Samedi, 20 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Abdelmoneim Elhusseiny : Aujourd’hui, l’ambition des escrimeurs égyptiens est à son apogée

Doaa Badr, Lundi, 19 avril 2021

Abdelmoneim Elhusseiny, président de la Fédération égyptienne d’escrime, se dit fier de l’équipe d’Egypte qui a remporté 5 médailles dont une d’or aux Mondiaux juniors.

Abdelmoneim Elhusseiny

Al-Ahram Hebdo : Comment jugez-vous la performance égyptienne aux Championnats du monde juniors-cadets d’escrime qui se sont déroulés du 3 au 11 avril en Egypte ?

Abdelmoneim Elhusseiny : Avant ces Mondiaux, l’Egypte avait déjà remporté 4 médailles durant les différents Championnats du monde. Lors de cette dernière édition des Mondiaux, notre pays a décroché 5 médailles dont une d’or, une d’argent et 3 de bronze, un exploit renouvelé. Par ce résultat, nos escrimeurs ont porté le nom de l’Egypte au firmament des grandes nations de la discipline en occupant la 5e place au tableau d’honneur après la Fédération russe qui a dominé avec 15 médailles.

– Quelles sont les médailles les plus précieuses pour vous ?

– Les médailles les plus importantes sont celles obtenues dans les épreuves par équipe : la médaille d’or au sabre par équipe hommes et la médaille de bronze à l’épée par équipe hommes. Ces récompenses ont montré que l’Egypte possède une équipe solide, une génération dorée formée de compétiteurs acharnés, escrimeurs d’un niveau international. Par ailleurs, les succès en individuel sont brillants, comme par exemple la médaille de bronze obtenue par Adham Moataz en sabre individuel et bien sûr les deux médailles obtenues en épée individuel par Mohamed Yasseen (médaillé d’argent) et Mohamed Elsayed (médaillé de bronze). Sans oublier que l’Egypte avait déjà réalisé de bonnes performances, comme la quatrième place gagnée par l’équipe d’épée dames. La seule performance qui n’atteignait pas le même niveau est celle des équipes de fleuret.

Fédération égyptienne d’escrime

L’Egypte s’est ainsi qualifiée pour les Jeux olympiques de Tokyo avec 13 escrimeurs qui sont Nada Hafez en individuel sabre, l’équipe de fleuret hommes et dames (4 athlètes pour chaque équipe) et l’équipe de sabre hommes (4 athlètes). Il reste une dernière chance olympique avec deux dernières possibilités lors des éliminatoires qualificatives de la zone Afrique qui auront lieu en Egypte le 22 avril.

– Quelle est l’importance de ces performances ?

– En épée individuel, l’Egypte a remporté 2 médailles dont une d’argent et une de bronze. Lors de la finale de cette épreuve, tous les athlètes ont regretté que leur coéquipier n’ait pas remporté la médaille d’or. Le mental de l’équipe égyptienne a changé. Pour la première fois, l’ambition des Pharaons culmine. Par le passé, le but des escrimeurs aux Mondiaux était de réaliser un bon classement, désormais, ils jouent dans la cour des grands pour décrocher une médaille.

– De quelle manière l’Egypte pourra-t-elle tirer parti de cet exploit ?

– Les bonnes performances des jeunes escrimeurs joueront un rôle positif dans l’avenir, car elles engendreront une motivation forte pour les seniors aux Jeux olympiques de Tokyo qui débuteront en juillet prochain. Aujourd’hui, la soif de succès de nos athlètes est aiguisée : c’est leur appétit de podium qui devient leur quête pour chaque grande compétition comme les Mondiaux ou les Jeux olympiques.

– Comment l’escrime égyptienne est-elle parvenue à ce niveau ?

– Nous avons rebâti sur les fondations de l’ancienne fédération. A l’époque, Tamer Zein avait constitué une équipe avec les escrimeurs que nous connaissons. A notre arrivée, après deux conseils d’administration, nous avons continué le travail dont nous récoltons aujourd’hui les fruits. Les générations de sportifs se succèdent sans jamais démentir leur talent en se hissant aux plus hauts niveaux mondiaux : le hasard n’a pas sa place lorsqu’on y brandit 5 médailles.

– La pandémie de Covid-19 était-elle maîtrisée durant l’organisation des Mondiaux ?

– Ce fut très difficile. Avec la pandémie, la Fédération internationale d’escrime avait une feuille de route très stricte. Les responsables ont appliqué les recommandations à la lettre. Il s’est avéré difficile de convaincre les jeunes athlètes et leurs familles de voyager vers l’Egypte pour venir assister et encourager les équipes durant les compétitions. Malgré tout, avec le soutien du gouvernement et des ministères concernés, l’organisation a été un grand succès à mettre au bénéfice de tous, notamment les ministères de la Jeunesse et du Sport, de la Santé, de l’Intérieur et bien d’autres.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique