Mardi, 27 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

L’art de dire pardon

Hanaa Al-Mekkawi , Lundi, 31 juillet 2023

Reconnaître un tort est le premier pas avant de s’excuser. Une démarche pas toujours facile. Voici quelques astuces.

L’art de dire pardon

S’excuser n’est pas un geste facile à faire, c’est une façon de montrer son respect pour les personnes qu’on a froissées ou fâchées. Les excuses montrent que nous nous soucions des autres et que nous sommes capables d’assumer la responsabilité de nos actes. S’excuser peut être bénéfique. Les effets du regret que nous pouvons ressentir lorsque nous blessons une personne peuvent affecter notre santé émotionnelle et psychologique. En s’excusant et en assumant la responsabilité de nos actes, nous nous débarrassons du sentiment de culpabilité que nous pouvons ressentir. Il faut savoir qu’admettre son tort et s’excuser procure un profond sentiment d’estime de soi. S’excuser a l’avantage de nous rappeler que nous avons commis un tort et que nous ne devons pas le répéter. Les chercheurs ont également constaté que les excuses sincères et la reconnaissance de l’erreur augmentent l’empathie des personnes envers lesquelles nous avons commis un tort.

 Comment présenter ses excuses ?

Pour présenter des excuses correctement, il faut d’abord être sincère. Le désir de s’excuser doit venir de l’intérieur de soi. Ne vous excusez jamais parce que quelqu’un vous a dit que c’est « la chose à faire », ou seulement pour surmonter une situation embarrassante ou négative. Car dans ce cas, vos excuses seront sans valeur et ne viseront qu’à manipuler l’autre partie. Il est préférable de ne pas s’excuser immédiatement après un geste déplacé. Laissez passer quelque temps pour que la personne se calme. Vos excuses doivent ensuite comporter trois choses : les remords, la responsabilité et le désir de réparer votre erreur.

Vous devez d’abord regretter le fait d’avoir causé un préjudice et reconnaître que les sentiments de l’autre partie sont légitimes. Vous devez vous dire : « Je comprends que mon geste a été douloureux ». Ensuite, vous ne devez jamais justifier votre geste mais en assumer la responsabilité et montrer votre volonté de réparer l’erreur, puis déclarer l’intention future de ne pas répéter cette erreur, par exemple en disant : « A partir de maintenant, je vais essayer de parler sur un ton plus doux ». Les excuses sincères doivent être inconditionnelles, sans jamais minimiser la blessure ou l’insulte ressenties par l’autre partie. Si vous cherchez à vous excuser, sachez d’abord que vous devez écouter le point de vue de l’autre personne et savoir comment votre geste l’a affectée. Vous devez comprendre que les sentiments ressentis par l’autre partie sont « logiques ». Contrairement à l’idée reçue, il n’est pas souhaitable d’offrir un cadeau avec les excuses, car ce cadeau restera un rappel permanent de l’erreur qui s’est produite. Mais offrir des roses est une exception à cette règle et peut même avoir un effet magique.

 Quand ne pas s’excuser ?

 S’excuser est certes une façon d’exprimer ses regrets et d’admettre sa culpabilité, mais attention. Il ne faut pas en faire trop ! Les études en sociologie affirment que les excuses répétées sans raison indiquent la faiblesse de la personnalité. Et cela peut nous conduire à être mal vu et mal traité par les autres. Trop s’excuser nous fait paraître plus timides et nous empêche d’exprimer ce que nous voulons vraiment exprimer. Les excuses répétées reflètent une inquiétude excessive et donnent l’impression que nous nous préoccupons avant tout de nos intérêts. Consommer le mot « désolé » au début et à la fin de chaque phrase ne fera que détourner l’attention de ceux à qui vous parlez, car ils ne savent pas de quoi vous êtes désolé. Ne soyez pas surpris à la fin de la journée si vous n’avez plus rien de votre confiance car vous l’avez consommée en vous excusant inutilement. Des excuses inutiles et répétitives ne font que réduire notre pouvoir et notre présence.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique