Mercredi, 17 juillet 2024
Sports > Sports >

La Russie assure ne "pas interférer" en France et dément toute désinformation avant les JO

AFP , Mardi, 04 juin 2024

Le Belem
Le Belem, le voilier à trois mâts portant la flamme olympique de Grèce, au centre, passe devant un porte-conteneurs décoré du logo de Paris 2024. Photo : AP

La Russie a assuré mardi ne "pas interférer" en France, en réaction aux soupçons la visant après la découverte de cercueils près de la tour Eiffel, et démenti toute campagne de désinformation visant les Jeux olympiques de Paris.

"La Russie n'a pas interféré et n'interfère pas dans les affaires intérieures de la France --notre pays a des priorités plus importantes", a affirmé l'ambassade de Russie à Paris dans un communiqué.

"L'ambassade de Russie en France exprime sa vive protestation contre une nouvelle campagne russophobe déclenchée dans les médias français", a-t-elle ajouté.

Elle a évoqué une "hystérie" dangereuse pour les citoyens russes en France, notamment pour le personnel de l'ambassade, et exprimé sa solidarité avec "les citoyens français qui ont fait l'objet d'une chasse aux sorcières simplement parce qu'ils sont favorables à la préservation des liens d'amitié de longue date entre nos pays".

L'ambassade a appelé les autorités françaises à "mettre fin" à cette "campagne d'information antirusse".

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a de son côté démenti toute campagne de désinformation visant les Jeux olympique prévus cet été à Paris, qualifiant de "pure calomnie" un rapport d'un observatoire de Microsoft accusant la Russie d'avoir intensifié ces efforts.

M. Peskov a assuré aux journalistes que ces accusations "n'ont rien à voir avec la réalité".

Moscou est soupçonnée de plusieurs actes de déstabilisation en France ces derniers mois, dont le récent dépôt au pied de la tour Eiffel à Paris de cercueils portant l'inscription "Soldats français de l'Ukraine".

Trois hommes soupçonnés d'être impliqués dans cette affaire, un Bulgare, un homme né en Allemagne et un homme né en Ukraine, ont été présentés à un juge français lundi.

Le Centre d'analyse des menaces (MTAC), géré par Microsoft, a mis en cause deux groupes d'influence russe, Storm-1679 et Storm-1099, accusés de "semer la peur pour dissuader les spectateurs d'assister aux Jeux" olympiques.

Le MTAC s'attend à ce que ces activités "s'intensifient" à l'approche de la cérémonie d'ouverture.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique