Samedi, 15 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Un autre défi pour les Blancs

Mohamad Mosselhi, Samedi, 29 février 2020

Heureux de son succès de la semaine dernière, Zamalek aura un nouveau challenge à relever, vendredi 28 février, face aux Tunisiens de l’Espérance à l’occasion des quarts de finale de la Ligue des champions d’Afrique.

Un autre défi pour les Blancs
Bencharki a beaucoup brillé lors de la Supercoupe d'Afrique.

« Les Tunisiens étaient très contents après la révélation du tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions d’Afrique voyant que Zamalek est une équipe à leur por­tée. Notre titre de la Supercoupe d’Afrique est la meilleure réponse à cette sous-estimation », a déclaré Hazem Emam, capitaine de Zamalek, en levant la Supercoupe d’Afrique aux dépens de l’Espérance de Tunis, il y a deux semaines au Qatar.

Ce vendredi, Zamalek va à nouveau rencon­trer l’Espérance, mais cette fois-ci à l’occasion du match aller des quarts de finale de la com­pétition la plus prestigieuse au sein du conti­nent : la Ligue des champions d’Afrique.En effet, la victoire de Zamalek de 3 à 1 contre l’Espérance, champions d’Afrique lors des deux dernières éditions, a remonté le moral des joueurs, déçus de leur mauvais résultat dans le championnat. Et la victoire des Blancs contre Ahli, une semaine après, en Supercoupe d’Egypte a boosté encore plus cette confiance, même si cette victoire était sur penalties. « C’est historique », a déclaré Patrice Carteron, direc­teur technique de Zamalek, suite à la victoire de son équipe contre Ahli.

« Deux titres dans l’espace de six jours est un grand exploit. Je remercie mes joueurs pour leurs efforts », a ajouté l’entraîneur français. De plus, les joueurs de Zamalek ont maintenant le droit de rêver d’aller plus loin en ligue des champions d’Afrique. Lors des deux dernières rencontres contre l’Espérance et Ahli, Zamalek n’était pas le favori, mais a réussi à changer la donne.

Et l’Espérance devra aborder d’une autre façon cette rencontre. « Je suis responsable de la défaite de mon équipe contre Zamalek. Les joueurs ont fait leur maximum lors de la ren­contre, mais on n’a pas réussi à créer un grand nombre d’occasions au niveau offensif », a regretté Moine Chaabani, directeur technique de l’Espérance.

Il est clair que Zamalek a été chanceux contre l’Espérance en Supercoupe d’Afrique. Les Blancs ont beaucoup profité de leur début idéal avec le but de Youssef Ibrahim, dit Obama, à la 2e minute de la rencontre. Ce but a mis l’Espé­rance sous pression et a donné l’occasion aux Blancs de se concentrer en défense et de se relayer aux contre-attaques qui ont abouti aux deux autres buts.

Zamalek a appliqué la même tactique contre Ahli et a finalement réussi à remporter la ren­contre sur penalties 4-3, suite à un nul vierge dans le temps réglementaire.

Cette stratégie ne sera pas efficace en quarts de finale, surtout qu’il y aura une autre ren­contre en Tunisie, vendredi 6 mars, au stade de Radés. Ces deux matchs seront très difficiles pour les Blancs, qui sont déterminés à continuer leur parcours dans la compétition africaine.

« La rencontre contre l’Espérance sera très difficile, surtout après notre victoire en Supercoupe d’Afrique. Les deux équipes possè­dent une bonne connaissance d’elles-mêmes ; par conséquent, cette rencontre sera différente de la précédente. Mais nous sommes prêts pour tous les défis », conclut Carteron.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique