Mardi, 27 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

Radwa Magdy : Il faut partir du principe que la vieillesse n’est pas une maladie

Hanaa Al-Mekkawi , Lundi, 17 avril 2023

La présence d’une personne âgée à la maison est une lourde responsabilité. Comment prendre soin d’elle physiquement et psychologiquement ? Eléments de réponse avec Radwa Magdy, professeure au département de médecine et de santé gériatrique de l’Université de Aïn-Chams.

 Il faut partir du principe que la vieillesse n’est pas une maladie

Radwa Magdy : En Egypte et dans d’autres pays, on définit les personnes âgées comme celles qui ont atteint l’âge de 60 ans. A partir de cet âge, ces personnes ont leurs propres besoins et exigences physiques, psychologiques et mentaux.

— Quels sont les principaux symptômes associés au vieillissement ?

— Au début, il faut partir du principe que la vieillesse n’est pas une maladie, mais qu’il existe certaines maladies chroniques associées à cet âge, telles que le diabète, l’hypertension, les problèmes cardiaques et hépatiques, l’incontinence urinaire et autres.

— De nombreux changements interviennent chez les seniors. Quels sont les plus importants ?

— Nous avons une stigmatisation selon laquelle tout ce qui affecte une personne âgée est vu comme normal à cause de l’âge, mais ce n’est pas vrai. Il n’est pas normal que les personnes âgées soient déprimées et souffrent de maladies chroniques parce qu’il s’agit de problèmes pathologiques et non psychologiques ou physiologiques associés à un certain âge. Mais ce qui est vraiment associé au vieillissement, ce sont les maladies de la mémoire et les réflexes lents et l’apprentissage.

— Plus on avance en âge, plus on est sujet à certaines maladies. Quelles sont celles qui menacent la sécurité des seniors ?

— La démence sénile est la plus importante d’entre elles, mais aussi l’ostéoporose, car il s’agit d’une maladie silencieuse qui ne fait pas mal à moins qu’une fracture ne survienne. La densité des os diminue sans le sentir parce que c’est indolore, puis soudainement, à chaque coup mineur, une fracture se produit. Mais si nous détectons la fragilité tôt, le traitement peut être pris en gardant un suivi annuel régulier pour mesurer le degré de fragilité après l’âge de 65 ans. La perte d’équilibre est également l’une des principales causes de problèmes, mais l’amélioration de l’environnement entourant les personnes âgées peut les protéger contre les chutes et les blessures, comme l’amélioration de l’éclairage et l’existence de passages convenables pour bouger en sécurité.

— Quelles sont les lignes directrices les plus importantes pour maintenir la santé des personnes âgées sous tous ses aspects ?

— Tout d’abord, préparer l’endroit où les personnes âgées vivent de manière à éviter les chutes et les fractures : ne pas entasser les meubles, placer des tapis antidérapants et avoir des poignées pour éviter les risques de chutes. Ensuite, il faut tenter de maintenir toujours leur esprit éveillé et alerte, les exposer quotidiennement au soleil, prendre soin des types d’aliments qu’elles mangent de sorte qu’ils soient riches en vitamines nécessaires au maintien de leur système immunitaire. Il est également très important de faire attention au maintien de la quantité de liquides et d’eau dans le corps, car les personnes âgées en général ne ressentent pas la soif, il faut leur rappeler de boire car une déshydratation peut être fatale.

— Les seniors, à part l’oisiveté et les problèmes de santé, tombent souvent dans une sorte de dépression. Comment prendre soin de leur état psychique ?

— La personne âgée doit avoir une vie sociale, rendre visite à ses amis et sa famille, mais aussi recevoir chez elle. Aussi, il est très bénéfique qu’elle soit impliquée dans le bénévolat communautaire et dans des activités qui regroupent des personnes de la même tranche d’âge. Il est aussi possible de maintenir ses capacités cognitives en se préoccupant de choses dans lesquelles elle effectue des exercices mentaux, tels que l’arithmétique, la résolution de mots croisés et le Sudoku. Ne pas la laisser recevoir des informations uniquement de la télévision et du téléphone. Parler avec elle, ne pas l’isoler et veiller à ne pas discuter d’un sujet dont elle ne se souvient pas, afin qu’elle ne se sente pas gênée. Faire attention à bien servir la personne âgée sans émettre de commentaires qui la fassent sentir impuissante. Ecouter son discours, aussi trivial soit-il, et ne pas répondre de manière humiliante à ses questions, lui parler et ne pas l’isoler.

— Malgré tout cela, les seniors souffrent souvent d’isolement …

— Bien sûr, et cela a un très grand impact sur eux. La dépression et la démence sénile sont un cercle vicieux. Si nous laissons les personnes âgées déprimées pendant une longue période, cela provoque une démence sénile. En même temps, si la personne souffre de démence, elle aura une dépression, alors ce cercle vicieux doit être brisé par la prise d’antidépresseurs. La santé mentale a un impact sur la santé physique et vice-versa, par exemple, les personnes âgées ayant des problèmes de santé physiques, tels que les maladies cardiaques ont des taux de dépression plus élevés que celles en bonne santé. Inversement, la dépression non traitée chez une personne âgée atteinte d’une maladie cardiaque peut négativement affecter l’issue de la maladie physique. Les symptômes de la dépression chez les personnes âgées sont souvent négligés et non traités parce qu’ils coïncident avec d’autres problèmes auxquels elles sont confrontées. Il est nécessaire de faire sentir aux personnes âgées leur valeur, de les faire participer à la vie sociale de ceux qui les entourent et de prendre leur avis, etc. Cela nous permet aussi de bénéficier de leur sagesse et de leur expérience.

— Existe-t-il des unités spécialisées dans la prestation de services aux personnes âgées ?

— L’hôpital Al-Chahid Ahmad Shawki, pour la médecine des personnes âgées à l’Université de Aïn-Chams est le seul hôpital en Egypte et au Moyen-Orient qui sert les personnes âgées. Il comprend des cliniques ambulatoires avec une clinique générale et d’autres spécialisées dans la fragilité des os, la mémoire, la détection précoce des tumeurs, en plus d’une autre consacrée aux patients dans un stade avancé de la maladie.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique