Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Visages >

Mona Magdalany : La passion de transmettre

Naguib Mahfouz Naguib, Lundi, 24 février 2020

Animée par l’amour des langues, Mona Magdalany a dédié sa vie à la francophonie, que ce soit en tant qu’enseignante de français, de proviseure ou, aujourd’hui, de consultante en formations. Elle est aussi co-présidente du Festival de théâtre scolaire francophone.

Mona Magdalany
(Photo : Hani Sawiris)

« Je dois au Liban ma joie de vivre et ma détermination. Je dois à l’Egypte mon sens de l’humour et ma débrouillardise. Et je dois à la France mon esprit critique et ma manière de penser », affirme Mona Magdalany, enseignante, ancienne proviseure de la Mère de Dieu et animatrice de théâtre, qui a été décorée, en avril 2019, chevalière de l’Ordre des Palmes académiques pour ses efforts déployés dans le domaine de la francophonie. Egyptienne de naissance, elle est syrienne du côté de sa mère et libanaise du côté de son père. Si la famille Magdalany a par ailleurs donné au Liban un certain nombre de politiciens, elle est, pour sa part, très loin de la politique.

Son identité libanaise a été une découverte pour elle, en 2013, lorsqu’elle a passé un séjour à Beyrouth pour des études de master en coordination scolaire et conseil pédagogique à l’Université Saint-Joseph. « Tu es différente », lui avait-on toujours dit, mais elle ne savait pas trop pourquoi. Après ce court passage à Beyrouth, elle a compris que cela provenait probablement de ses origines libanaises. « Mes gènes libanais expliquent en quelque sorte ma joie de vivre, mes tendances libérales, cet entêtement … », dit-elle.

Cette différence s’est fait sentir dès son enfance. Mona Magdalany ne jouait presque pas avec ses poupées, parce que celles-ci ne parlaient pas. Elle rêvait plutôt d’avoir un chien, qui pouvait entrer en interaction avec elle. Son premier chien était en fait un chien de rue, qu’elle a réussi plus au moins à apprivoiser. « Il m’accompagnait en attendant le bus d’école, passait librement la journée à errer dans les rues, mais il rentrait à la maison la nuit », raconte-t-elle. En deuxième primaire, élève à La Mère de Dieu, elle s’est mise en tête de porter des lunettes, comme la plupart de ses camarades de classe. Elle a établi tout un plan pour convaincre sa mère, lui disant qu’elle ne voyait pas bien au tableau. Mais son plan a mal tourné : l’ophtalmologue lui a prescrit de l’huile de poisson comme fortifiant et non pas des lunettes !

Passionnée par les langues et la littérature, Mona Magdalany a choisi, des années plus tard, d’intégrer la faculté des lettres, section française. « Les années de la faculté ont été très marquantes. Hormis la culture littéraire et l’historique du pays dont j’apprenais la langue depuis mon plus jeune âge, le travail d’analyse m’enchantait, ça faisait partie de ma nature et là, c’était l’occasion d’en étudier les bases et de l’appliquer à des textes du programme aussi bien que dans des situations de la vie quotidienne », précise-t-elle. Sans trop d’efforts, l’étudiante était 3e ou 4e de sa promotion, avec des mentions variant entre très bien et excellent. La littérature était pour elle un vrai plaisir, mais elle rêvait aussi de faire carrière dans le monde du management et des affaires.

En 1995, seulement trois mois après avoir terminé ses études universitaires, elle est embauchée par la multinationale Société Générale de Surveillance (SGS) comme secrétaire et, au bout de 4 ans, elle obtient une promotion. Puis en novembre 1999, elle se lance dans la recherche d’un nouveau défi, toujours dans le monde du management et des affaires, mais le sort lui réserve une toute autre destination ...

Dans le cadre d’un poste de remplacement au Collège de La Mère de Dieu en juillet 2000, elle découvre sa passion pour l’enseignement. Un vrai coup de coeur. « Je suis littéralement tombée amoureuse de ce métier, qui est devenu pour moi une passion et une mission. Quelle joie de voir une élève qui parvient à vaincre sa timidité et à parler en public ! Quelle joie de voir une élève gagner confiance en elle-même ! Quelle joie de voir les yeux d’une élève pétiller parce qu’elle a bien compris la leçon! La classe, c’est comme une terre fertile. Un autre monde », souligne Mona Magdalany. Et d’ajouter: « Au bout d’un ou deux mois, j’ai compris que c’était là que je voulais passer ma vie et non au sein d’une entreprise ».

En classe, Mona Magdalany a appris à respecter les différences entre les étudiants et de mettre en lumière les points forts de tout un chacun. « C’est comme ça que je gérais ma classe », lance-t-elle fièrement. Et c’est ainsi qu’elle a été professeure à La Mère de Dieu d’Alexandrie de septembre 2000 à juillet 2019. En effet, elle a continué à enseigner, même après avoir été nommée proviseure. Elle a d’abord passé une année comme adjointe du proviseur, puis, en septembre 2012, elle a pris la direction.

Etre proviseure ne faisait pas partie de ses rêves. Elle préférait la liberté dont bénéficiait l’enseignante, mais elle a quand même tenu le coup pendant 7 ans. Il a fallu sortir de sa zone de confort en tant qu’enseignante de cours magistral, pour tenir un poste de pouvoir. « La motivation, c’est le mot-clé qui permet de réaliser et de construire quelque chose en travaillant avec des êtres humains. Quand on cherche à être performant, dans l’usine des êtres humains, il faut savoir les motiver », souligne la pédagogue. Résultat: le Collège de La Mère de Dieu (CMD) a été accrédité qualité égyptienne NAQAA et qualité française LFE à deux reprises. Les élèves du CMD étaient parmi les premiers au niveau de la République, mais ont aussi remporté plusieurs championnats sportifs, des trophées de théâtre ainsi que des prix d’écriture, de calligraphie et d’autres.

Au bout de 7 ans, les enseignants du CMD étaient devenus sollicités en tant que formateurs par différentes institutions. Mona Magdalany elle-même a suivi plusieurs formations académiques en langue française ainsi que des formations en matière de développement humain. Elle est devenue formatrice de formateurs agréée par l’Institut Universitaire de la Formation des Maîtres à Paris en 2007. Et ce, avant de passer son master à Beyrouth, avec comme sujet « De la motivation des élèves à la motivation des enseignants ». En 2017, Mona Magdalany s’est formée à l’ingénierie de la formation au Centre international des études pédagogiques à Sèvre. Elle se perfectionnait en permanence pour être à la hauteur de ses responsabilités pédagogiques. En 2002, elle se découvre aussi un autre talent, celui d’animatrice de théâtre. Depuis, elle met en scène une pièce de théâtre par an. Elle a commencé par L’Anglais tel qu’on le parle, un vaudeville en un acte de Tristan Bernard, datant de 1899. L’année d’après, elle a fait une adaptation de l’oeuvre de l’auteure contemporaine Sylvaine Hinglais, Souvenir, ô souvenir.

Travaillant de près avec les comédiennes en herbe qu’elle a pu former, elle aborde des sujets qui les préoccupent et suit parfois aussi l’actualité. Ainsi, elle peut soulever, à travers ses pièces, les sujets les plus divers, tels la société de consommation, le sentiment de peur, la pollution, la langue française, l’histoire du cinéma, l’attente du prince charmant, etc. « Le théâtre est aussi un beau moyen d’apprentissage. Les élèves se transforment complètement en faisant du théâtre. A la fin de l’année scolaire, elles apprennent à travailler en groupe, à mieux s’exprimer. Elles cherchent les informations utiles pour les intégrer dans la pièce de théâtre », souligne Mona Magdalany.

Ayant reçu plusieurs prix, elle a fini par former sa troupe de théâtre, appelée Recto Verso, en 2016. Depuis, elle continue à produire ses pièces indépendamment des établissements scolaires. Par ailleurs, Mona Magdalany a été nommée vice-présidente du comité d’organisation du Festival égyptien scolaire du Théâtre international francophone, et, quelques années plus tard, elle en est devenue la co-présidente.

Un autre grand moment de son parcours? En novembre 2019, elle est sélectionnée parmi les invités du Forum africain de la femme, à Johannesburg. « J’ai été choisie pour représenter l’Egypte avec 16 autres femmes au Forum des femmes africaines, qui a accueilli 54 pays. Pour moi, cela a été encore une autre découverte, celle de cette composante africaine de mon identité que j’ignorais », assure Mona Magdalany. Le Forum était organisé de façon à donner la chance à la femme africaine d’exprimer sa souffrance, de parler de ses réussites et d’adresser des messages aux autres femmes de par le monde pour créer des liens de solidarité et une force collective pour un meilleur avenir africain.

Ayant démissionné de son poste de proviseure à la Mère de Dieu, Mona Magdalany travaille aujourd’hui en tant que consultante en systèmes éducatifs et formations, tout en poursuivant ses activités en tant qu’auteure et metteure en scène indépendante.

Jalons :

Naissance à Alexandrie.
1995 à 1999 : Travail dans le domaine des affaires et de la gestion.
2000 à 2019 : Enseignante de la langue française à la Mère de Dieu d’Alexandrie.
De 2010 et jusqu’à présent : Co-présidente du comité organisateur du Festival égyptien scolaire du Théâtre international francophone.
2012 à 2019 : Proviseure de la Mère de Dieu d’Alexandrie.
2016 : Master en coordination scolaire et conseil pédagogique à l’Université Saint-Joseph (Liban).
Avril 2019 : Chevalière de l’Ordre des Palmes académiques. Cérémonie de décoration au consulat de France d’Alexandrie

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique