Lundi, 17 juin 2024
COP27 > COP27 >

Malgré elle, la Russie pourrait avoir accéléré la transition énergétique de la planète

Vendredi, 28 octobre 2022

Malgré elle, la Russie pourrait avoir accéléré la transition énergétiq

En tournant le dos au pétrole et au gaz russes après l’invasion de l’Ukraine, les investissements dans les énergies renouvelables pourraient conduire les émissions de gaz à effet de serre à un pic en 2025, selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE).

Publié à 8 jours de la Conférence mondiale sur le climat COP27 en Egypte, le rapport annuel de l’AIE met toutefois en garde contre les « fractures » entre pays riches et pauvres en matière d’investissements dans les énergies décarbonées, en réclamant un « effort international majeur » pour « réduire » ce « fossé inquiétant ».

« La crise mondiale de l’énergie déclenchée par l’invasion russe de l’Ukraine cause des changements profonds et à long terme qui ont le potentiel d’accélérer la transition vers un système énergétique plus durable et sûr », souligne l’AIE dans le document de présentation de son rapport. « Les marchés de l’énergie et les politiques publiques ont changé depuis l’invasion russe de l’Ukraine pas seulement pour le temps présent, mais pour des décennies à venir », affirme également Fatih Birol, directeur général de l’organisme, cité dans le rapport.

Alors que certains pays cherchent actuellement à augmenter ou diversifier leur approvisionnement en pétrole ou gaz — énergies fossiles fortement émettrices de CO2 — beaucoup sont en train d’étudier une accélération de leurs changements structurels vers des énergies propres, souligne l’AIE.

Mais les efforts à faire restent importants pour le climat. « Des efforts internationaux majeurs sont demandés pour combler le fossé inquiétant qui se creuse entre les économies avancées et celles des pays émergents ou en développement » en matière d’investissement dans les énergies propres, ajoute l’AIE.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique