Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Championnat 2022-2023, c’est reparti !

Karim Farouk , Mercredi, 12 octobre 2022

Après 45 jours de pause, le championnat de football est de retour avec une concurrence qui s’annonce plus rude que jamais.

Championnat 2022-2023, c’est reparti !

Pendant de longues années, le Championnat national était l’apanage de deux clubs mythiques : Ahli et Zamalek. Un monopole en passe de changer avec l’émergence de nouvelles forces. Le classement a déjà été chamboulé la saison dernière avec Pyramids FC, dauphin du championnat pour la première fois de son histoire derrière le champion Zamalek. Ahli, quant à lui, s’est retrouvé à la 3e place, son pire classement depuis 39 ans. Cette saison marque un retour «  à la normale » après la première pause octroyée aux clubs depuis la pandémie de Covid-19. Les matchs à répétition et la succession des saisons ont pesé lourd sur le football égyptien. Plusieurs clubs ont enregistré une perte de niveau et de nombreux joueurs ont souffert de blessures.’été a été très animé avec des matchs amicaux et un mercato très riche grâce à de nouveaux investisseurs dans le Championnat national. « La compétition sera très difficile à tous les niveaux. Beaucoup d’équipes bénéficient désormais de larges moyens financiers; la concurrence sera acharnée, que ce soit en haut ou en bas du classement », a expliqué Ahmad Ayoub, ancien entraîneur adjoint de la sélection d’Egypte et entraîneur de Haras Al-Hodoud, de retour en première division cette saison.

Les favoris classiques

Ahli et Zamalek partent grands favoris pour le trophée 2022-2023. Double tenant du titre, Zamalek a finalement grossi ses effectifs après l’interdiction de recruter lors des deux derniers marchés de transfert. Les Blancs ont accueilli 8 joueurs cet été pour pallier leurs défaillances, dont l’attaquant béninois Samson Akinyoola, le milieu marocain Zakariya Al-Wardi et les internationaux des Pharaons Omar Gaber, Nabil Emad et Mohamad Sobhi. Zamalek sera certainement l’équipe à battre avec à la barre, l’artisan du succès de l’année passée, le « Professeur » Jesualdo Ferreira. Situation inverse chez Ahli, le club a peu investi sur le marché des transferts en raison de l’arrivée tardive de son nouvel entraîneur. Les Rouges ont nommé le Suisse Marcel Koller à la place du Portugais Ricardo Soares qui n’est resté que trois mois en poste. Le club s’est contenté de recruter le Brésilien Bruno Savio, Chadi Hussein et Moustapha Saad.a direction a renouvelé sa confiance en l’effectif qui a dominé les scènes africaine et égyptienne les deux dernières années avant de s’effondrer lors d’une saison « catastrophique », comme l’a qualifiée le meneur Mohamad Magdi « Afcha ». Après un bon repos, les joueurs retrouveront leur appétit pour la victoire.

Pyramids FC, la nouvelle menace

Grâce à ses solides finances, ce club a intégré la cour des grands. Al-Assiouti Sport, rebaptisé en 2018 Pyramids FC, s’est montré un sérieux rival pour le duo au sommet. « A mon avis, il a raté sa meilleure chance de remporter le titre la saison passée. Zamalek avait mal commencé et Ahli s’est écroulé en fin de saison. Pyramids FC dispose d’une excellente équipe, et s’il avait cru à ses chances et montré plus de détermination, il aurait pu créer l’événement », déplore le consultant sportif Hassan Al-Mistikawi. Le club a conservé son entraîneur Takis Gonias et compte dans son équipe des joueurs de rêve comme Abdallah Al-Saïd, Ramadan Sobhi, la nouvelle recrue Moustapha Fathi, le Burkinabé Blati Touré, le Tunisien Fakhreddine bin Youssef et le Marocain Walid Al-Karti.

Les outsiders

D’autres prétendants s’ajouteront-ils à la liste? Pas vraiment, mais certaines équipes peuvent jouer les trouble-fête.e nouveau venu en championnat, Future FC, a fait une entrée remarquée la saison passée en terminant quatrième. Il espère progresser ou au moins conserver sa place dans le carré d’or. Ismaïli, un ancien champion d’Egypte, essaie de renouer avec la gloire après plusieurs saisons de galère. Nommé à la barre, l’ancien entraîneur d’Ahli, Juan Carlos Garrido, a procédé à un large recrutement pour reconstituer ses effectifs. De retour à la direction de Masri, l’homme d’affaires Kamel Abou-Ali n’a pas lésiné sur les moyens cet été. Il a recruté Ihab Galal, ancien sélectionneur d’Egypte, et un grand nombre de joueurs vedettes pour relancer son équipe dans la course cette année. Enfin, parmi les nouveaux promus, Assouan a recruté pas moins de 17 joueurs pour éviter un retour en deuxième division et semble prêt à faire bonne figure cette année. Place à présent aux pronostics. La saison 2022-2023 devrait être la saison du suspense. Qui sera le prochain champion d’Egypte ? Réponse dans 7 mois, en mai prochain.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique