Dimanche, 14 avril 2024
Egypte > Politique >

Lancement de la deuxième phase du Dialogue national avec focus sur l'économie

Racha Darwich , Lundi, 26 février 2024

Pendant quatre jours, le Dialogue discutera notamment de l’inflation, de la flambée des prix, de la dette publique et du déficit budgétaire.

 Dialogue national
Le coordinateur général du Dialogue national, Diaa Rashwan avec le penseur Gouda Abdel-Khaleq.

Le Dialogue national, lancé par le président Abdel Fattah Al-Sissi en avril 2022, a repris ses séances, lundi 26 février, avec un focus sur le dossier économique.

Pendant quatre jours, représentants des ministères concernés et spécialistes discuteront de l’inflation, de la flambée des prix, de la dette publique, du déficit budgétaire, des priorités de l’investissement public, des règles de gestion des propriétés de l’Etat et de la justice sociale, selon le coordinateur du Dialogue national, Diaa Rashwan.

Lors d’une rencontre, dimanche, avec les membres du Conseil d’administration du Dialogue national, le premier ministre, Mostafa Madbouly, a confirmé la participation des représentants du gouvernement et a déclaré avoir demandé à ses ministres de lui présenter un bilan des recommandations formulées.

D’autre part, Madbouly a proposé la formation d’un groupe de coordination avec le des membres du Dialogue national afin d’assurer le suivi de la mise en œuvre de ces recommandations.

La première phase du Dialogue national avait débuté le 3 mai 2023 et a traité de plusieurs dossiers politiques, notamment des élections, ainsi que de dossiers relatifs à la santé et à l’éducation. Elle a été suspendue fin septembre, à la veille de l’élection présidentielle, après avoir tenu 90 séances.

Sur le plan politique, les recommandations de la première phase du Dialogue tournaient autour du développement de la vie partisane et des municipalités et la révision des lois sur l’exercice des droits politiques. Alors que le débat social s’est centré sur l’enseignement, la santé, la question démographique, la famille.

Sur le plan économique, l’amélioration des taux de croissance, des exportations, la justice sociale, le développement de l’industrie, de l’agriculture et du commerce interne ont été au centre du débat.

Ces recommandations ont ensuite été soumises au président de la République avant d’être envoyées au gouvernement et le parlement.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique