Samedi, 20 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Hicham Nasr : En décrochant cette médaille, les jeunes Pharaons ont prouvé qu’ils sont parmi les meilleurs au niveau mondial

Doaa Badr, Mardi, 06 août 2019

Les handballeurs égyptiens juniors viennent de remporter la médaille de bronze au Championnat du monde à Vigo (Espagne). Entretien avec Hicham Nasr, président de la Fédération égyptienne, qui souligne l’importance de cette médaille pour l’avenir du handball égyptien.

Hicham Nasr

AL-AHRAM HEBDO : L’équipe égyptienne junior vient de remporter la médaille de bronze au Championnat du monde des moins de 21 ans qui s’est achevé le 28 juillet à Vigo (Espagne). Quelle est votre réaction ?

Hicham Nasr : Je suis très heureux, c’est un exploit pour le handball égyptien. En décrochant cette médaille, les jeunes Pharaons ont prouvé qu’ils sont parmi les meilleurs au niveau mondial. De plus, ils ont été sur le point de réaliser un exploit plus grand encore et de se qualifier pour la finale, mais ils ont perdu la demi-finale contre la France. Cette médaille de bronze prouve que nous sommes sur la bonne voie. Cette performance est le fruit de notre travail, ce n’est pas le fruit du hasard.

— Vous attendiez-vous à ce résultat avant le Mondial ?

— Franchement, non. En fait, cette équipe est allée au-delà de toutes les attentes. Avant le Mondial, notre objectif était la qualification pour les quarts de finale. Mais les jeunes joueurs ont fait croître notre ambition avec leur haut niveau dès le début de la compétition. Leur jeu collectif a fait la différence sous la houlette du directeur technique national, Tarek Mahrous, et de l’entraîneur Hani El-Fakharani.

— Comment jugez-vous le niveau des joueurs égyptiens ?

— Cette génération a fait une démonstration en matière de gestion et de sérieux, elle représente l’avenir du handball égyptien. Selon les statistiques, l’équipe égyptienne est d’un très haut niveau. La Fédération internationale a choisi la sélection égyptienne comme étant l’équipe présentant le meilleur jeu collectif au Mondial. Dans 7 des 9 matchs disputés par l’Egypte au Mondial, un joueur égyptien a été élu meilleur handballeur de la rencontre. Ce qui indique le haut niveau de plusieurs joueurs égyptiens. 3 Egyptiens ont figuré sur la liste de butteurs du Mondial qui a regroupé 35 joueurs, soit Ramadan Mohsen (40 buts), Omar Sami (36 buts) et Seif El-Deraa (32 buts). L’équipe égyptienne a inscrit 327 buts durant le Mondial, occupant ainsi la première place sur la liste des équipes ayant le plus marqué, devant la France, championne du monde, qui a inscrit 321 buts. De plus, il est à noter que l’état physique de ces joueurs est excellent. Ils ont disputé des matchs d’un très haut niveau dans un court laps de temps et jusqu’au dernier match contre le Portugal, ils ont été formidables et ont gagné la rencontre avec une grande différence.

— Quel est le secret de cet exploit ?

— Le jeu collectif est à l’origine de cette performance. L’équipe égyptienne ne comporte pas de superstar. En fait, tous les joueurs sont d’un niveau spectaculaire. Sur le plan administratif, il n’y a pas de « one man show », chacun a son rôle qu’il effectue avec succès. Nous établissons un programme et chacun effectue son travail. Cet exploit est le fruit d’un travail collectif. Par exemple, Alaa Al-Sayed, directeur des sélections nationales, a joué un grand rôle en élaborant un bon programme avec d’excellents stages de préparation, bien choisis. Par ailleurs, le président de la délégation égyptienne en Espagne, Moustapha Chawqi, a joué un grand rôle dans la concentration des joueurs.

— Comment les joueurs se sont-ils préparés pour ce Mondial ?

En décrochant cette médaille, les jeunes Pharaons ont prouvé qu’ils sont parmi les meilleurs au nive
La sélection junior honorée par le président égyptien, Abdel-Fattah Al-Sissi, après leur exploit mondial.

— Il faut savoir que dès le premier regroupement de cette équipe, notre but était de créer une nouvelle génération de jeunes joueurs capables de renforcer la première équipe égyptienne, qui a plusieurs objectifs, dont la qualification olympique, puis les Jeux Olympiques (JO) et, surtout, le Championnat du monde de handball qui aura lieu en 2021 en Egypte. C’est pourquoi nous avons accordé un grand intérêt à cette équipe. Nous avons insisté sur le fait que l’équipe dispute les Jeux méditerranéens 2018 et le Championnat du monde universitaire 2018. Malgré les mauvaises performances, nous avons continué notre travail. Le but de notre programme de préparation était d’offrir aux joueurs l’expérience nécessaire, sans s’intéresser à leurs résultats. En préparation pour le Mondial, l’équipe a joué des matchs amicaux en Egypte, avant de se rendre en Suède le 2 juillet. En Suède, les jeunes Pharaons ont disputé un tournoi amical avec les équipes de Suède, de Norvège et du Danemark. Puis l’Egypte s’est dirigée vers la France pour un autre tournoi avec les équipes de France, du Portugal et du Japon. Enfin, elle a effectué un dernier stage de préparation au Portugal, avant de disputer le Mondial en Espagne. Le niveau des joueurs égyptiens s’est nettement amélioré grâce à ce programme de préparation, plein de matchs d’un très haut niveau.

— Comment cette performance pourra-t-elle influencer le handball égyptien ?

— Notre but principal est la possession d’une première équipe compétitive et capable de réaliser de bonnes performances dans les prochaines compétitions, surtout au Mondial d’Egypte 2021. L’équipe junior des moins de 21 ans disputera les Jeux Africains (JA), qui auront lieu du 19 au 31 août au Maroc. Cette compétition sera la dernière pour ces jeunes joueurs. Après, quelques joueurs intégreront la sélection nationale. Le nouveau directeur technique de la première équipe, l’Espagnol Roberto Garcia Parrondo, a regardé quelques matchs de l’équipe junior au Mondial avant de venir en Egypte pour commencer son travail. Actuellement, il dirige les joueurs égyptiens dans un stage de préparation en Egypte. Après le retour de l’équipe junior, il va choisir quelques joueurs pour intégrer l’équipe nationale. En fait, il y en a 7 qui sont qualifiés pour intégrer l’équipe nationale, et c’est le directeur technique qui choisira. Ce mélange de joueurs pourra réaliser un exploit pour l’Egypte lors de la Coupe du monde 2021 organisée chez nous.

— Comment se déroule la préparation de l’équipe nationale pour les compétitions à venir ?

— Les joueurs sont regroupés actuellement sous la houlette du nouveau directeur technique. Quand le Championnat national commencera, il y aura un entraînement de l’équipe 2 fois par semaine. En octobre, l’Egypte organisera un tournoi international et en décembre, l’équipe effectuera un stage de préparation à l’étranger qui sera probablement en France. Il faut savoir que l’équipe égyptienne occupe actuellement la 8e place mondiale, mais notre but est de faire mieux. Notre prochain objectif est le Championnat d’Afrique, qui aura lieu en janvier 2020 en Tunisie et sera qualificatif pour les JO de Tokyo 2020. Puis il y aura une seconde chance de qualification olympique par le biais des éliminatoires mondiales.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique