Dimanche, 03 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Football : Les Blancs contrariés mais prêts

Mohamad Mosselhi, Mardi, 07 mars 2017

Actuellement en proie à des tensions locales, Zamalek prépare son premier match en Ligue des champions d’Afrique, avec une rencontre importante face aux Nigérians d’Enugu Rangers.

Football : Les Blancs contrariés mais prêts
Zamalek a raté la dernière marche en 2017. (Photo : AFP)

Actuellement affecté par de nombreux pro­blèmes, Zamalek enta­mera son parcours en Ligue des champions d’Afrique avec une rencontre contre la formation nigériane d’Enugu Rangers ce dimanche 12 mars au Caire, pour le match aller des 16es de finale de la compétition.

Les Blancs traversent actuelle­ment une période délicate. La semaine dernière, leurs mauvais résultats dans les matchs du cham­pionnat ont eu des conséquences sur la stabilité de l’équipe. Les pre­mières tensions sont apparues après la défaite des Blancs contre Intag Al-Harbi lors du match d’ouverture du second tour du championnat. Mourtada Mansour, président du club, a alors sévèrement critiqué Mohamad Helmi, directeur tech­nique de l’équipe, exprimant sans retenue sa colère. Malgré une vic­toire de Zamalek lors des deux rencontres suivantes, Mansour a maintenu ses positions à l’égard de l’entraîneur, affirmant que ce der­nier risque de perdre son poste en raison des performances médiocres de l’équipe sous son commande­ment. « Les performances de l’équipe laissent à désirer. Je ne trouve aucune raison valable à cela, alors que le directeur tech­nique a devant lui les meilleurs joueurs d’Egypte », a déclaré le président du club. Le match contre Maqassa était la dernière chance de Helmi, pour espérer sauver son poste. Seulement, la rencontre a fait l’objet d’un grand débat suite à une erreur de l’arbitre Guéhad Greicha. Celui-ci aurait ignoré un penalty évident en faveur des Blancs qui ont alors perdu la rencontre 0-1. Ce mauvais calcul de l’arbitre a détourné l’attention de l’adminis­tration du club, désormais en conflit avec la Fédération Egyptienne de Football (FEF) qui a refusé la demande de Zamalek de rejouer la rencontre. Une situation favorable à Helmi, puisque les problèmes tech­niques de l’équipe ne sont plus au coeur des discussions.

Selon le président du club, Zamalek risque de ne pas terminer la compétition locale, menaçant de se retirer du championnat. Pour sa part, la FEF a décidé d’ajourner la rencontre de Zamalek face à Talaïe Al-Gueich qui était prévue mardi dernier, pour une durée indétermi­née. La FEF a officiellement justi­fié cette décision, indiquant vouloir laisser le temps à Zamalek de pré­parer au mieux cette rencontre. Seulement, il paraît évident que les responsables de la fédération sou­haitent gagner du temps pour résoudre cette crise. « On a dépensé des millions de livres égyptiennes pour construire une équipe puis­sante, capable de rivaliser pour le titre du championnat. C’est insup­portable de voir nos efforts s’effon­drer à cause d’une erreur naïve d’arbitrage. La Fédération égyp­tienne doit absolument trouver une solution convenable, sinon Zamalek n’ira pas au bout de la compéti­tion » a déclaré Mansour. Zamalek occupe actuellement la troisième place dans le championnat avec 40 points, 12 points derrière Ahli, lea­der du classement, qui a joué une rencontre en plus.

Une rencontre facile ?

Malgré ces tensions locales, Zamalek ne doit pas oublier de se préparer pour sa rencontre de ce dimanche contre l’équipe nigériane d’Enugu Rangers. D’autant plus que les modalités de cette prochaine compétition sont nouvelles. La Confédération Africaine de Football (CAF) a décidé en mai 2016 de modifier les modalités de la compé­tition, à partir de l’édition de 2017. Alors que les phases de groupe com­mençaient en quarts de finale, elles débuteront désormais à partir des 8es de finale. Les 16 clubs qualifiés pour les 8es de finale seront alors répartis en quatre groupes de quatre équipes. « Le cadre technique a demandé aux joueurs d’oublier la rencontre de Maqassa et de se concentrer sur la rencontre africaine. Notre objectif est d’obtenir un résultat positif au Caire pour être dans les meilleures conditions possibles lors du match retour, qui aura lieu la semaine pro­chaine au Nigeria », indique Ismaïl Youssef, directeur du secteur foot à Zamalek.

Techniquement, Zamalek ne devrait pas rencontrer trop de diffi­cultés lors de cette rencontre compte tenu de l’importante diffé­rence de niveau entre les deux équipes. Finaliste de la compétition en 2016, Zamalek va affronter une équipe classée 14e place dans le Championnat nigérian (Ndlr : Enugu Rangers a disputé 9 ren­contres jusqu’à présent dans le championnat avec 3 victoires, 3 défaites et 3 matchs nuls). Le meilleur résultat des Nigérians dans la compétition africaine a été son arrivée en finale en 1975, alors que Zamalek a déjà remporté cinq titres.

Pour leur préparation, les Blancs ont poursuivi un entraînement habi­tuel, malgré la crise du match contre Maqassa. Il est prévu que l’équipe dispute le match aller de dimanche avec un effectif presque au complet. Les atouts offensifs de l’équipe : Ayman Hefni, Moustapha Fathi, Bassem Morsi et Hossam Salama, dit Palo, sont tous prêts pour la ren­contre. Le milieu nigérian, Maarouf Youssef, blessé contre Maqassa, sera absent mais les Blancs ont de nom­breux remplaçants capables de com­bler ce vide. La différence entre les deux équipes est énorme, mais les récentes performances des joueurs de Zamalek laissent place au doute. Personne ne peut prévoir quel visage ils afficheront pour cette rencontre.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique