Mercredi, 26 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Une pluie de médailles aux Jeux africains

Doaa Badr, Mardi, 03 septembre 2019

Avec plus de 100 médailles d’or, l’Egypte a largement dominé, au Maroc, les 12es Jeux africains multisports qui se tenaient du 19 au 31 août. Certains athlètes y ont aussi décroché leur ticket pour les JO de Tokyo.

Une pluie de médailles aux Jeux africains
Les escrimeurs égyptiens sur le podium, accompagnés d'Achraf Sobhi, ministre de la Jeunesse et du Sport

Le rideau est tombé sur la 12e édition des Jeux Africains (JA) qui se sont déroulés du 19 au 31 août au Maroc. Un peu plus de 6 000 athlètes, évoluant dans 27 sports différents, ont pris part à l’événement qui a eu lieu dans différentes villes du pays à Rabat, Salé, Casablanca, El-Jadida, Benslimane, mais aussi à Témara.

Au programme, les classiques des compétitions multisports, comme la gymnastique, la natation, l’athlétisme, l’haltérophilie et le volleyball. Mais aussi des disciplines moins attendues, à l’instar du jeu d’échecs, du snooker (une variante du billard), mais aussi du basketball en 3x3. Mais pour les athlètes, l’enjeu principal se trouvait ailleurs. Pour la première fois, la compétition était qualificative pour les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020.

Sans surprise, l’Egypte a une fois de plus survolé ces Jeux africains, décrochant un nombre record de titres : 102 médailles d’or, 98 d’argent et 73 de bronze (273 au total). Ce palmarès a mis l’Egypte à la première place très loin de son proche concurrent, le Nigeria, qui assure sa place de dauphin avec 46 médailles d’or. Avec ce résultat, l’Egypte a battu l’ancien record de médailles réalisé par le Nigeria, avec 85 médailles d’or et 240 médailles au total, lors des JA d’Abuja en 2003. Au Maroc, l’Egypte s’est offert la première place en battant les records des jeux grâce à ses disciplines phare, dont l’haltérophilie, la natation, la gymnastique et l’escrime.

L’haltérophilie au top

Comme d’habitude, l’haltérophilie se classe à la première place en nombre de médailles obtenues par l’Egypte. Les haltérophiles ont décroché 31 médailles d’or, 20 d’argent et 5 de bronze (56 au total). Avec ce nombre de médailles l’Egypte s’est hissée facilement à la première place au tableau des médailles de l’haltérophilie devant le Nigeria, 2e avec 16 médailles d’or, 13 d’argent et 18 de bronze (47 au total). Cette discipline offre 3 médailles dans chaque catégorie de poids (arraché, épaulé-jeté et total). Ainsi avec 20 athlètes seulement (10 hommes et 10 dames), les haltérophiles égyptiens ont remporté près de 30 % des médailles d’or obtenues par la délégation égyptienne au Maroc. 11 Egyptiens ont décroché chacun 3 médailles d’or. Il s’agit de Sara samir, Mohamed Ehab, Halima Abas, Ragab Abdel-Hay, Mohamed Abdelalim, Karim Abokahla, Abdelrahman Elsayed, Rania Ezat et Ahmed Saad. C’est un record pour l’haltérophilie par rapport aux dernières éditions.

Une pluie de médailles aux Jeux africains
L’haltérophile Sara Samir, 3 médailles d'or.

Lors des JA de Brazzaville en 2017, l’haltérophilie égyptienne a terminé première avec 25 médailles d’or, 10 d’argent et 5 de bronze (40 au total). Bien que la plupart des athlètes égyptiens n’aient pas réalisé leurs records personnels, ils ont réalisé leur objectif en décrochant les médailles. « Notre objectif principal cette année sont les Championnats du monde qui auront lieu du 16 au 27 septembre. Les JA étaient une étape dans notre programme », dit Mohamed Ehab.

Les nageurs améliorent leurs performances

Les nageurs égyptiens ont décroché 14 médailles d’or, 17 d’argent et 10 de bronze, soit 41 au total. Avec ce résultat, l’Egypte termine 2e de l’épreuve de natation derrière l’Afrique du Sud qui a décroché 20 médailles d’or, 13 d’argent et 12 de bronze (45 au total). C’est mieux que l’édition précédente de 2015, lors de laquelle les nageurs égyptiens avaient décroché 41 médailles dont 11 d’or, 18 d’argent et 12 de bronze se classant toujours 2e derrière l’Afrique du Sud, considérée comme l’une des plus grandes nations de la discipline sur le plan mondial. Ces dernières années, la natation égyptienne a beaucoup progressé. Ceci s’explique en partie par le départ de beaucoup de nageurs égyptiens pour les Etats-Unis, grâce à des bourses. Là-bas, ils s’entraînent dans de prestigieuses universités et participent aux Championnats National Collegiate Athletic Association (NCAA) qui regroupent toutes les universités américaines. Cela a nettement amélioré le niveau des nageurs égyptiens qui rêvent désormais du podium olympique, surtout depuis la médaille de bronze obtenue par Farida Osman en 50 m papillon aux derniers Mondiaux.

La gymnastique et l’escrime ne sont pas en reste, avec respectivement 8 médailles d’or. C’est une bonne performance pour l’Egypte. La sélection nationale de gymnastique s’est classée première de la discipline avec 8 médailles d’or, 7 d’argent et 3 de bronze (18 au total). L’équipe d’escrime, elle aussi, a terminé à la première place avec 8 médailles d’or, 5 d’argent et 6 de bronze (19 au total).

Malgré l’excellente performance égyptienne à ces JA, quelques sports ont réalisé des résultats décevants comme le karaté, le taekwondo, l’athlétisme, la boxe et l’aviron. Avec seulement deux médailles d’or, ces disciplines ont perdu leur place sur le devant de la scène africaine.

Le taekwondo égyptien est arrivé 3e, avec 2 médailles d’or, 8 d’argent et une de bronze, soit 11 au total. C’est le Maroc qui s’est approprié la première place avec 5 médailles d’or. La Côte d’Ivoire décroche la 2e place avec 3 médailles d’or. Les médaillés d’or de la délégation égyptienne sont Hedaya Malak (-67 kg), médaillée de bronze aux JO de Rio 2016, et Maisoun Ehab (-73 kg). L’Egypte qui a disputé 10 finales à ces JA n’en a seulement remporté que 2. Ce résultat est plus mauvais que l’édition précédente où les Egyptiens s’étaient classés premiers avec 7 médailles d’or. La performance du taekwondo au Maroc suscite des inquiétudes, surtout que l’équipe devra disputer en février 2020, toujours au Maroc, les éliminatoires africaines qualificatives pour les JO. Même situation pour le karaté qui vise la qualification olympique avec le nombre maximum d’athlètes pour disputer les premiers JO dans l’histoire du karaté égyptien.

Athlètes qualifiés pour les JO de Tokyo

Ces JA, qualificatifs pour les JO de Tokyo 2020, ont permis à quelques Egyptiens de décrocher leurs tickets. C’est le cas des équipes hommes et dames en tennis de table, du tennisman Mohamed Safwat et de la joueuse de tennis Mayar Sherif. En athlétisme, Bassant Hamid sera au départ du 200 m. Enfin, les équipes hommes et dames du tir à l’arc seront aussi à Tokyo.

Médailles égyptiennes par discipline

Tableau des médailles des 12es Jeux africains

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique