Dimanche, 23 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

CAN 2019 : Egypte-Tunisie, destins croisés

Karim Farouk, Mercredi, 07 juin 2017

L'Egypte affronte la Tunisie le 11 juin lors du premier match des qualifications de la Coupe d'Afrique des nations 2019. Un duel au sommet pour ce groupe J qui comprend aussi le Niger et le Swaziland et où seul le vainqueur décrochera son ticket pour le Cameroun.

CAN 2019 : Egypte-Tunisie, destins croisés
(Photo : Reuters)

Pour le coup d’envoi des qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, la sélection égyptienne affronte la Tunisie, son principal rival du groupe J, à Tunis, dimanche prochain. Dans un groupe qui comprend le Niger et le Swaziland, ce premier match ressemble à une première finale, sachant que seul le vainqueur se qualifiera directement pour la CAN 2019. Les Pharaons gardent de mauvais souvenirs de leurs dernières confrontations avec les Aigles de Carthage qui s’étaient achevées par deux défaites et avaient empêché les Rouges de se qualifier pour la CAN 2015 pour la troisième fois consécutive. Mais beaucoup de choses ont changé depuis. Le onze national a été remodelé par l’entraî­neur argentin Hector Cuper, embau­ché suite à ce dernier échec, pour redonner à l’Egypte ses lettres de noblesse. Grâce à Cuper, la sélection s’était qualifiée à la finale de la CAN 2017 avant de perdre de justesse face au Cameroun 2-1 en début d’année. « Nous voulons aller en Tunisie pour gagner. J’ai une grande confiance dans la qualité et la détermination de mes joueurs. J’espère qu’on pourra bâtir un jeu intéressant sur l’expé­rience qu’on a acquise lors de la dernière Coupe d’Afrique. Bien qu’on ait atteint la finale, il ne faut pas se faire d’illusion et penser qu’on est favori face à la Tunisie. On doit avant tout rester très concentré sur ce match important », a déclaré le tech­nicien argentin lors d’une conférence de presse, dimanche prochain.

Le nouveau visage des Pharaons

Le septuple champion d’Afrique a retrouvé sa dignité après avoir été absent de l’élite africaine depuis 2010. L’effectif est plus expérimenté et homogène. Le groupe est organisé autour de l’icône Mohamad Salah, et des talents de Mahmoud Hassan « Trézeguet », Ramadan Sobhi et Mohamad Al-Nenni qui ont beaucoup mûri lors de la dernière CAN. L’équipe mise toujours sur l’expé­rience du gardien Essam Al-Hadari (4 fois champion d’Afrique et 3 fois meilleur gardien de la CAN) et celle d’Ahmad Fathi (3 fois champion d’Afrique). La philosophie de Cuper vise à asseoir l’équipe sur une solide base défensive avant de développer son offensive par l’intermédiaire des contres rapides. Son schéma préféré demeure celui du 4-2-3-1 avec une défense à quatre organisée autour d’Ahmad Hégazi et Ali Gabr dans l’axe et protégée par deux milieux centraux, à savoir Al-Nenni et Tareq Hamed. L’attaque est orchestrée par le talentueux meneur et milieu Abdallah Al-Saïd qui lance ses flèches à Salah, Trézeguet ou Sobhi dans la surface pour contrer les défenses adverses. Seule lacune : la pointe d’attaque. « On souffre du manque d’un bon joueur à ce poste, et ce, depuis la dernière CAN », indique Ossama Nabih, entraîneur adjoint de la sélection. Le duo principal Marwan Mohsen et Ahmad Hassan « Kouka » sont blessés depuis la dernière CAN et Cuper a utilisé les ailiers Mahmoud Abdel-Moneim « Kahraba » et Amr Warda pour évoluer à ce poste. Les deux ont été convoqués pour le match contre la Tunisie, mais Cuper a fait un autre choix assez curieux. Il a convo­qué Amr Gamal, en manque d’action avec Ahli, car il est l’unique avant-centre de sa formation. « Personne n’exerce de pression sur moi quant au choix des joueurs. Je pense que Amr Gamal et Hossam Achour sont les joueurs qui conviennent le plus à mes plans pour ce match et c’est pour ça que je les ai choisis », explique Cuper. En effet, le technicien argentin préfère avoir son numéro 9 physique et dominant dans le jeu aérien afin de pouvoir créer des opportunités et d'être imposant dans la surface.

Les Aigles de Carthage se préparent

Face-à-face

Pour ce match important, le nouvel entraîneur de la Tunisie, Nabil Maaloul, qui a succédé au Français Henri Kasperczak en avril dernier, a organisé un long stage de préparation qui a débuté le 29 mai dernier. « Je suis arrivé à une période très critique avant un important match face à l’Egypte. La difficulté du match ne réside pas seulement dans l’adver­saire mais aussi dans la date du match, c’est une rencontre de fin de saison et les joueurs sont épuisés physiquement et mentalement. C’est pour cela que j’insiste sur la concen­tration et j’essaie de les garder en bonne forme avec ce stage, surtout que les Championnats européens se sont terminés depuis quelques semaines déjà », explique Maaloul.

Ce dernier, qui revient aux rênes des Aigles de Carthage pour une deuxième fois après une première expérience en 2013, a annoncé dimanche dernier une liste de 26 joueurs pour le match. On peut noter l’absence de plusieurs atouts impor­tants, notamment l’attaquant d’Itti­had Djeddah (Arabie saoudite), Ahmad Akaichi, pour des raisons disciplinaires, le milieu de Sunderland (Angleterre), Wahbi Khazri, qui a été exempté de ce match pour ses noces, le défenseur de Valence (Espagne), Aymen Abdennour, pour des raisons phy­siques, et le gardien titulaire et capi­taine Aymen Mathlouthi, en raison de blessure. Mais les Aigles de Carthage peuvent toujours compter sur les talents et l’expérience de Youssef Msakni, Naim Sliti, Ferjani Sassi, Fakhredinne Bin Youssef et Chamseddine Dhaouadi. « La Tunisie est une bonne équipe et elle possède un bon entraîneur, mais je ne pense pas qu’il aura le temps de faire de grands changements dans si peu de temps, et donc je pense que ses meilleurs atouts restent Msakni et Sliti », dit Cuper.

De son côté, Maaloul a déclaré que les deux équipes se connaissent très bien et qu’il n’y aura pas de surprises. « Ces matchs se jouent sur de très petits détails, et c’est ce qui fera toute la différence dans cette confrontation. C’est pour ça que la préparation psychologique est très importante afin d’élever la concentration des joueurs. Au final, j’espère que les deux équipes pourront se qualifier à la CAN, car ce sera dommage que l’une des deux puissances continen­tales manque cet événement », conclut-il.

Effectif

Gardiens : Ahmad Al-Chénnawi (Zamalek), Chérif Ekrami (Ahli), Essam Al-Hadari (Wadi Degla).

Défenseurs : Ahmad Al-Mohammadi (Hull City, Ang), Ahmad Fathi, Ahmad Hégazi, Rami Rabia, Saad Samir (tous Ahli), Ali Gabr (Zamalek), Karim Hafez (Lierse, Bel), Mohamad Abdel-Chafi (Ahli Djeddah, Ar. Saou.), Omar Gaber (FC Bâle, Sui).

Milieux : Abdallah Al-Saïd, Hossam Achour (Ahli), Ahmad Al-Cheikh (Maqassa), Amr Warda (PAOK, Gre), Mostafa Fathi, Tareq Hamed (Zamalek), Mohamad Al-Nenni (Arsenal, Ang), Mahmoud Hassan « Trézeguet » (Anderlecht, Bel), Ramadan Sobhi (Stoke City, Ang), Sam Morsi (Wigan, Ang).

Attaquants : Amr Gamal (Ahli), Mahmoud Abdel-Moneim « Kahraba » (Zamalek), Mohamad Salah (Roma, Ita.).

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique