Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Coronavirus : La planète sport touchée

Doaa Badr, Mardi, 17 mars 2020

Après la décision du premier ministre égyptien de suspendre toute activité sportive pour deux semaines, les Fédérations nationales continuent, malgré tout, leur préparation aux Jeux Olympiques (JO), en s’adaptant aux nouvelles procédures. Etat des lieux.

Coronavirus : La planète sport touchée
Achraf Sobhi, ministre de la Jeunesse et du Sport, soutient la délégation égyptienne lors des Jeux africains qualificatifs pour les JO.

Compétitions annulées, suspendues, reportées : le coronavirus menace le sport non seulement en Egypte mais dans le monde entier. Samedi dernier, à l’issue d’une réunion ministérielle, le premier ministre, Moustapha Madbouli, a annoncé la suspension de toutes les activités sportives pour deux semaines, afin d’empêcher la progression du coronavirus en Egypte. Suite à cette décision ministérielle, toutes les Fédérations égyptiennes ont annulé ou reporté leurs compétitions nationales. « Nous avons pris cette décision car notre priorité est la santé des sportifs égyptiens », a déclaré Achraf Sobhi, ministre de la Jeunesse et du Sport.

Ainsi, le Championnat égyptien de football est suspendu, pour au moins deux semaines. Le Maroc, le Gabon, le Sénégal, la Mauritanie, la RDC ont aussi arrêté provisoirement leur Championnat professionnel. La Confédération africaine de football a aussi reporté tous les matchs prévus au calendrier.

Pour éviter l’expansion du coronavirus, il faut tout arrêter, c’est ce que semble appliquer la plupart des Fédérations internationales. Chaque jour, le nombre des fédérations qui annulent ou reportent leurs compétitions augmente.

Freinés en pleines qualifications

De nombreuses compétitions ont été décalées ou suspendues, ce qui affecte la préparation pour les Jeux Olympiques (JO) qui doivent se tenir à Tokyo, au Japon, du 24 juillet au 9 août. Le plus problématique est le report des éliminatoires qualificatives pour les JO, car nous sommes à moins de 5 mois des jeux, et donc au milieu de la qualification olympique. Taekwondo, lutte, judo, karaté, pentathlon moderne, badminton, cyclisme et autres ont tous reporté leurs éliminatoires qualificatives pour les JO.

Coronavirus : La planète sport touchée
Le taekwondoïste Hedaya Malak est parmi les chanceuses qui ont décroché leur ticket olympique. (Photo : Reuters)

Cela a affecté tous les athlètes, mais surtout ceux qui ne se sont pas encore qualifiés pour les JO. Côté égyptien, un bon nombre d’athlètes avaient décroché leur ticket olympique à travers plusieurs moyens : les Jeux africains qui se sont déroulés l’été dernier au Maroc comme les tireurs, les Championnats du monde comme le lutteur Mohamed Ibrahim ou les éliminatoires qualificatives comme le taekwondo et la boxe. Quelques disciplines ont confirmé leurs tickets olympiques et ont atteint leur quota final pour les JO comme le tir, le tennis de table, le tennis, le tir à l’arc, l’aviron et le taekwondo. « Nous sommes chanceux puisque les éliminatoires africaines qualificatives pour les JO en taekwondo ont eu lieu avant cette série de report. Après les éliminatoires africaines et panaméricaines, la Fédération mondiale de taekwondo a reporté les autres éliminatoires qualificatives pour les JO. Aujourd’hui, nos athlètes se préparent pour Tokyo », souligne Usama Sayed, entraîneur de la sélection nationale de taekwondo.

En lutte gréco-romaine, un seul athlète, Mohamed Ibrahim, s’est déjà qualifié pour les JO par le biais des Mondiaux, mais ses coéquipiers ne sont pas encore qualifiés, puisque les éliminatoires africaines qualificatives pour les JO, qui devaient se dérouler ce mois-ci au Maroc, ont été reportées. « Décrocher tôt le ticket olympique était très important, car ainsi, je peux me concentrer sur la préparation et je ne pense plus à la qualification comme mes coéquipiers », expliquait, il y a peu de temps, Ibrahim.

En pentathlon moderne, la situation est quasi la même. L’année dernière, l’Egypte avait décroché deux tickets olympiques (un et une athlètes), au cours des Championnats d’Afrique. Il reste encore aux autres pentathloniens Eslam Hamed, Ahmed Elgendy et Salma Ayman une chance de qualification via le classement mondial, obtenu lors des étapes de la Coupe du monde et des Mondiaux 2020. Mais dimanche dernier, la Fédération internationale de pentathlon moderne (UIPM) a déclaré que les Coupes du monde comptant pour le classement mondial et la qualification olympique, qui devaient se dérouler en mars et avril en Bulgarie, Hongrie et Corée du Sud, étaient reportées à mai et juin. Une décision qui a changé le programme des athlètes égyptiens, surtout que 2 hommes et une femme ont une grande chance de se qualifier à travers le classement mondial. Mais cette décision a été bien accueillie par le comité des athlètes. « Je salue la décision de l’UIPM de reporter les compétitions. Car la santé des athlètes est notre priorité », déclare Aya Medany, présidente du comité des athlètes à l’UIPM.

JO ou pas ?

Avec tous ces reports et annulations de compétitions, la question de maintenir ou pas les JO se pose. Les fans de sport devront désormais s’y habituer. Sur ce point, les autorités nippones ont réaffirmé ces derniers jours que les JO se déroulent aux dates prévues. Les Japonais semblent déterminés à vouloir maintenir les JO, s’y préparant depuis une dizaine d’années. La décision finale reviendra toutefois au Comité olympique international (CIO), qui, par la voix de son président Thomas Bach, a certifié à maintes reprises que « ni le mot annulation, ni le mot report n’avaient été évoqués durant la réunion de la commission exécutive » au début du mois. Il ne veut surtout pas se précipiter et souhaite se donner le temps de la réflexion pour prendre une décision définitive, qui devrait intervenir au plus tard à la fin du mois de mai. Avec ces confirmations du déroulement des JO aux dates prévues, les Fédérations égyptiennes doivent donc continuer à préparer leurs athlètes, qualifiés ou non, pour l’événement. « Les activités sportives ne sont pas bloquées, seules les compétitions sont reportées. Il faut continuer notre préparation pour les JO. Chaque fédération doit changer le programme selon les nouveautés », conclut Chérif Eleryan, secrétaire général du Comité olympique égyptien et président de la Fédération de pentathlon moderne. Jeudi dernier, la flamme olympique des JO de Tokyo a été allumée sur le site antique grec d’Olympie, en l’absence de spectateurs pour cause du coronavirus.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique