Dimanche, 03 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Mode de vie >

A chaque saint ses invocations

Charbel Hechema , Mercredi, 08 juin 2022

Invoquer les saints fait partie intégrante des croyances ancrées auprès des chrétiens en Egypte. Focus à l’occasion de la fête de saint Antoine de Padoue, l’un des plus populaires.

Des youyous de joie et des fleurs jetées accompagnent la procession avec les tambours des scout
Des youyous de joie et des fleurs jetées accompagnent la procession avec les tambours des scouts et l’encens. (Photo : Rami Yassa)

Les deux églises qui portent le nom de saint Antoine de Padoue au Caire et à Alexandrie témoignent de l’affluence de fidèles par centaines chaque année au mois de juin pour participer à la neuvaine spéciale. Et pour cause. Le 13 juin, le monde entier célèbre sa fête, et bien entendu l’Egypte où la cérémonie retrouve toute sa splendeur en présence de quelque 2000 fidèles. Autant de témoignages émouvants de reconnaissance et d’amour envers le saint patron.

 (Photo : Rami Yassa)

Ibrahim, un octogénaire, n’oublie pas qu’ils l’avaient invoqué lui et sa maman il y a plus de 50 ans après avoir perdu, dans un bus, ses principaux documents qu’il devait présenter pour décrocher un emploi. Le lendemain matin, un policier les lui a rendus. «  Saint Antoine est mon saint patron depuis ce temps-là et je l’invoque souvent », précise-t-il avec ferveur. Ibrahim n’est pas le seul à bénéficier des grâces de saint Antoine de Padoue. C’est le cas de beaucoup de personnes, dont Amal, qui a perdu sa chaîne en or dans le sable sur la plage d’Alexandrie et l’a retrouvée grâce à son intercession. Effectivement, ce saint est réputé pour être un thaumaturge. La phrase célèbre « Saint Antoine de Padoue, rendez ce qui n’est pas à vous » est souvent répétée par de nombreuses personnes avec foi et confiance lorsqu’elles cherchent leurs objets perdus.

Construite en 1915 dans le quartier de Daher au Caire, l’église qui porte son nom accueille, chaque mardi notamment, les fidèles autour d’une messe. Outre l’excellente chorale, qui chante les cantiques connus et nouveaux, et la litanie récitée avec ferveur demandant au saint des grâces et sa protection. Selon la tradition, c’est le jour consacré à saint Antoine.


Des petits portent l’habit de saint Antoine pour obtenir sa protection. (Photo : Rami Yassa)

C’est le cas aussi de son église dans le quartier populaire de Bakos à Alexandrie (1920), connue par la grande horloge ornant son clocher, qui renferme une croix spéciale et des tableaux inestimables. Il ne faut pas oublier celle de Louqsor, à Armant Al-Heit. C’est l’occasion aussi aux fidèles qui le désirent d’offrir du pain pour qu’il soit distribué le mercredi aux nécessiteux. Il convient de rappeler que le saint avait, à plusieurs reprises, sauvé plusieurs enfants qui se noyaient, et la mère de l’un d’eux a offert du pain aux pauvres en signe de reconnaissance. A mentionner aussi qu’un nourrisson a parlé grâce à saint Antoine pour convaincre un mari jaloux de l’innocence de sa femme. C’est pourquoi il est réputé comme le protecteur des enfants. Egalement, on peut offrir aux églises des vêtements et autres pour qu’ils soient distribués par les moines à ceux qui en ont besoin.

En effet, selon la tradition, il n’est pas nécessaire d’avoir le prénom d’Antoine ou d’Antoinette pour porter l’habit de ce saint. Ne vous étonnez donc pas en voyant de petits garçons et filles très joyeux circuler dans la rue avec la robe en bure des moines franciscains qui est serrée à la taille par une cordelière avec 3 noeuds, afin de leur rappeler les voeux qu’ils avaient prononcés : pauvreté, chasteté et obéissance.

Un saint pour toutes les confessions

La neuvaine qui précède la fête de ce grand missionnaire témoigne de ce spectacle. Chacune des différentes églises catholiques égyptiennes célèbre la messe un jour, servie par sa propre chorale. C’est l’occasion de beaucoup de retrouvailles dans la cour de cette église qui rassemble catholiques et orthodoxes, des sièges étant installés à cet effet dans la grande cour.

Salwa dit que la date de son anniversaire coïncide avec la fête du saint. C’est pourquoi, toute petite, ses parents lui ont appris à assister à la neuvaine en signe de reconnaissance. Beaucoup de membres de la famille se rassemblaient pour aller à l’église, effectuant un trajet d’une heure à pied. Ils récitaient le chapelet avec les fidèles, puis assistaient à la messe et priaient la litanie de saint Antoine. « C’étaient de longues heures passées dans la ferveur. Lorsque j’ai lu son histoire, je me suis attachée à l’image qu’il reflétait de Dieu et j’ai été touchée par ses sermons et sa foi profonde. Saint Antoine est mon idéal, et je voudrais suivre ses pas. Il m’a appris à aimer les pauvres, les aider et les protéger, ainsi qu’à respecter le travail manuel. Je lui demande de ramener beaucoup de jeunes d’aujourd’hui à la vraie foi », souligne-t-elle.

Quant à Howayda, elle considère saint Antoine comme un ami et apprécie son obéissance à Dieu et sa douceur. Ses collègues musulmans lui disent de s’adresser à lui à chaque fois que des documents sont perdus. « Lorsque ses reliques étaient à l’église de Sainte-Thérése d’Héliopolis, je ne pouvais pas arriver à l’heure et je lui ai demandé de m’attendre et il l’a fait. Etant arrivée en retard, les moines n’étaient pas encore partis, car une femme malade voulait voir les reliques », se souvient-elle. « Egalement, lors d’un voyage, ma mère et moi, nous avions une escale de juste une heure, en plus, nos valises étaient abîmées et en surpoids. Grâce à lui, nous n’avons eu aucun problème », ajoute-t-elle.

Mais les choses perdues sont-elles souvent des objets matériels ? Sûrement non. Antoine, un quinquagénaire, est fier de porter le nom du saint qui l’aide à recouvrer ce qui est perdu moralement: la paix, la joie et la confiance en soi l

Qui est saint Antoine de Padoue ?

Attention, il ne faut pas confondre saint Antoine Le Grand (251-356), père des ermites, le célèbre moine égyptien qui s’était isolé au désert pour prier et méditer, avec saint Antoine de Padoue (1195-1232), né à Lisbonne, au Portugal, qui a été l’un des conseillers du pape Grégoire IX en 1230. Né dans une famille noble, le jeune Fernando, descendant de Charlemagne, a terminé ses études chez les chanoines réguliers de saint Augustin et a été ordonné prêtre. Ensuite, il a rejoint l’ordre des Franciscains de François d’Assise, qui a rencontré le sultan égyptien Al-Kamel en 1219. Antonio désirait partir servir au Maroc, mais sa santé fragile ne le lui a pas permis et il est revenu en Italie. Plus tard, il a été envoyé en France par saint François pour fonder des maisons de l’ordre et lutter contre les hérésies. Saint patron des marins, protecteur des familles et des voyageurs et grand théologien, saint Antoine ramena à la foi beaucoup de dissidents et a été surnommé le « marteau des hérétiques ». Il a accompli de nombreuses conversions grâce à son grand don de prédicateur. Excellent orateur, il réussissait à convaincre les gens, on dirait même que les poissons ont émergé une fois pour l’écouter. Il est réputé également pour ses guérisons. Le sacerdoce de saint Antoine n’était que d’environ 10 ans, mais son impact a traversé le monde et il a été canonisé très vite, moins d’un an après son décès à 36 ans à Padoue, en Italie.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique