Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Ali Khalafallah : J’ai battu un record qui n’a jamais été réalisé par un nageur égyptien depuis 25 ans

Mirande Youssef, Mardi, 02 novembre 2021

Nommé pour la troisième fois nageur le plus rapide d’Afrique, Ali Khalafallah, 25 ans,a raflé 3 médailles d’or aux Championnats d’Afrique qui se sont déroulés du 11 au 21 octobre à Accra (Ghana). Entretien.

Ali Khalafallah

Al-Ahram Hebdo : Vous avez remporté 3 médailles d’or aux Championnats d’Afrique au Ghana et vous avez été nommé nageur le plus rapide de la compétition. Que représente pour vous ce titre ?

Ali Khalafallah : Effectivement, j’ai obtenu dans ces championnats 3 médailles d’or, 2 d’argent et 1 de bronze. Quant au titre de nageur le plus rapide d’Afrique, c’est l’un des titres que j’apprécie le plus. J’ai remporté la médaille d’or dans trois épreuves : 50 m nage libre, 4x100 m quatre nages et 4x100 m nage libre. J’ai obtenu le titre du nageur le plus rapide d’Afrique dans ma spécialité du 50 m nage libre avec un score de 22,48 secondes. A vrai dire, en touchant la plaque, j’étais loin d’imaginer que je venais de réaliser un exploit et que j’ai pu dépasser deux nageurs de l’Afrique du Sud qui étaient pour moi des adversaires redoutables.

Il s’agit de mon troisième titre de nageur le plus rapide. Le premier titre, je l’ai décroché en franchissant la barre des 21,98 secondes au 50 m nage libre lors des Championnats d’Afrique en Algérie en 2018. C’était un record qui n’avait pas été réalisé par un nageur égyptien depuis 25 ans. Lors de ces championnats, j’ai raflé 7 médailles : 4 d’or, 2 d’argent et 1 de bronze. J’ai été honoré par la Fédération égyptienne de natation pour ce titre. Mon deuxième titre de nageur le plus rapide, je l’ai eu aux Championnats d’Afrique au Maroc.

— Comment étaient vos débuts ?

— J’ai fait mes débuts à l’âge de 6 ans dans les bassins du club Ahli. A l’âge de 11 ans, j’ai participé au Championnat national et j’ai remporté ma première médaille d’or. Dès lors, j’ai décidé de me consacrer pleinement à la natation, devenue ma seule passion. A l’âge de 15 ans, j’ai battu le record égyptien de la Coupe d’Egypte et, du coup, j’ai décidé de partir aux Etats-Unis pour poursuivre mes études secondaires. N’ayant pas réussi à établir un équilibre entre mes études et l’entraînement, j’ai intégré l’Académie militaire de Fork Union en Virginie. C’est une école secondaire où la natation fait partie du programme scolaire. Pendant les trois années d’études, j’ai battu le record de l’école à sept reprises en 50 m libre. Dès lors, j’ai fait de cette épreuve ma spécialité. Bien qu’elle soit l’une des épreuves les plus courtes, la 50 m nage libre est la plus difficile car une fraction de seconde suffit pour faire d’un nageur un gagnant ou un perdant. Après avoir terminé mes études secondaires, je me suis inscrit à l’Indiana University où j’ai étudié le management. Pendant les années d’études universitaires, mon niveau a nettement progressé car j’ai participé au Championnat NCAA de natation. Celui-ci réunit les universités américaines et la compétition est très forte. Ma meilleure performance était une 6e place en 2017.

— Pouvez-vous nous donner un aperçu de vos médailles les plus importantes ?

— En 2016, j’ai commencé à cumuler les titres et à me distinguer. Cette année-là, je me suis classé 23e aux JO de Rio en 50 m nage libre. En 2018, j’ai remporté une médaille d’or aux Championnats d’Afrique qui se sont déroulés en Algérie en 50 m libre et une médaille de bronze aux Jeux méditerranéens. En 2019, j’ai remporté une médaille d’or en 50 m libre aux Jeux africains au Maroc, une médaille d’argent en 4x100 m nage libre et une autre en 50 m papillon. La même année, j’ai validé mon ticket olympique en remportant l’or aux Championnats du monde en Corée du Sud. Cette qualification restera sans doute l’une de mes plus belles victoires, ce fut un vrai exploit de décrocher une médaille d’or dans une compétition qui regroupe les grands noms de la discipline. Ensuite, j’ai gravi les échelons en me classant 13e mondial en 50 m libre. Je suis le premier nageur égyptien à intégrer le top 16 des plus grands nageurs du monde. Mon nom figure sur la liste des stars de cette épreuve aux côtés du nageur américain Klete Keller, qui est pour moi une idole. Aux JO de Tokyo, j’ai fini 24e en 50 m nage libre avec un score de 22,22 secondes.

— Comment se passe votre entraînement ?

— Je m’entraîne avec la sélection égyptienne et je passe une partie de l’année avec mon entraîneur américain. Tous les jours, je fais deux heures de natation en plus d’une séance de musculation de 3 à 4 heures. Je respecte au pied de la lettre mon programme d’exercice physique et mon régime nutritionnel pour être toujours en bonne forme.

— Comment évaluez-vous le niveau actuel de la natation en Egypte ?

— Je pense que le niveau de la natation en Egypte a beaucoup évolué et cela s’explique par le fait que beaucoup de nageurs choisissent de se former aux Etats-Unis. On peut dire que c’est la tendance parmi les nageurs de la sélection égyptienne. Une fois le bac obtenu, ils cherchent une bourse aux Etats-Unis pour faire leurs études universitaires et s’entraîner dans une université qui leur fournit des entraîneurs de très haut niveau. On ne peut pas nier que c’est grâce à ce choix que de nombreux nageurs et nageuses ont offert à l’Egypte des médailles internationales comme Farida Osmane, Ahmad Akram, Marwan Al-Qammach, entre autres.

— Quels sont vos projets à venir ?

— Après chaque succès, je regarde l’étape suivante et je me fixe un nouvel objectif. A présent, je me prépare pour la nouvelle saison 2022. Le défi de cette saison sera les Championnats du monde prévus en mai prochain au Japon. J’espère remporter une médaille lors de ces championnats. Mon prochain objectif sera de réaliser une bonne performance aux JO de Paris 2024. Je me consacrerai à ces deux objectifs et je donnerai le meilleur de moi-même pour les réaliser.

Focus

Naissance : Le 13 mai 1996.

Taille : 1,82 m.

Poids : 82 kg.

Education : Fork Union Military Academy.

Médailles :

2016 :

23e place aux JO de Rio en 50 m nage libre.

2018 :

Médaille d’or aux Championnats d’Afrique (Algérie) en 50 m nage libre.

Médaille de bronze aux Jeux méditerranées en 50 m nage libre.

13e place aux Championnats du monde (Chine).

2019 :

6 médailles aux Jeux africains (1 médaille d’or en 50 m nage libre et 5 médailles d’argent en 100 m nage libre, 50 m papillon, 4x100 m nage libre, 4x100 m quatre nages et 4x100 m nage libre mixte.

2021 :

3 médailles d’or aux Championnats d’Afrique (Ghana) en 50 m nage libre, 4x100 m nage libre et 4x100 m quatre nages.

Deux médailles d’argent en 50 m papillon et 4x100 m nage libre mixte.

Une médaille de bronze en 50 m dos.

Une 24e place aux JO de Rio.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique