Jeudi, 13 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Deux matchs test pour les Pharaons

Mohamad Mosselhi, Mardi, 12 novembre 2019

La sélection nationale affrontera le Kenya et les Iles Comores, jeudi 14 et lundi 18 novembre, à l’occasion des qualifications pour la CAN 2021, au Cameroun. Deux rencontres importantes pour les Pharaons et leur sélectionneur Hossam Al-Badri.

Deux matchs test pour les Pharaons
Lors du dernier match de préparation face au Liberia, Hossam Al-Badri a essayé plusieurs figures prometteuses, dont Ahmad Al-Sayed « Zizo ». (Photo : Ibrahim Mahmoud)

Les pharaons commenceront leur parcours dans les qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021 cette semaine avec deux rencontres contre le Kenya et les Iles Comores. La première aura lieu au Stade de Borg Al-Arab à Alexandrie alors que la seconde se jouera comme visiteur. Théoriquement, la mission des Pharaons lors de ces deux matchs et dans les qualifications en général ne sera pas difficile vu la grande différence qui existe entre les Pharaons et leurs rivaux dans le Groupe G qui comprend aussi le Togo aux côtés du Kenya et des Iles Comores. Avec le système des qualifications qui garantit aux deux premières équipes de chaque groupe une place au Cameroun, les Pharaons ne devraient pas rencontrer de grands problèmes dans ce groupe facile.

En effet, l’importance de ces deux matchs dépasse la qualification qui s’annonce relativement facile. Après la déception de la dernière CAN qui s’est soldée par une élimination humiliante des Pharaons des quarts de finale de la compétition sur leur propre terrain, ces derniers ont subi de sévères critiques sur leur niveau médiocre dans la compétition.

Le Mexicain Javier Aguirre, alors directeur technique des Pharaons, avait été limogé, cédant sa place à Hossam Al-Badri qui a pris l’équipe nationale égyptienne en charge en septembre dernier. Lors de la conférence de presse de sa présentation comme nouveau sélectionneur des Pharaons, Al-Badri a promis qu’il allait faire son maximum pour redresser la barre de l’équipe égyptienne et retrouver la confiance perdue des joueurs suite à la débâcle de la CAN de l’Egypte.

Avec Al-Badri, les Pharaons ont disputé deux rencontres amicales contre le Botswana en octobre dernier et le Liberia jeudi dernier. Les Pharaons ont remporté les deux rencontres sur le même score (1-0) et c’est le milieu d’Ahli Hamdi Fathi qui a marqué dans les deux matchs. Malgré les victoires, les Pharaons n’ont pas convaincu lors de ces deux rencontres. « Il est vrai que la performance de l’équipe laisse beaucoup à désirer. Mais il faut préciser que nous sommes encore au début de notre parcours avec l’équipe qui va s’améliorer à l’avenir », a indiqué Al-Badri lors de la conférence de presse qui a suivi la rencontre contre le Liberia où Al-Badri a joué avec une équipe composée de joueurs évoluant dans le Championnat égyptien.

« On a essayé certains joueurs lors de ces rencontres amicales afin de trouver des remplaçants des joueurs qui vont s’absenter contre le Kenya, surtout au niveau de l’attaque et du latéral gauche », a-t-il ajouté. Le poste d’attaquant représente un vrai casse-tête pour l’ancien entraîneur d’Ahli, surtout avec le forfait de l’attaquant de la formation portugaise de Sporting Brague, Ahmad Hassan, dit Koka pour blessure. Ce dernier, qui faisait partie de six joueurs évoluant à l’étranger, a été opéré du genou la semaine dernière qui l’a rendu indisponible contre le Kenya et les Iles Comores. Les autres attaquants convoqués, à savoir Hossam Hassan (Smouha), Marwan Hamdi (Wadi Degla) et Ahmad Gomaa (Masri), ne possèdent pas l’expérience nécessaire pour conduire l’attaque des Pharaons dans une rencontre officielle. Selon des sources au sein du cadre technique des Pharaons, Al-Badri et ses adjoints discutent l’option de placer Salah au poste d’attaquant lors des deux prochaines rencontres. L’ailier de Liverpool, à nouveau au top de sa forme, a marqué un but somptueux contre Manchester City dimanche dernier lors d’une rencontre comptant pour le Championnat anglais.

Tout comme Salah, l’ailier d’Aston Villa Mahmoud Hassan, dit « Trezeguet », vit de grands moments avec son équipe anglaise. L’ailier de 25 ans, qui a passé 9 rencontres sans marquer, a trouvé les filets à deux reprises lors des deux dernières rencontres de son équipe contre Liverpool et Wolverhampton Wanderers. Al-Badri va compter beaucoup sur les efforts de ce duo pour mener l’attaque égyptienne contre le Kenya, surtout que le sélectionneur de l’Egypte aura le désir de séduire lors de sa première apparition officielle avec les Pharaons.

Le bras de fer d’Al-Badri

« Les débuts sont toujours importants. En conséquence, nous sommes déterminés à faire un bon départ dans les qualifications africaines afin de parvenir à notre objectif et se qualifier pour le Cameroun. Je suis sûr qu’on va réaliser cet objectif », assure Al-Badri. Déterminé à séduire avec les Pharaons et connu pour sa forte personnalité, Al-Badri a montré tôt son bras de fer lors du camp de préparation de l’équipe. L’ancien président du club de Pyramids FC n’a pas hésité à exclure 7 joueurs évoluant à Pyramids convoqués pour les deux rencontres. Ces joueurs n’ont pas participé au camp des Pharaons sous la demande de l’administration du club qui a préféré leur donner l’occasion de se reposer après les engagements africains du club en Coupe de la Confédération. Intolérable pour Al-Badri qui s’est donc passé des services de ces 7 joueurs.

« Il n’y a cependant aucun problème avec Pyramids. J’entretiens de bonnes relations avec les responsables du club tout comme avec les autres clubs du Championnat égyptien », indique le sélectionneur des Pharaons. « Mais le retard des joueurs était inacceptable. Je sais bien que ce n’était pas leur décision, mais la discipline est la seule chose qui compte lors de cette période », a ajouté le sélectionneur. Ce dernier a refusé de convoquer des remplaçants aux joueurs de Pyramids, se contentant de ses 24 joueurs convoqués à la fin du mois dernier.

Selon Al-Badri, son seul problème est le temps limité qui sépare les deux rencontres, seulement 4 jours, et le déplacement qu’il faut ajouter à cela. « Il y a de grandes différences entre les joueurs en ce qui concerne leur état physique. Certains sont prêts physiquement tandis que d’autres pas complètement. On a essayé de préparer ces joueurs pour les deux rencontres. Franchement, cette lacune est la seule chose qui m’inquiète avant les deux prochaines rencontres », conclut Al-Badri. Les capacités techniques de ce dernier ne sont pas mises en question et ses nombreux succès avec Ahli en témoignent largement. Il est clair qu’il aura une lourde mission avec les Pharaons, en quête de retrouver une place parmi l’élite du continent, mais Al-Badri est capable de relever ce défi.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique