Dimanche, 16 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Visages >

Mgr Adel Zaki: La voix de l’amour et de la fraternité

Névine Lameï, Mardi, 26 mars 2013

Mgr Adel Zaki, vicaire apostolique des latins catholiques d’Egypte, se prépare à lancer la première chaîne catholique du pays. Dans l’univers de ce franciscain tolérant, il y a de la place pour tout le monde.

Mgr Adel Zaki
Mgr Adel Zaki

Vie spirituelle, services communautaires, responsabilités diocésaines, l’homme est tout le temps pris par ses multiples préoccupations. Le Franciscain Mgr Adel Zaki a été nommé par Benoît XVI en 2009 comme évêque et vicaire apostolique pontifical des latins catholiques en Egypte.

Actuellement, il vient d’être élu par le Conseil des patriarches et des évêques catholiques d’Egypte pour présider et lancer la chaîne Al-Salam (la paix), la première chaîne satellite catholique en Egypte. « Le rêve d’une chaîne catholique égyptienne caressait les esprits depuis belle lurette. Son lancement est prévu pour l’an 2014, l’année liturgique du Salut dans l’Eglise universelle. La chaîne est censée faire mieux parvenir le patrimoine culturel catholique égyptien au reste du monde. Nous avons pensé unir les 7 rites catholiques, sans aucune orientation politique, ni partisane », déclare Mgr Adel Zaki.

Ce dernier rejette l’intention de rentrer en compétition avec d’autres chaînes chrétiennes, et préfère parler d’un « Printemps chrétien ». « Qu’elle soit la CTV, copte orthodoxe, ou la Sat7, protestante, chacune porte un caractère propre à elle, lié au rituel de son église. La diversité est une richesse », indique Mgr Adel Zaki, qui se déplace constamment entre son diocèse initial à Alexandrie et son évêché au Caire, précisément à la rue Beyrouth, tout près de la somptueuse Basilique Notre-Dame des latins catholiques. Une basilique construite par le baron Empain et qui demeure l’un des traits caractéristiques du quartier d’Héliopolis.

D’ailleurs, l’évêché du Caire joue un rôle primordial quant au financement de cette première chaîne catholique, surtout en accueillant les donations des fidèles. « Al-Salam ne recourt à aucun soutien extérieur, contrairement à la pensée dominante chez les uns, jugeant que les catholiques d’Egypte suivent le pape de Rome, et donc doivent assurément obtenir des subventions de l’étranger. Ce qui est totalement erroné », précise Mgr Zaki.

A l’évêché du Caire, il effectue les arrangements nécessaires pour mettre en place le studio de la chaîne Al-Salam. Mgr recherche des agences publicitaires à esprit innovateur, pour le logo de la chaîne ou les prospectus à distribuer dans les diverses églises. Il travaille sur les concepts des émissions, essentiellement centrées autour de l’enseignement, l’éducation, le développement humain, la foi chrétienne, et surtout l’exactitude et la véracité des informations à diffuser.

« Ce qui m’a vraiment touché ces derniers temps, c’était de lire dans un journal privé une fausse information tirée de la prophétie d’un certain Malachie (pseudonyme d’un moine irlandais du XVIe siècle). Celui-ci avait prédit que le prochain pape de Rome serait le dernier et que sous sa régence l’Eglise s’effondrerait ! Jusqu’à quand cette descente aux enfers ? Nous, les chrétiens, nous vivons avec une promesse divine, selon l’évangile de saint Mathieu 16:18 (Et moi je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudraient point contre elle », assure-t-il.

L’homme de religion a préféré suivre la cérémonie de l’élection du nouveau pape du Vatican sur les chaînes catholiques européennes, notamment la française KTO et l’italienne TV2000. « Malheureusement, il m’était difficile de participer à la cérémonie, vu mes engagements en Egypte », déclare Mgr Adel Zaki, dont l’intercesseur spirituel est saint François d’Assise. Saint François est le fondateur de l’ordre des Frères mineurs, créé en 1210 en Italie, (l’OFM, couramment appelé ordre des Franciscains). Il se caractérise par la prière, la joie, la pauvreté, la paix, l’évangélisation et le respect de la création.

C’est au sein des Franciscains que Mgr Zaki a été élevé avec modestie sur ses préceptes catholiques depuis 1972, date de son Ordination sacerdotale. Mgr Zaki a le même intercesseur que le nouveau pape argentin, Jorge Bergoglio, qui a également choisi le nom de François. « Le pape François est un bon jésuite, proche des pauvres, qui refuse l’ostentatoire. Il a entamé son pontificat sous le signe de la simplicité. C’est le premier pape d’Amérique latine, le continent le plus catholique du monde. Il a révolutionné le geste papale. Pour sa première apparition en tant que 266e pape, il est apparu à la Basilique Saint-Pierre en simple soutane blanche, sans mozette rouge sur les épaules. Un premier geste symbolique mettant en avant sa modestie face à Dieu. Il a refusé de porter la somptueuse croix du pape de Rome, gardant sa croix en bois. C’est un homme simple qui a été curé, donc proche des gens », déclare Mgr Zaki.

Cette modestie papale est appréciée par cet homme né à Louqsor et élevé dans une école franciscaine. Mgr Adel Zaki est le cinquième garçon d’une famille très simple dont le père travaillait dans la compagnie des chemins de fer. « Je me souviens qu’un jour, le directeur de mon école franciscaine, le père Mansour, est venu nous rendre visite. Mes frères et moi nous étions assis l’un à côté de l’autre. Le père Mansour a demandé à mon père d’engager l’un d’entre nous au service spirituel. Ce dernier m’a choisi. A ce moment-là, je n’avais pas vraiment cette vocation. C’est par timidité enfantine que j’ai obéi », raconte-t-il.

Très attaché aux pères Franciscains, vivant et priant en fraternité et avançant dans la foi, Mgr Zaki a suivi une formation de prêtre au séminaire catholique de Guiza. Son voyage à Beyrouth, précisément à l’Université Saint-Joseph, couronné par un magistère en Théologie en 1972, l’a incité à faire un doctorat sur le Dogme. Néanmoins, il a dû abandonner une bourse d’études à Levin, en Belgique, pour répondre à l’appel du ministre provincial des Franciscains du Caire, à cette époque le père Raymond Abboud. Celui-ci l’a convoqué afin de retourner en Egypte, lui disant : « Nous n’avons pas besoin de spécialistes en sciences, mais de saints curés ».

Alors, Adel Zaki a répondu à l’appel divin et à l’Ordre franciscain. Il a passé 18 ans à Assiout, à l’église centrale des Franciscains. Ensuite, 3 ans à Nag Hammadi, 9 ans à l’église Saint-Antoine de Padoue, à Daher, puis 10 ans à l’église Mont Carmel, à Boulaq, Notre-Dame du Carmel.

« Notre-Dame du Carmel est l’un des divers noms de la Vierge Marie. Sa dénomination procède du Mont Carmel, un nom qui dérive de Karmel ou jardin », explique Mgr Zaki, préoccupé dans son diocèse par les jeunes, la pastorale touristique et les problèmes des réfugiés soudanais, dont le nombre est actuellement de 55 000 soudanais catholiques latins en Egypte.

« Ce sont les pères franciscains qui prennent en charge leur éducation, leur formation sociale et leur séjour. D’autre part, pour encourager le tourisme religieux en Egypte, on s’intéresse à distribuer dans les hôtels et les agences touristiques, proches des étrangers, les horaires des messes de l’église catholique et des brochures sur les monastères en Egypte ».

Et comme Mgr Zaki place l’être humain au centre de ses préoccupations, son évêché à Héliopolis s’est vu annexer d’un patronage. Il s’agit d’une association d’éducation qui propose des enseignements religieux chrétiens et des activités socioculturelles et sportives pour tous. Le patronage a réussi à attirer un large public, catholique et orthodoxe, jeune et moins jeune. « L’histoire de l’église latine en Egypte date de 1838. Comme les latins sont très peu nombreux en Egypte, pas mal d’entre eux ont dû quitter après la révolution de 1952. La Basilique ouvre ses portes à tous les autres rites chrétiens », déclare-t-il.

Mgr Zaki aspire également à fonder une université catholique en Egypte, qui sera ouverte à tous, musulmans et chrétiens, suivant le même système éducatif des écoles catholiques, basé sur le respect, le dialogue et l’acceptation de l’Autre. « L’Eglise catholique a une longue expérience en matière d’enseignement social. D’ailleurs, tous les organismes catholiques, éducatifs, sanitaires ou caritatifs sont au service de l’Homme, sans discrimination », poursuit Mgr Zaki qui, en dépit des perturbations actuelles, conteste l’idée de créer un parti « politique » chrétien. Il refuse aussi que les chrétiens vivent sous tutelle, ou sous une protection internationale. Il favorise en revanche la coexistence, la citoyenneté et le dialogue.

« Nous, les Egyptiens, unis par une civilisation ancestrale qui date de plus de 7 000 ans, nous sommes les seuls capables de résoudre nos problèmes. Le respect des droits de l’homme, c’est ce qui aurait dû nous unir dans le cadre de la Constitution égyptienne. Mais celle-ci est malheureusement soumise à une seule voix, celle des islamistes. L’islam modéré, représenté dignement par Al-Azhar, refuse la violence », avoue Mgr Zaki qui, dans tous ses prêches du dimanche, lance des messages de joie, de paix, d’espoir et d’amour, dans un monde « meurtri ». Il conseille aux fidèles de son église de ne pas quitter leur pays.

« Il n’y a jamais de dimanche de Pâques et de Résurrection sans passer par un Vendredi Saint, la commémoration de la Passion (Supplice du Christ). Tout au long de l’Histoire, l’Eglise a traversé des moments de persécution, d’exil et de torture. Mais Jésus-Christ nous a dit : Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. (Mathieu 28:20) », rassure Mgr Zaki, actuellement très occupé par la préparation de la première chaîne catholique qu’il présidera. Il aspire à ce qu’elle soit une lumière non pas pour « éblouir ou aveugler », mais pour « permettre de mieux voir les choses » l

Jalons

1er décembre 1947 : Naissance à Louqsor.

1963 : Engagement à l’OFM.

1972 : Ordination sacerdotale et diplôme en langue française de l’Université Saint-Joseph à Beyrouth.

1989-1998 : Ministre provincial des Franciscains en Egypte.

1998 : Secrétaire de l’Assemblée des Hiérarques catholiques d’Egypte.

1er novembre 2009 : Vicaire apostolique des Latins catholiques en Egypte.

2013 : Directeur de la chaîne catholique égyptienne Al-Salam.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique