Dimanche, 14 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Ayman Omar : La République libanaise, sous sa forme actuelle, ne peut plus survivre

Amira Samir, Lundi, 23 décembre 2019

Ayman Omar, professeur libanais de sciences politique à l'Université de Tripoli, estime qu’un gouvernement de technocrates est nécessaire pour remédier à la crise libanaise.

Ayman Omar

AL-AHRAM HEBDO : Pourquoi, selon vous, la nomination de Hassan Diab au poste de premier ministre est-elle contestée dans le camps sunnite ?

Ayman Omar: Le Nord du Liban est le bastion du courant du Futur et des sunnites. Raison pour laquelle la réaction à la nomination de Diab y est la plus violente. A Tripoli, la rue est divisée. Il y a d’un côté, le mou­vement révolutionnaire qui proteste contre les conditions de vie. Il n’est pas politisé et représente la majorité. De l’autre, il y a les fidèles du cou­rant du Futur qui considère la nomi­nation de Diab comme une provoca­tion et une atteinte au pacte constitu­tionnel. En fait, le pacte constitu­tionnel est une innovation politique à la libanaise qui vise à garantir l’équilibre entre les différentes communautés de la société. La situation actuelle n’est pas une pre­mière. En 2011, le président Mikati avait obtenu les voix de 8 représen­tants sunnites seulement. Ce qui a fait que le courant du Futur a refusé de lui apporter son soutien.

— Comment expliquez-vous le soutien apporté par le Hezbollah à Hassan Diab ?

— Ce qui se passe au Liban aujourd’hui ne peut être dissocié des événements dans la région. Le Hezbollah est passé au stade de la confrontation avec les Etats-Unis, notamment après le durcissement des sanctions économiques contre lui. Le Hezbollah et ses alliés envoient ainsi un message aux Etats-Unis à la veille de la visite de l’émissaire américain, David Hill, au Liban. Je pense que le Hezbollah a choisi ce technocrate pour former un gouvernement de salut national qui lui soit loyal.

— Comment interprétez-vous le retrait de Hariri de la course à la dernière minute ?

— Je pense que le fait que Hariri n’avait pas été nommé le 15 décembre est l’une des raisons qui l’ont incité à se retirer au dernier moment. Que le courant du Futur ne nomme personne d’autre est un message destiné au Hezbollah. Il semble que nous assisterons à l’éclipse du phénomène Hariri.

— Comment les événements dans la rue se sont reflétés sur la situation financière et écono­mique au Liban ?

— Il serait injuste de faire porter au mouvement de la rue la respon­sabilité de la dégradation de la situation financière, monétaire et économique du pays. Au contraire, ce soulèvement populaire a éclaté à cause de la dégradation de la situa­tion à tous les niveaux. Il est vrai que ces protestations ont fortement influencé le secteur du tourisme et les importations, entraînant ainsi une pénurie majeure des produits de base. Mais le secteur bancaire est le premier touché par les événe­ments et par la crise politique. Bien que le secteur bancaire représente un modèle pour ses hautes compé­tences et ses services de qualité, rétablir la confiance en ce secteur ne sera pas chose facile, du moins sur le court terme.

— La crise économique et financière au Liban est-elle due à la nature du système politique ou aux politiques financières ?

— En fait, ces crises qui sont à l’origine du soulèvement populaire sont le résultat d’une accumulation de plusieurs facteurs issus de la nature du système politique confes­sionnel formé après la guerre civile. D’ailleurs, le modèle économique est basé sur les transferts de fonds de l’étranger, le monopole, les importations, la domination des banques et des capitaux sur la poli­tique et la négligence des politiques économiques productives. Tout cela a créé des distorsions structu­relles dans l’économie et les finances publiques conduisant l’économie libanaise au bord de l’effondrement.

— Quelle est donc la feuille de route pour sortir de cette crise qui ne cesse de s’aggraver ?

— La solution à la crise est poli­tique. Des mesures financières et économiques seront par la suite nécessaires. Le point de départ est la formation d’un gouvernement « de salut » composé de nouveaux visages compétents, technocrates, d’esprit clair et aux mains propres, même si ces personnes font partie de forces politiques existantes qui ne peuvent pas être facilement négligées. Ces personnes devront rétablir la confiance, restaurer l’ordre public et maintenir la stabi­lité de la lire libanaise et des finances publiques. Puis viendront des élections législatives anticipées via une loi électorale équitable qui donneront lieu à une nouvelle auto­rité qui représente le peuple.

Sur le plan financier et écono­mique, il faut adopter des solutions à long et à court terme. Le Haircut doit être appliqué à tous ceux qui ont sucé le sang du peuple libanais pendant des décennies afin de récu­pérer une partie de l’argent volé. A long terme, la solution est la transi­tion vers une économie productive, la protection des finances publiques et la lire libanaise. Mais toutes ces solutions resteront lettre morte s’il n’y a pas de compromis entre les principaux acteurs de la scène liba­naise. Pour conclure, il semblerait que nous nous dirigions vers la « troisième république », la chute de l’accord de Taëf et le fameux principe de « ni gagnant, ni per­dant ». Aujourd’hui, il est clair que la République libanaise, sous sa forme actuelle, ne peut plus sur­vivre. On verra demain si les mou­vements et les protestations peu­vent imposer leurs conditions et proposer un modèle différent .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique