Samedi, 09 décembre 2023
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Un derby chaud en perspective

Mohamad Mosselhi, Mardi, 26 mars 2019

Le derby cairote, entre Zamalek et Ahli, samedi à Alexandrie au Stade de Borg Al-Arab, risque d’être chaud. Si les Blancs occupent la tête du championnat, les Rouges ne sont qu’à 2 points derrière et vont tout faire pour changer la donne.

Un derby chaud en perspective
Un derby chaud en perspective

Ahli et Zamalek, deux clubs-phare d’Egypte, s’affrontent samedi au Stade de Borg Al-Arab, à l’occasion d’une rencontre ajournée de la 17e journée du Championnat égyptien. Le derby s’annonce chaud. Zamalek est en tête du classement avec 53 points, alors qu’Ahli se trouve à la 2e place avec 51 points. En conséquence, les Blancs vont chercher la victoire, afin de creuser l’écart qui les sépare des Rouges alors que ces derniers vont avoir l’occasion de détrôner Zamalek et de s’installer à la tête du classement pour la première fois cette saison.

Les joueurs de Zamalek sont res­ponsables de cette situation, suite à 2 matchs nuls sur le même score de 2 à 2 contre Talaë Al-Gueich et Moqaouloun lors des deux dernières journées. Ces deux nuls ont réduit l’écart de 6 points les séparant jusqu’alors d’Ahli à 2 seulement avant le derby.

« L’équipe était sujette à une grande fatigue à cause de la succes­sion des matchs dans la compétition africaine et en championnat. Mais aussi les joueurs ont commis de nombreuses erreurs techniques aux­quelles on doit remédier », explique Christian Gross, directeur technique de Zamalek.

Ce dernier a réussi à construire une équipe assez puissante qui a bien démarré la saison, avant que les résultats ne soient ultérieurement décevants, que ce soit dans le cham­pionnat ou dans la compétition afri­caine.

Zamalek a difficilement décroché sa qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la CAF, où il va rencontrer les Marocains de Hassaniya d’Agadir. La concentra­tion pour cette compétition africaine a eu des conséquences sur les résul­tats de l’équipe dans le championnat, et les deux derniers nuls dans la compétition locale en attestent.

Techniquement, Zamalek dépend beaucoup de la puissance de son milieu de terrain, le duo internatio­nal mené par l’Egyptien Tareq Hamed et le Tunisien Ferjani Sassi. Ce dernier est le joueur le plus important au sein de l’équipe avec ses grandes capacités techniques et son grand talent. Le latéral tunisien Hamdi Nagguez figure aussi parmi les joueurs-clés de l’équipe avec sa grande rapidité et ses nombreuses pénétrations sur le flanc droit.

Mahmoud Abdel-Moneim, dit Kahraba, et Youssef Ibrahim sont aussi deux atouts offensifs impor­tants de Zamalek. Même si leur performance et leur forme ne sont pas au top, ils restent des joueurs à craindre.

La plus grande lacune de l’équipe demeure le flanc gauche. Le latéral gauche de l’équipe, Abdallah Gomaa, est normalement un ailier, mais Gross a dû le placer comme défenseur à cause de l’absence d’un latéral gauche de haut niveau au sein de l’équipe. Mais la perfor­mance de Gomaa à ce poste, malgré ses grands efforts, reste catastro­phique, surtout sur le plan défensif. Et ce n’est pas un secret que les adversaires concentrent toujours leurs attaques sur son côté, pour profiter de sa fragilité défensive.

Le retour en force d’Ahli

Contrairement à Zamalek, Ahli a fait un début de saison assez mau­vais, et est resté un moment à 8 points derrière Zamalek. Mais suite à la perte de l’équipe en finale de la Ligue des champions d’Afrique, en novembre dernier, l’administration de l’équipe a effectué une réforme complète, à commencer par un changement à la tête du cadre tech­nique, avec l’arrivée de l’Uru­guayen Martin Lasarte à la place du Français Patrice Carteron. Le club a aussi dépensé environ 200 millions de L.E., afin de renforcer les rangs de l’équipe en janvier dernier. L’ailier de la formation anglaise de Huddersfield, Ramadan Sobhi, est de retour dans son équipe d’origine, sous forme de prêt, jusqu’à la fin de cette saison. Hussein Al-Chahat, Hamdi Fathi, Yasser Ibrahim, Mohamad Mahmoud et l’Angolais Géraldo ont aussi signé pour Ahli lors du mercato hivernal. Cette bande de recrues et le retour de l’ai­lier nigérian Junior Ajayi, après avoir guéri de sa blessure, ont beau­coup amélioré les résultats de l’équipe. Les Rouges ont réalisé 9 victoires successives dans le cham­pionnat depuis leur défaite de 1 à 2 contre Pyramids en janvier dernier. « L’équipe s’est beaucoup amélio­rée depuis janvier. On a subi une période difficile au début de la sai­son, surtout avec les nombreuses blessures qui ont frappé les stars de l’équipe, mais maintenant, avec l’arrivée de nouvelles recrues et le retour de blessés, la situation est complètement différente », explique Ayman Achraf, défenseur de l’équipe.

« Nous sommes déterminés à faire un beau match contre Zamalek et se hisser à la tête du classement, qui sera la meilleure récompense pour nos efforts lors de la dernière période », ajoute-t-il.

Ahli compte beaucoup sur son latéral gauche, le Tunisien Ali Maaloul, qui représente presque la moitié de la puissance offensive de l’équipe. L’international angolais Géraldo, qui a bien joué lors des derniers matchs, est aussi un joueur à craindre sur le flanc droit. Le jeu collectif de l’équipe est l’un de ses grands atouts, un jeu dans l’unité qui pose de grands problèmes aux adversaires. Mais reste que la défense de l’équipe et son gardien Mohamad Al-Chennawi, aux per­formances mitigées, sont la plus grande lacune de l’équipe. Surtout face à l’attaque de Zamalek qui s’il­lustre comme la meilleure dans le championnat avec 50 buts dans 22 rencontres. Il est clair que le derby sera assez chaud. Rendez-vous samedi.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique