Samedi, 02 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Tir : Les Pharaons dominent l’Afrique

Marianne Youssef, Mardi, 03 décembre 2019

Avec 45 médailles en poche, l’Egypte a remporté la première place aux Championnats d’Afrique de tir qui se sont achevés fin novembre en Algérie. L’équipe valide ainsi son billet pour les JO de Tokyo 2020.

Tir : Les Pharaons dominent l’Afrique
Azmy Mehelba s'est qualifié pour les JO à travers la Coupe du monde.

12 tireurs représenteront l’Egypte aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020 dans 4 épreuves (carabines, pisto­let, skeet et trap), hommes et dames. 10 tireurs, 5 hommes et 5 dames ont décroché leurs tickets olympiques en remportant la première place dans leurs épreuves respectives aux Championnats d’Afrique qui se sont achevés fin novembre en Algérie. Ce rendez-vous africain permet au continent africain de se faire représenter par des athlètes qui décrocheront la pre­mière place dans chaque discipline après avoir atteint le SMQ (Scores Minimaux de Qualification).

Les 10 tireurs qualifiés sont : Youssef Helmi (10 m carabine), Sami Abdel-Razeq (10 m pistolet), Abdel-Aziz Mehelba (fosse), Ossama Al-Saeid (50 m carabine 3 positions, et Mostafa Hamdi (skeet). Quant aux dames, il s’agit de Shaimaa Hachad (10 m carabine, Magy Ashmawy (fosse), Radwa Abdel-Latif (10 m pistolet), Al-Zahraa Shabaan (50 m carabine 3 positions) et Meskat Aly (10 m pistolet). Les 2 autres tireurs, à savoir Ahmad Zaher (fosse) et Azmy Mehelba (skeet) ont composté leurs tickets olympiques à travers la Coupe du monde. Pour être autorisés à participer à une ou plusieurs épreuves de tir aux JO de 2020 à Tokyo, tous les athlètes doivent avoir atteint le SMQ dans une ou plusieurs épreuves de qualification dans lesquelles ils sont inscrits. Le SMQ peut uniquement être atteint dans des compétitions éliminatoires ou de qualification olym­pique lors de Championnats du monde, Coupes du monde, finales de Coupes du monde, Championnats continentaux.

Des tireurs créent la surprise

L’Egypte s’est illustrée lors des Championnats d’Afrique en occupant la première place au tableau final, devançant l’Algérie et la Tunisie. L’Egypte a raflé un total de 45 médailles, dont 22 en or, 15 en argent et 8 en bronze. Avec ce nombre de tireurs qualifiés, la Fédération égyptienne de tir a réussi à qualifier le nombre désiré, soit le même nombre par rap­port aux JO de Rio 2016, et 2 tireurs de plus par rapport aux JO de Londres 2012. Mais ce nombre reste inférieur à celui des JO de Pékin 2008, où 15 tireurs s’étaient qualifiés. Cette baisse est due au changement du système de qualification pour les JO depuis Londres 2012. Avant, le tireur pouvait se qualifier en remportant la première place de son épreuve. Mais selon le nouveau système, il doit remporter le titre africain et réaliser un score minimum fixé par la Fédération internationale de tir dans chaque épreuve.

Selon l’encadrement technique, il y a eu plusieurs surprises lors de ces Championnats, le tireur Ahmad Qamar (fosse), le premier Egyptien à atteindre la finale du trap, en se classant 5e aux JO de Rio 2016, n’a pas pu réaliser le score minimum qua­lificatif. Il en est de même pour la tireuse Afaf Hodhod, qui n’a pas participé aux derniers Championnats d’Afrique d’Algérie, car elle se plaignait que la Fédération égyptienne ne lui avait pas prêté l’attention qu’elle méritait après son exploit aux der­niers JO de Rio 2016. Hodhod avait, en effet, réalisé une pre­mière dans l’histoire du tir féminin en se classant 5e en 10 m carabine aux JO de Rio 2016. « Cela ne veut pas dire que l’Egypte n’a pas de chance pour décrocher une médaille ou un bon classement aux JO de Tokyo. Car il y a la star Azmy Mehelba qui a un palmarès plein de médailles internationales, sans compter aussi que des tireurs de la nouvelle génération pourraient faire une surprise aux prochains JO », assure Zaki Abdallah, directeur technique de l’épreuve de pistolet.

Le tir égyptien n’a commencé à réaliser de bonnes perfor­mances qu’en 2009, lorsque Mohamad Ismaïl a rem­porté la première médaille d’or aux Jeux méditerra­néens. Auparavant, l’Egypte décrochait des médailles au niveau africain, mais de très bons scores au niveau mon­dial sans monter sur le podium. Toutefois, ces 5 der­nières années, de très bonnes performances ont été réali­sées au niveau mondial. Citons par exemple le tireur Azmy Mehelba, le premier dans l’histoire du tir égyptien à figurer dans la liste de classement mondial, car il s’est classé à la 2e place en 2014, 4e en 2015 et 10e en 2019.

Pour aider les tireurs à bien remplir leurs contrats lors des prochains JO, la Fédération établira un programme intensif de préparation. « Notre programme consiste à faire participer les tireurs qualifiés à un bon nombre de tournois internationaux. Ils vont prendre part à de nom­breuses Coupes du monde en 2020. La sélection sera regroupée dans un camp fermé au Club Al-Rimaya deux mois avant les JO, sans compter qu’elle effectuera plu­sieurs stages à l’étranger », conclut Zaki Abdallah.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique