Samedi, 24 février 2024
COP27 > COP27 >

Le financement des solutions fondées sur la nature doit tripler d'ici 2030

Mercredi, 19 octobre 2022

Le financement des solutions fondées sur la nature doit tripler d'ici 2030

Des experts réunis le mois dernier à Cairns, en Australie, ont souligné le rôle crucial des solutions fondées sur la nature dans la lutte contre le changement climatique et ont appelé à une augmentation considérable du financement de ces approches.

Les solutions fondées sur la nature visent à protéger les écosystèmes naturels qui profitent aux populations tout en contribuant à la lutte contre le changement climatique et à la protection de la biodiversité. Par exemple, la protection ou la plantation de mangroves dans les zones côtières réduit l'impact des tempêtes sur les vies humaines, absorbe le carbone et constitue en même temps un habitat pour les poissons, les oiseaux et d'autres plantes.

S'adressant au Forum sur le financement des solutions fondées sur la nature, organisé par le Comité permanent des finances de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, Ovais Sarmad, secrétaire exécutif adjoint d'Onu Climat, a déclaré : Nous sommes confrontés à une double crise du changement climatique et de la nature. Les deux sont inextricablement liés. La destruction mutuelle s'aggrave de jour en jour. Si la nature et le changement climatique sont liés, il va de soi que les solutions fondées sur la nature soient au cœur de la lutte contre ces deux phénomènes.

De nombreux pays ont déjà inclus des solutions fondées sur la nature dans leurs plans d'action nationaux pour le climat et les ont intégrées dans leurs plans d'adaptation nationaux. Cependant, les pays en développement et les communautés locales ont besoin d'un soutien financier et technique accru pour de telles activités.

Seuls 133 milliards de dollars environ sont consacrés aux solutions fondées sur la nature, et les investissements doivent tripler d'ici 2030 pour atteindre les objectifs en matière de climat et de nature, a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations-Unies pour l'environnement.

M. Sarmad a lancé un appel pour que le climat et la nature soient placés au premier plan des agendas nationaux et internationaux et au cœur de toutes les décisions financières — publiques et privées.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique