Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Nouveaux records pour Farida Osman

Mirande Youssef , Mercredi, 29 juin 2022

La nageuse égyptienne Farida Osman, 27 ans, a signé deux nouveaux records égyptien et africain au 50 m et au 100 m papillon aux Championnats du monde de natation à Budapest.

Nouveaux records pour Farida Osman

L’Egypte détient deux nouveaux records qui sont l’oeuvre de la nageuse égyptienne Farida Osman. Elle les a réalisés à Budapest en Hongrie lors des Championnats du monde qui se terminent le 3 juillet. L’Egypte est représentée par une délégation de 7 nageurs : une dame, à savoir Farida Osman, et 6 hommes, à savoir Marawan El Kamash, Youssef El Kamash, Abdel Rahman Sameh, Mohamad Samy, Youssef Ramadan et Mohamad Al-Mohamady.

Farida Osman a fini 4e au 50 m papillon avec un chrono de 25.38. Une performance qui permet à Farida Osman de signer un nouveau record égyptien et africain dans cette catégorie. Elle s’est qualifiée pour la finale des 50 m papillon en réalisant un chrono de 25.95. En finale, elle était sur le point de décrocher une médaille de bronze. Elle avait un écart d’un sixième de seconde avec la Chinoise Zhang Yufei qui a décroché la médaille de bronze en réalisant un chrono de 25.32.

La nageuse a enregistré un autre record au 100 m papillon avec un chrono de 57.66 occupant la 7e place. Elle s’est qualifiée pour la finale de 100 m papillon occupant la 8e place avec un chrono de 57.91.

Grâce à cette performance, Farida a écrit l’histoire en devenant la première nageuse égyptienne à réaliser ces records sur ces deux distances. « Je suis satisfaite de mes performances en Hongrie bien que j’aie voulu faire mieux et décrocher une médaille. J’étais sur le point de décrocher une médaille de bronze car l’écart entre la nageuse chinoise, qui a décroché le bronze, et moi était de quelques fractions de seconde. Toutefois, les deux records égyptiens et africains que j’ai réalisés sont un exploit qui marquera l’histoire de la natation égyptienne », a déclaré Farida Osman. Née le 18 janvier 1995 à Indianapolis aux Etats-Unis, Farida Osman commence à pratiquer la natation au club égyptien de Guézira à l’âge de 5 ans, suivant les pas de son frère aîné Ahmad. Passionnée par l’eau, Osman a grandi dans les bassins. A l’âge de 12 ans, elle intègre la sélection égyptienne et devient son plus jeune membre. Sa première compétition internationale était les Jeux Africains (JA) d’Algérie en 2007, où elle a battu le record d’Egypte du 50 m papillon. L’année 2011 constitue un tournant. Elle devient nageuse professionnelle. Elle réalise alors une première dans l’histoire de la natation égyptienne en décrochant la médaille d’or du 50 m papillon aux Championnats du monde juniors. En 2012, à 17 ans seulement, elle participe aux Jeux Olympiques (JO) de Londres sur les 50 m libre et elle termine 41e. Un an plus tard, lors des Mondiaux 2013, elle réalise une première pour l’Egypte en disputant la finale de 50 m papillon, son épreuve préférée où elle arrive toujours en finale des Mondiaux.

Des médailles en série

En 2013, Farida Osman commence une nouvelle étape de sa vie. Après avoir obtenu son bac d’une école américaine en Egypte, elle intègre l’Université Berkeley en Californie. Après avoir terminé ses études, elle continue à s’entraîner aux Etats-Unis et fait partie de l’équipe de Californie Golden Bears aux NCAA (Championnats nationaux américains collégiaux). Aux JO de Rio 2016, elle occupe la 11e place aux 100 m papillon. Les efforts de cette jeune nageuse paient rapidement, et en 2017, elle décroche une première médaille de bronze au 50 m papillon aux Championnats du monde de Budapest. En 2018, elle rafle 5 médailles d’or et 3 d’argent aux Championnats d’Afrique. En 2019, elle réédite son exploit mondial en raflant une médaille de bronze au 50 m papillon lors des Mondiaux de Corée du Sud. Ce parcours plein de médailles a fait de cette nageuse une légende qui inspire les jeunes nageuses égyptiennes. Elle est la première nageuse égyptienne à rafler ce grand nombre de médailles africaines et internationales. « Farida est devenue un modèle à suivre pour les jeunes nageuses. Grâce à elle, le nom de l’Egypte a figuré dans la liste des pays phare de la discipline. Je travaillerai avec elle durant la période à venir jusqu’aux JO de Paris 2024. J’ai confiance en elle. Je pense qu’elle peut gagner une médaille olympique. Elle a beaucoup de mérite », explique Chérif Habib, entraîneur égyptien de Farida.

Par ailleurs, les nageurs égyptiens ont réalisé des résultats satisfaisants même s’ils n’ont pas décroché de médailles. Le nageur Marwan El Kamash a réalisé une 13e place au 800 m nage libre avec un chrono de 52.08. Youssef Ramadan a occupé la 23e place au 50 m brasse avec un chrono de 27.92. Le nageur Abdel Rahman Sameh a terminé à la 23e place du 50 m papillon avec un chrono de 23.64.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique