Vendredi, 01 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Tournée présidentielle : Coopération économique et nouveaux partenariats

May Al-Maghrabi , Mercredi, 01 février 2023

Après sa visite en Inde, le président Abdel-Fattah Al-Sissi s’est rendu en Azerbaïdjan et en Arménie. Au centre des discussions : le développement des relations bilatérales. Explications.

Tournée présidentielle : Coopération économique et nouveaux partenariats
Le président Sissi lors de son accueil samedi au palais présidentiel par le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a regagné dimanche soir le pays après une visite qui a inclus l’Inde, l’Azerbaïdjan et l’Arménie dans le cadre d’une tournée visant à renforcer les relations avec les pays de l’Est de l’Asie. En Azerbaïdjan, le président a été accueilli samedi au palais présidentiel par son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliyev. A noter qu’il s’agit de la première visite d’un président égyptien en Azerbaïdjan depuis son indépendance en 1992. Les deux présidents ont tenu une séance de négociations à huis clos suivie d’une conférence de presse. D’ailleurs, la rencontre élargie entre les délégations égyptienne et azerbaïdjanaise a été suivie de la signature de plusieurs protocoles d’accord entre les secteurs gouvernementaux des deux pays dans les domaines de la culture et des ressources en eau, et ce, en présence des deux présidents. Le président Sissi s’est aussi réuni avec des hommes d’affaires et des chefs d’entreprises en Azerbaïdjan, ainsi qu’avec le ministre azerbaïdjanais de l’Economie pour discuter des perspectives de renforcer la coopération économique entre les deux pays. « L’Egypte tient à développer ses relations avec l’Azerbaïdjan aux niveaux politique et économique d’une manière qui réalise l’intérêt des deux pays », a dit le président Sissi lors de la conférence de presse conjointe samedi avec son homologue azerbaïdjanais. Il a surtout souligné l’importance d’investir le rapprochement déjà établi entre les deux pays au cours des dernières années pour « activer les échanges commerciaux entre les deux pays et les investissements », a ajouté le président. Les deux parties ont également souligné l’importance de renforcer les échanges commerciaux et les partenariats économiques entre les secteurs privés des deux pays, à travers la formation d’un conseil conjoint pour les hommes d’affaires. Il a été aussi question de renforcer la coopération entre les deux parties dans un certain nombre de secteurs, notamment les énergies nouvelles et renouvelables, le gaz naturel, mais aussi les constructions, les infrastructures, les transports, les produits pharmaceutiques, le tourisme et la culture. Selon les dernières statistiques, le volume des échanges commerciaux entre l’Egypte et l’Azerbaïdjan entre janvier et décembre 2022 s’est élevé à 16,1 millions de dollars. Le président a salué la reprise des vols entre Bakou et Charm Al-Cheikh et la possibilité d’un vol direct entre Le Caire et Bakou, ce qui permettra de renforcer la coopération et les échanges touristiques, culturels et économiques entre les deux pays. Au niveau politique, les deux présidents ont évoqué les questions internationales et régionales d’intérêt commun, que ce soit au Moyen-Orient ou dans le Caucase du Sud. « Nous avons confirmé l’importance du dialogue et des négociations et la nécessité d’accorder la priorité au bon sens et à la sagesse, en gardant à l’esprit que la force militaire seule n’a jamais été suffisante pour parvenir à une paix durable, globale et juste », a déclaré le président Sissi. Par ailleurs, le président azerbaïdjanais a salué l’approche globale adoptée par l’Egypte dans sa guerre contre le terrorisme, en s’attaquant aux racines du problème par le biais du développement économique et social, ainsi que la lutte contre la pensée extrémiste.

Entente égypto-arménienne

La visite du président Sissi en Arménie n’a pas été moins chaleureuse et fructueuse que celle en Azerbaïdjan. Samedi après-midi, le chef de l’Etat est arrivé à la capitale arménienne, Erevan, pour une visite de deux jours, la première d’un président égyptien depuis l’indépendance de l’Arménie. Une visite qualifiée par le président arménien, Vhagen Khatchatourian, d’« historique ». Les deux présidents ont tenu une séance de négociations à huis clos suivie d’une séance élargie en présence des délégations des deux pays. Ils ont ensuite assisté à la signature d’un certain nombre de mémorandums d’accord dans divers domaines, notamment scientifique et technologique. Ainsi, un protocole de coopération a été conclu entre le ministère égyptien de la Jeunesse et du Sport et le ministère arménien de l’Education, des Sciences, de la Culture et des Sports. Un autre protocole d’accord a été conclu dans le domaine de l’investissement. Les pourparlers ont aussi abordé la lutte contre le terrorisme et l’idéologie extrémiste, ainsi que les moyens de faire face aux répercussions économiques de la crise en Ukraine.


Le président Sissi et le président arménien, Vhagen Khatchatourian, ont tenu dimanche un sommet dans la capitale arménienne Erevan.

Lors d’une conférence de presse conjointe, le président arménien a exprimé la volonté de son pays de « soutenir les efforts de développement en Egypte dans tous les domaines » et de « coopérer avec Le Caire dans l’exécution des projets d’infrastructures et de transport en Arménie », a affirmé Khatchatourian. Il a par ailleurs salué le rôle central de l’Egypte dans la consolidation de la stabilité au Moyen-Orient et en Afrique, notamment par le biais de la lutte contre l’émigration clandestine et les efforts de désamorcer les crises régionales via des solutions politiques. De son côté, le président Sissi a loué les relations solides et les liens historiques entre l’Egypte et l’Arménie, surtout au niveau populaire. « L’Egypte a accueilli pendant des décennies des dizaines de milliers d’Arméniens qui ont enrichi la vie politique, culturelle, économique et artistique dans le pays », a apprécié le président Sissi. Au niveau économique, le chef de l’Etat a affirmé la volonté de l’Egypte de renforcer les relations avec l’Arménie, en encourageant la coopération entre les communautés d’affaires des deux pays afin de stimuler les échanges commerciaux et les investissements. « Nous avons convenu d’augmenter le volume des échanges commerciaux entre les deux pays, ce qui nécessite d’activer certains mécanismes économiques, notamment la commission mixte de coopération économique, scientifique et technique et le Forum des hommes d’affaires », a indiqué le président Sissi. D’ailleurs, lors de sa réunion dimanche avec le premier ministre arménien, Nikol Pashinyan, à Erevan, le président a évoqué les efforts de l’Egypte pour établir une zone de libre-échange avec l’Union Economique Eurasiatique (UEE), créée en 2015, dont bénéficieront les deux pays, vu que « les produits égyptiens répondent aux besoins de ces pays en termes de qualité et de prix », a affirmé le président Sissi.

Cercles d’intérêt

Le politologue Tarek Fahmy, professeur de sciences politiques et expert en relations internationales, revient sur l’importance de la tournée présidentielle en Azerbaïdjan, en Arménie et en Inde. Selon lui, ces visites s’inscrivent dans le cadre d’une diplomatie adoptée ces dernières années par l’Egypte et consistant à diversifier ses cercles de relations internationales. « Une politique qui permet à l’Egypte de réaliser ses intérêts tout en gardant son indépendance. C’est dans ce contexte que l’Egypte cherche aujourd’hui à approfondir ses relations avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie », explique Fahmy. Et d’ajouter que le développement des relations avec ces pays est favorisé par l’absence de divergences, ce qui donne à l’Egypte un grand espace de mouvement dans la région du Commonwealth et de l’Asie centrale et permet d’ouvrir de nouveaux horizons d’investissements et d’échanges commerciaux. « Cette tournée confirme la volonté de l’Egypte de renforcer sa présence dans la région asiatique. La tournée présidentielle en Inde, en Azerbaïdjan et en Arménie permettra d’accroître les échanges commerciaux avec ces pays et d’attirer de nouveaux investissements. Elle permettra aussi de consolider la présence égyptienne dans le Caucase, une région très importante et riche en ressources pétrolières et gazières », conclut le politologue.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique