Vendredi, 14 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Francophonie >

Laura Abou Haidar : Nous essayons de passer à la vitesse supérieure

Marianne William, Lundi, 23 mars 2020

A l’occasion du cinquantenaire de la Francophonie, Laura Abou Haidar, attachée de coopération éducative à l’Institut Français d’Egypte (IFE), revient sur les enjeux de l’enseignement du français dans le monde scolaire en Egypte.

Laura Abou Haidar

Al-Ahram Hebdo : Alors que la Francophonie souffle ses 50 bougies cette année, comment évaluez-vous la place du français dans le monde éducatif en Egypte ?

Laura Abou Haidar: C’est touchant et émou­vant de contribuer au cinquantenaire de la Francophonie dans un pays comme l’Egypte où la Francophonie est ancrée dans le patrimoine, l’histoire, la langue et la culture. Il y a une grande vitalité autour du français, une croissance constante des effectifs des élèves qui apprennent le français et un intérêt important aussi bien du point de vue qualitatif que du point de vue quan­titatif.

Le français est présent dans les établissements scolaires homologués et bilingues, qui comptent plus que 43000 élèves, Mais aussi dans les écoles publiques. Il est enseigné comme Langue Vivante 1 (LV1) et LV2. Il est de même présent dans le monde universitaire, que ce soit à l’Uni­versité Française d’Egypte (UFE) ou dans les filières francophones dans les universités égyp­tiennes. La présence de ces nombreux réseaux en parallèle est importante pour la vitalité de la langue et constitue une richesse pour le pays.

Nous pensons que les meilleurs ambassadeurs de la langue française sont ceux qui sont scolari­sés et ceux qui s’approprient la langue et la culture dès le plus jeune âge.

— La France a adopté une stratégie inter­nationale pour la langue française et le pluri­linguisme dont le premier enjeu est « apprendre en français ». Comment cela se traduit-il dans les établissements scolaires en Egypte ?

— Le poste diplomatique en Egypte est extrê­mement mobilisé auprès du monde scolaire dans sa globalité. Nous avons le soutien très appuyé de l’ambassadeur. Au niveau du Service de coopéra­tion et d’action culturelle et avec l’ambassade, nous sommes en pleine réflexion sur les stratégies à adopter pour développer la langue française et le plurilinguisme dans les établissements à pro­gramme français et bilingue, plus particulière­ment ceux qui ont le Label franceducation, un label interministériel qui apporte son soutien aux établissements essentiellement à travers la forma­tion. Nous faisons cela de plusieurs manières. D’abord, par la formation des enseignants sur le plan linguistique et méthodologique: la forma­tion continue est vraiment au coeur de notre dispo­sitif, car nous savons que c’est un enjeu majeur. Dans ce but, l’Institut Universitaire de Formation des Professeurs (IUFP) à l’IFE soutient les ensei­gnants de français et en français par des forma­tions. Mais aussi, nous apportons notre soutien à l’enseignement du français et en français dans les facultés de pédagogie et des lettres des universités égyptiennes. Nous accompagnons également les établissements par l’organisation d’événements linguistiques, éducatifs et culturels permettant aux élèves un contact avec la langue française et sollicitant leur imagination et créativité, telles les actions proposées dans le cadre de la Journée internationale des droits de la femme. Nous culti­vons surtout cette idée d’appartenance à un réseau et une communauté que ce soit chez les élèves, les enseignants ou les équipes des directions des établissements. L’idée est de faire en sorte que l’ensemble de la communauté éducative se sente renforcée et sécurisée dans un réseau, tout autour des valeurs véhiculées par le système éducatif français et la langue française.

— Qu’en est-il des écoles religieuses franco­phones présentes en Egypte depuis plus d’un siècle ?

Laura Abou Haidar
Le 1er Sommet de la Francophonie s'est tenu en 1986 à Versailles, en France. Il se tient tous les deux ans.

— Ces écoles historiques sont d’une extrême importance, car ce sont elles qui ont permis au français d’exister en Egypte. Le président fran­çais, Emmanuel Macron, lors d’une récente visite à Jérusalem, a annoncé un plan d’action et un fonds qui sera créé et dédié aux écoles des congrégations de l’ensemble du monde arabe. Nous attendons avec impatience la création de ce fonds qui a vocation à renforcer ce réseau. Il devrait pouvoir bénéficier aux 500000 élèves qui sont scolarisés et dans l’ensemble de la région, dont 30000 ici en Egypte.

Pour les écoles confessionnelles qui appartien­nent au réseau d’écoles bilingues francophones et qui ont une section de lycée homologuée, nous souhaitons qu’il y ait dans ces établissements une extension des sections de bac français. Nous sou­tenons les écoles bilingues francophones par le biais duLabelfranceducation, mais aussi par des événements phare qui permettent de mobiliser la communauté éducative, telle la Journée interna­tionale du professeur de français.

— A quels défis est confronté l’enseigne­ment du français en Egypte ?

— Le premier enjeu est celui du plurilin­guisme. La vitalité de la langue française en Egypte aurait intérêt à être renforcée en restant présent dans les différents réseaux d’écoles et en créant un environnement culturel francophone extrascolaire de manière que la langue française soit une langue qu’on entend au quotidien. Et il faut faire en sorte que la langue française ne s’adresse pas à une petite élite. Or, c’est bien de défendre cette belle langue qu’est le français sans aller contre les autres. L’anglais est une langue internationale répandue dans un pays comme l’Egypte. Il faut que les élèves maîtrisent la langue du pays mais aussi d’autres. La parti­cularité des parcours proposés dans les écoles à programme français fait que les bacheliers sont capables de suivre leur scolarité en français, en anglais, en arabe, mais aussi en allemand et en espagnol. Nous veillons à ce que le français ne remplace ni la langue nationale ni les autres langues internationales, et que les élèves issus de nos établissements aient une éducation plurilin­gue. Nous sommes heureux quand nos bache­liers intègrent une université égyptienne presti­gieuse, l’Université américaine, l’Université Française d’Egypte (UFE) ou d’autres universi­tés à l’international.

Le numérique aussi est un défi très important. Nous veillons à moderniser l’enseignement-apprentissage de la langue française en faisant appel à de nouvelles ressources et méthodes de travail. Pour ce faire, le numérique doit s’intégrer d’une manière beaucoup plus efficace au niveau des établissements. Proposer les tablettes comme support d’enseignement n’a pas seulement pour but d’alléger le cartable, mais plutôt de favoriser des stratégies d’apprentissage qui vont dans le sens de l’autonomisation de l’élève. Un tel sup­port permet aux élèves d’effectuer des démarches d’apprenti chercheur à tester la validité des don­nées et à développer le sens critique. Cela implique aussi l’intégration de la question de l’éthique des usages numériques, aussi bien par rapport à la manière de l’exploitation des données, que par rapport à l’usage des réseaux sociaux.

Un autre défi est celui de contribuer à la forma­tion des futurs citoyens et les sensibiliser aux enjeux sociétaux actuels, dont des enjeux liés à l’environnement, à l’égalité des hommes et des femmes, au développement durable, etc. Ces enfants en pleine croissance vivent dans un monde dans lequel émergent des sujets différents à ceux auxquels notre génération a été confrontée. Sur le plan éducatif, l’école a pour mission de permettre des espaces d’expression, de création et d’engage­ment pour les élèves.

— Quels sont vos objectifs dans la période à venir ?

— Nous sommes dans une étape où nous essayons de passer à la vitesse supérieure. Au niveau des écoles homologuées, nous avons la chance d’avoir 14 établissements à programme français avec un nombre d’élèves correspondant à 9000. Sachant que le taux de réussite au bac dans ces établissements est de 94,3%, avec un taux de réussite de 100% dans 4 établissements; il est supérieur au taux de réussite en France (88,1%). La majorité des admis le sont avec une mention TB, dont un nombre non négligeable avec les Félicitations du jury.

Notre projet est de doubler le nombre d’élèves dans ce réseau à l’horizon 2030. Et ce, soit en accompagnant les écoles bilingues francophones vers l’homologation, soit à travers des investis­seurs qui ont envie de s’engager pour le système éducatif à la française en créant des écoles. Nous sommes déjà sollicités par des établisse­ments internationaux égyptiens qui ont envie qu’on les accompagne dans la procédure d’ho­mologation qui est une procédure très calée au niveau de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE). En Egypte, le système éducatif est suffisamment riche pour pouvoir envisager toutes les possibilités et tous les dispositifs .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique