Mardi, 28 mai 2024
Egypte > Santé >

L’Egypte considère une réévaluation des prix des médicaments

Rim Darwich , Lundi, 25 mars 2024

Le chef du département des médicaments de l’Union générale des Chambres de commerce, Ali Auf estime que la hausse des prix des médicaments variera entre 20 à 40%.

Conseil
Des médicaments disponibles dans une pharmacie Photo: Reuters


Le gouvernement égyptien examine avec l’Autorité égyptienne des médicaments la réévaluation de leurs prix et l’élaboration d’une stratégie pour le soutien du secteur des médicaments, selon le porte-parole du Conseil ministériel, Mohamed Al-Homossani.  

« L’Etat continue à soutenir les couches aux revenus limités en leur procurant les médicaments à travers le système d’assurance médicale » a déclaré Al-Homossani, dimanche 24 mars, lors d'une intervention au programe télévisé Ala Masoliati (sur ma responsabilité), suite à une réunion du Conseil ministériel.

Les prix des médicaments, comme le pain et le carburant, sont déterminés par le gouvernement en raison de leur importance sociale. 

Lors des derniers mois, le pays avait témoigné d'un manque d’un nombre de médicaments en raison de la pénurie des devises étrangères.

Bien que le secteur pharmaceutique était exempté des restrictions imposées par la Banque centrale égyptienne sur la gestion des devises au cours des derniers mois, les besoins des entreprises pharmaceutiques en devises étrangères étaient plus grands que les sommes fournies par les banques.

Le 6 mars, la Banque Centrale d'Egypte a décidé de flotter la monnaie locale et le taux de change de la livre égyptienne est passé de 30,95 livres par rapport au dollar à 47,48 livres le lundi 25 mars.

« L’annonce de la décision de réévaluation des prix des médicaments constitue un pas important sur la voie du règlement de la crise, les entreprises pharmaceutiques doivent maintenant présenter à l'Autorité égyptienne des médicaments à la partie officielle chargée de la tarification, leurs propositions des nouveaux prix après le flottement de la livre égyptienne » a déclaré à AhramInfo, le chef du département des médicaments de l’Union générale des Chambres de commerce, Ali Auf.

« Si on parle d'une hausse équitable on demanderait une hausse de 300% mais on s'attend à une hausse qui variera entre 20 à 40%. La fabrication des médicaments à une dimension sociale importante même si 90% des éléments de la fabrication sont importés les prix doivent être fixé.», précise Auf.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique