conséquences humanitaires de la crise, soulignant la nécessité de traiter la question de manière sérieuse et globale.

Il a également appelé les parties internationales à tenir leurs engagements pris lors de la conférence des donateurs en juin 2023 et lors de la réunion internationale de Paris pour soutenir le Soudan et les pays voisins, qui s'est tenue le 15 avril.

La coopération institutionnelle

Au niveau de la coopération institutionnelle, les deux homologues ont souligné l'importance de renforcer la coordination entre l'Egypte et l'Afrique du Sud sur toutes les questions liées à l'Union africaine, notamment la réforme institutionnelle, la rationalisation des dépenses, le renforcement des mécanismes de suivi, et l’élection des dirigeants de la Commission pour l'année 2025.

Shoukry a mis l'accent sur l'importance que l'Egypte accorde en tant que membre du conseil de paix et de sécurité africain, qui a débuté en avril 2025.

Selon le communiqué, Shoukry a affirmé que l’Egypte espère jouer un rôle actif et influent au sein du groupe des BRICS et a coopéré étroitement avec l'Afrique du Sud dans les différents dossiers.

Les deux ministres ont également convenu de l’importance de travailler pour refléter les priorités des pays en développement, en particulier l’Afrique, au sein du G‑20, en notant l’importance du traitement urgent et efficace de la crise de la dette, qui a touché plus de 37 pays, dont 21 pays africains.

Les deux parties ont également discuté de diverses questions et dossiers régionaux et internationaux d'intérêt commun, notamment le renforcement de la stabilité dans la région de la Corne de l'Afrique, la situation en Libye et les répercussions de la guerre russo-ukrainienne sur la région et les deux pays.

Ils ont ainsi abordé, les risques croissants des tensions en mer Rouge et leurs graves conséquences sur la sécurité de la navigation internationale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique