Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Les tireurs égyptiens déterminés, malgré la crise

Mirande Youssef, Mardi, 28 février 2017

Alors que le tir envisage une saison pauvre en raison des restrictions budgétaires, les tireurs misent sur les efforts personnels pour préserver leurs performances tant bien que mal.

Les tireurs égyptiens déterminés, malgré la crise
Les tireurs égyptiens, à l'instar de Mehelba (à gauche) et Al-Hodhod, s'entraînent seuls. (Photo : Facebook des athlètes.)

Après un bilan positif pour la saison 2016, les tireurs égyptiens com­mencent la nouvelle saison avec rigueur, malgré tous les obstacles. « La décision du ministère de la Jeunesse et du Sport de suspendre toutes les activités spor­tives à cause de la crise du dollar est un coup très dur au tir qui a excellé cette année aux JO de Rio. C’est la première année depuis 2011 que la sélection ne débute pas l’année par un regroupement au club Al-Seid à Doqqi. Il n’y a même pas de plan annuel pour l’entraîne­ment et les grands tournois. C’est le silence complet », explique Mohamad Amer, directeur technique de la sélection.

En fait, le tir égyptien a terminé la saison écoulée en beauté grâce aux bons classements réalisés par les tireurs au niveau olympique et international. Pour la première fois de son his­toire, le tir égyptien a réalisé des classements avancés par Ahmad Qammar, 5e en trap, et Afaf Hodhod, 5e en 10 m carabine, et Azmi Mehelba, 11e en skeet. Au niveau international, Mehelba a réalisé de très bon succès en rem­portant une médaille d’or au tournoi Grand Prix en 2016. Il est le premier Egyptien dans l’histoire du tir à figurer dans le classement mondial car il a occupé la 6e place en 2016. « Après de longues années dans l’ombre, le tir a réalisé en 2016 la meilleure performance de son histoire. Les deux exploits d’Ahmad Qammar et Afaf Hodhod ont bien démontré que le tir peut, dans l’avenir, offrir à l’Egypte des médailles olympiques et internationales », note Abdel-Hamid Ghaleb, directeur exécutif de la Fédération de tir.

Deux objectifs

Après ce bilan positif, les tireurs ont décidé de ne pas baisser les bras face à la suspension de toutes les activités sportives. En attendant le premier regroupement de la sélection qui aura lieu à la fin du mois de mars, chacun s’entraîne dans son club afin de maintenir leur bonne forme. Les deux objectifs de la saison sont les Championnats d’Afrique qui auront lieu au Caire en juillet prochain, et les Championnats du monde de Russie en septembre. Pour bien se préparer à ces deux tournois, les deux stars de Rio, Ahmad Qammar et Afaf Hodhod, sui­vent un programme de travail intensif au club Al-Seid. Ils participeront avec le soutien du club Al-Seid à quelques compétitions qui ser­vent de préparation pour les importants tour­nois de la saison. Chacun d’eux déploie des efforts personnels pour être à la hauteur de leur performance réalisée à Rio. Par exemple, Afaf Hodhod travaille avec un psychologue dans le but d’améliorer ses techniques de concentra­tion et de réflexion. « Dans le tir, il faut atteindre le maximum de précision. C’est un sport basé essentiellement sur la concentration et les facultés mentales plus que la force mus­culaire. Je suis en parallèle des exercices de fitness pour améliorer l’endurance du corps », explique Afaf. Quant à Azmi Mehelba, il suit lui aussi un programme spécial. « Depuis le début de l’année, je m’entraîne quotidienne­ment au club Al-Seid. Je vais participer à mes propres frais à la Coupe du monde en Inde à la fin du mois de février, et une autre Coupe du monde en Chypre en mai prochain. Ces deux tournois entrent dans le cadre de mon pro­gramme de préparation pour les Championnats d’Afrique et les Championnats du monde. J’espère remporter une médaille surtout après ma dernière déception aux JO de Rio », note Mehelba.

Quant à la Fédération égyptienne de tir, se trouvant dans l’incapacité d’effectuer des stages à l’étranger, elle va se contenter d’orga­niser quelques stages à l’intérieur du pays. « Vu que l’Egypte sera le pays hôte des Championnats d’Afrique en juillet, la fédéra­tion assumera l’organisation de ces Championnats qui coûtera une grande somme d’argent. On n’a pas de moyens financiers d’organiser des stages à l’étranger. On va donc se contenter d’organiser un stage à la fin du mois de mai pour préparer à ce tournoi », explique Ghaleb. Il ajoute que la sélection effectuera son deuxième stage au mois d’août afin de se préparer au deuxième tournoi de la saison, à savoir les Championnats du monde de Russie.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique