Mardi, 23 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Nikolina Angelkova : Notre premier objectif est d’augmenter les flux touristiques entre les deux pays

Dalia Farouq, Dimanche, 08 décembre 2019

Nikolina Angelkova, ministre bulgare du Tourisme, était récemment en Egypte pour promouvoir la coopération égypto-bulgare dans ce domaine. Dans un entretien accordé à Al-Ahram Hebdo, elle a évoqué les principaux points de collaboration et les défis auxquels fait face le secteur.

Nikolina Angelkova

ahram hebdo : Quel est l’objectif de votre visite en Egypte ?

Nikolina Angelkova : Mon objectif est la mise en oeuvre du mémorandum d’entente signé entre l’Egypte et la Bulgarie en mai dernier. Celui-ci vise à développer des produits communs en matière de tourisme culturel, balnéaire, thérapeutique et de tourisme des festivals. La ministre égyptienne du Tourisme, Rania Al-Machat, avait assisté en mai à un forum pour les investissements dans le domaine du tourisme en Bulgarie, au cours duquel ce protocole avait été conclu entre les ministères des deux pays pour renforcer leurs relations bilatérales et leur contribution au développement économique et à la croissance du secteur touristique dans les deux pays. Parmi la délégation qui m’accompagne en Egypte, il y a des professionnels du tourisme, des tour-opérateurs, des investisseurs et des responsables de compagnies aériennes, qui sont venus pour des réunions d’affaires avec leurs homologues égyptiens et pour voir de près les opportunités de coopération et de promotion touristique entre les deux pays.

— Quels sont les résultats de ces réunions ?

— On s’est mis d’accord sur un plan d’action complet pour mettre en oeuvre le protocole signé entre l’Egypte et la Bulgarie. Notre premier objectif étant d’augmenter les flux touristiques entre les deux pays, on a convenu de la tenue d’une journée spéciale de l’Egypte en Bulgarie et la tenue d’une journée spéciale de la Bulgarie en Egypte. J’ai aussi invité la ministre égyptienne du Tourisme à assister à la Foire touristique qui se tiendra à Sophia en février 2020. Dans le même contexte, je vais assister à une conférence sur le tourisme thérapeutique organisée à Charm Al-Cheikh en mars 2020. C’est le gouverneur du Sud-Sinaï, le général Khaled Fouda, qui m’y a invitée. Au cours de ces événements, on pourra échanger nos expériences dans les différents domaines touristiques. On s’est mis d’accord aussi à augmenter le nombre de vols charters entre les différentes destinations touristiques dans les deux pays.

— Combien de vols charters y a-t-il actuellement entre l’Egypte et la Bulgarie et quel est le nombre de touristes bulgares visitant l'Egypte ?

— Il y a actuellement trois vols charters de Sophia et de Varna vers Le Caire, Charm Al-Cheikh et Hurghada. Environ 10000 touristes bulgares ont visité l’Egypte en 2018. Il est vrai que ce chiffre est modeste, mais au cours de l’année en cours, il a augmenté de plus de 50%. Une évolution prometteuse, surtout dans le contexte de la mise en oeuvre du protocole de coopération, qui peut contribuer à attirer encore plus de touristes bulgares en Egypte.

— Quel est le nombre d’arrivées touristiques internationales en Bulgarie ?

Nikolina Angelkova

— La Bulgarie accueille environ 4,5 millions de touristes par an, qui viennent principalement pour le tourisme culturel, puisque le pays est connu pour ses richesses archéologiques. On occupe le troisième rang parmi les pays européens à cet égard. On connaît aussi un grand développement dans le domaine du tourisme de cure et de thalassothérapie.

— L’Egypte et la Bulgarie sont donc deux grands pays dans le domaine de l’archéologie. Qu’en est-il de la coopération dans ce secteur ?

— En fait, le protocole signé entre nos deux pays prévoit une coopération dans le domaine archéologique. L’Egypte peut nous aider pour ce qui est de la préservation et de la gestion des sites archéologiques, surtout qu’elle possède des experts en archéologie et des égyptologues de renom, comme le grand archéologue Zahi Hawas. Je l’ai rencontré il y a trois ans à Sophia lors d’une conférence sur les civilisations anciennes. Son discours m’a vraiment impressionnée et m’a donné envie de visiter les trésors égyptiens.

— Est-ce que c’est votre première visite en Egypte ?

— Oui, il s’agit de ma première visite en Egypte, mais ce ne sera pas la dernière. J’ai visité les pyramides et le complexe des religions au Vieux-Caire. Je suis vraiment fascinée par la civilisation égyptienne antique. J’effectuerai d’autres visites en Egypte pour voir le reste des inestimables antiquités égyptiennes et mieux connaître la civilisation égyptienne, unique en son genre.— Quels sont les défis du développement touristique en Egypte et en Bulgarie ?

— Les défis auxquels fait face le secteur du tourisme sont presque les mêmes dans le monde entier, puisqu’il s’agit de l’un des secteurs les plus concurrentiels. La qualité du produit touristique, la sécurité de la destination et la facilité d’accès aux destinations constituent les principaux défis de toute industrie touristique, n’importe où. Reste la politique de marketing, qui diffère d’une destination à l’autre. Ici, j’aimerais saluer les efforts de la ministre égyptienne du Tourisme, Rania Al-Machat, au cours des 20 mois au ministère. Ils ont permis la réforme du secteur du tourisme en Egypte ainsi qu’une augmentation remarquable, à savoir de 29%, des arrivées touristiques internationales en Egypte au cours de cette année, en comparaison avec l’année dernière.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique