Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Mahmoud Chaabane : Les personnes âgées sont un élément important de la société

Dina Bakr , Mercredi, 13 mars 2024

Mahmoud Chaabane, directeur de l’Administration générale des personnes âgées au ministère de la Solidarité sociale, revient sur l’initiative Al-Omr Al Zahabi (l’âge d’or) qui vise à réactiver le rôle de ces personnes dans la société.

Mahmoud Chaabane
(Photo : Moustafa Emeira)

Al-Ahram Hebdo : D’où provient le nom de l’initiative « L’âge d’or » ? Quels services présente-t-elle aux personnes âgées ?

Mahmoud Chaabane : L’âge d’or désigne la meilleure période de la vie d’une personne, c’est l’accumulation de l’expérience mêlée à la complémentarité de la vision de la vie. Cette initiative s’adresse aux personnes âgées qui vivent dans des maisons de retraite et qui sont membres de clubs de personnes âgées. Elle est composée de différentes étapes pour couvrir 172 maisons de retraite et 186 clubs réservés aux personnes âgées dans 22 gouvernorats. Il s’agit d’organiser, au cours d’une journée, des rencontres, des discussions et des interactions, avec la coopération de la société civile, comme le Croissant-Rouge et le Fonds de traitement de l’addiction, qui ont déjà participé à cette initiative. L’initiative de « L’âge d’or » offre aux personnes âgées l’opportunité de s’exprimer à travers leurs activités artistiques, culturelles ou artisanales.

— Quels sont les gouvernorats qui ont mis en oeuvre cette initiative ?

— Cette initiative est déployée sur plusieurs phases. La première s’est déroulée dans les gouvernorats de Damiette, d’Ismaïliya, de Port-Saïd et de Suez. La deuxième phase a eu lieu à Daqahliya, Charqiya, Gharbiya et Qalioubiya. Le ministère de la Solidarité sociale souhaite, à travers cette initiative, annoncer aux personnes âgées le début d’une nouvelle vie et vise leur intégration sociale, ne se limitant pas à la protection sociale déjà en place pour cette tranche d’âge qui commence à 60 ans. Cette initiative vise à faire passer aux personnes âgées le message qu’elles sont un élément important de la société et qu’elles ont un rôle à jouer.

— Comment cette initiative pourrait-elle tirer parti de l’expérience des personnes âgées dans les maisons de retraite ?

— Les maisons de retraite réunissent des personnes âgées ayant déjà occupé des postes dans divers domaines. Elles pourraient permettre aux personnes âgées désireuses de travailler de combler le manque de professionnels dans la maison, en proposant une prime aux personnes qui travaillent au sein de la maison de retraite, ainsi qu’une exemption des frais de résidence. A Suez et Damiette, deux exemples concrets sont donnés : dans la première résidence, un comptable était chargé de vérifier les comptes de la maison où il réside. A la deuxième maison, un ingénieur agronome a créé une serre agricole et a appris à deux autres résidents à prendre soin des plantes, devenant ainsi ses assistants. Il est important que les retraités ne voient pas la retraite comme une attente de la mort, mais qu’ils soient prêts à reprendre leur vie après la retraite. En effet, la maturité à cet âge-là réduit les erreurs. En outre, le nombre de résidents en maisons de retraite a augmenté de 1 000 personnes en 2023, totalisant 4 500 personnes âgées. Même si ce chiffre représente moins de 10 % des personnes âgées en Egypte, estimées à 7 millions, l’initiative de « L’âge d’or » a contribué à améliorer l’image de marque des maisons de retraite et à faire accepter le placement d’un parent dans ces résidences. Les maisons de retraite offrent un service social fondamental disponible 24 heures sur 24 pour les personnes âgées, regroupant des spécialistes en psychologie, sociologie, médecine et soins infirmiers.

— Quelle est la stratégie nationale concernant les personnes âgées ?

— Selon l’article 83 de la Constitution qui défend les droits des personnes âgées, le ministère de la Solidarité sociale a créé un Haut Comité pour les personnes âgées regroupant 21 membres de différents ministères tels que l’Intérieur, la Santé, la Justice, ainsi que des institutions telles que la Banque Nasser, le Centre national de recherches sociales et criminelles, l’Organisme national de la poste, l’Organisme national d’assurance, et des représentants de la société civile. Ce comité s’est réuni à deux reprises en présence de deux personnes âgées, un homme et une femme sélectionnés parmi ceux résidant dans les maisons de retraite, pour discuter de leurs problèmes, besoins et propositions.

— Existe-t-il une stratégie nationale pour les personnes âgées vivant chez elles, sachant qu’il y a environ 7 millions de personnes âgées en Egypte ?

— Les aides financières Takafol wa Karama (solidarité et dignité) profitent aux personnes âgées et pauvres, sans limite d’âge. Elles sont octroyées jusqu’au décès du bénéficiaire. La Banque Nasser a créé un certificat d’épargne offrant un taux d’intérêt de 10 % aux personnes âgées souhaitant faire des économies. De même, il suffit de présenter sa carte d’identité dans les transports en commun pour bénéficier d’une réduction de 50 % pour les personnes âgées de 60 à 65 ans et de la gratuité pour celles de 70 ans et plus.

— Quels sont les critères de sélection de ceux qui veulent exercer le métier d’accompagnateur de personnes âgées ?

— Nombreuses sont les familles qui préfèrent ne pas envoyer leurs parents en maison de retraite, mais rencontrent des difficultés pour les superviser et en prendre soin. Dans ce contexte, le ministère de la Solidarité sociale supervise la formation et le recrutement des accompagnateurs en partenariat avec des organisations de la société civile. Le ministère a établi des critères pour les demandeurs de ce métier, incluant une tranche d’âge de 24 à 45 ans maximum, un minimum niveau d’éducation moyenne, des analyses sanguines négatives pour les hépatites et les drogues, un casier judiciaire vierge, des évaluations régulières de la qualité du service, ainsi qu’une étude sur la réaction des personnes âgées et de leur entourage pour garantir la confiance en l’accompagnateur.

— Est-ce que l’Administration des personnes âgées envisage d’introduire de nouvelles activités en faveur de cette catégorie d’âge ?

— Récemment, un projet de fin d’études universitaires des étudiants en faculté de pédagogie sportive de l’Université de Hélouan s’est déroulé dans une maison de retraite. Les étudiants ont apporté une cure de jouvence en proposant des exercices de renforcement musculaire, améliorant la mobilité des personnes âgées. On chercherait à renforcer ce type de coopération qui peut contribuer à augmenter l’espérance de vie. En plus, certaines personnes âgées excellent dans l’artisanat et une proposition est à l’étude pour leur permettre de participer aux expositions nationales Torathna (notre patrimoine) ou Diarna (notre terroir) organisées annuellement.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique