Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

Manger comme on mange chez soi

Hanaa Al-Mekkawi , Mercredi, 23 février 2022

Tablia Balady est un petit restaurant sympa du centre-ville où l’on peut déguster la cuisine traditionnelle égyptienne à des prix très abordables. Tournée.

Manger comme on mange chez soi

Si vous voulez prendre un bon déjeuner au centre-ville à un endroit spécial où tout est exceptionnel, Tablia Balady (table populaire) répond assurément à vos attentes. On l’appelle le restaurant des « cinq dames » car il a été fondé et est géré par cinq femmes de la même famille. Le restaurant vous propose des plats « faits maison » comme vous n’en avez jamais goûté. C’est l’impression que nous avons à la première bouchée. Tablia Balady est en quelque sorte une perle cachée. Pour le découvrir, il faut arpenter le centre-ville et passer d’une grande rue à une autre plus petite. A la fin, on arrive à un couloir situé entre deux immeubles. Une pancarte accrochée au mur indique le nom du restaurant. Il suffit ensuite de suivre l’odeur qui se dégage de la cuisine et remplit les lieux pour y arriver. Une odeur différente de celle qu’on a l’habitude de sentir dans les autres restaurants. Elle ressemble à l’odeur qui sort des cuisines de nos maisons et qui est associée à ce que nous mangeons à la table de nos mères, grands-mères et tantes. Quatre tables et une dizaine de chaises seulement sont posées devant le restaurant en plein air et une ou deux tables à l’intérieur. Le décor est très simple et comprend beaucoup d’éléments que les propriétaires ont ramenés de chez elles. Toujours souriantes et accueillantes, Mona, ses filles Samar, Sahar et Sama, ainsi que sa soeur et sa fille, sont les cinq responsables des lieux. Elles sont toujours présentes pour prendre les commandes et servir les clients, sauf la soeur qui réside hors du Caire.

Des plats typiquement égyptiens

Le projet a commencé il y trois ans, lorsque ces dames ont pensé à ouvrir un restaurant qui présente des plats égyptiens traditionnels comme ceux que l’on mange chez soi. L’objectif est de donner au client l’impression qu’il est chez lui. « Le restaurant est idéal pour ceux qui désirent sortir manger ailleurs tout en contrôlant ce qu’ils mangent et leur budget et éviter les préparations industrielles », dit Mona. Des plats typiquement égyptiens composent le menu : Moloukhiya, riz, pigeons farcis, côtelettes de veau, légumes farcis, feuilles de vigne, kébab halla, canard et poulet grillés. On trouve en plus des pâtes à la béchamel ou de la piccata aux champignons, des plats qui peuvent avoir un air étranger, mais peu importe, car ce qui compte ici, ce sont les plats que les Egyptiens consomment régulièrement chez eux. Le menu change chaque jour et ne se reproduit pas dans le même ordre la semaine suivante. Pour connaître le menu du lendemain, il faut suivre la page Facebook sur laquelle le menu est annoncé la veille. Les prix sont un autre privilège. Ils varient entre 8 livres égyptiennes pour une salade et 85 livres pour le plat du jour.

L’atmosphère à Tablia Balady est superbe. En attendant son repas, on peut admirer la voix de Mohamad Mounir ou de Fayrouz, voir les passants dans la rue et jeter un coup d’oeil de temps en temps sur la cuisine où l’on voit Samar, la cheffe, en train de cuisiner. « Je sens comme si j’étais dans la cuisine de ma maison et je prépare le déjeuner pour des amis », affirme Samar. Elle explique que le goût très particulier des plats à Tablia Balady est dû au fait qu’il n’y a jamais de produits industriels comme les cubes de soupe par exemple et aussi au fait que la viande et les volailles sont fraîches et viennent directement du boucher. Tous les jours, de 16h à 21h, on peut savourer un plat traditionnel délicieux, mais sans dessert, car le menu n’en comprend pas. On peut seulement commander un thé ou attendre la surprise de la cheffe, offerte de temps en temps par la maison. Cela peut être de la pastèque glacée distribuée aux tables en guise de compliment. Tablia Balady est un endroit où l’on peut manger tous les jours comme si on rentrait chez soi pour déjeuner.

 Sachez que

Cheffe Samar n’utilise pas pour cuisiner des quantités prédéterminées d’aliments, mais s’appuie plutôt sur ses sens de l’odorat et du goût. Elle reconnaît le degré de salinité à l’odeur des aliments.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique