Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Ahmad Nagui : Notre objectif est de gagner tous nos matchs pour être champions

Amr Moheb, Mardi, 16 avril 2019

Dans un entretien accordé à Al-Ahram Hebdo, Ahmad Nagui, entraîneur des gardiens de but de l’équipe nationale égyptienne, revient sur le tirage au sort de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), la préparation des Pharaons pour la CAN et leurs chances de gagner la coupe pour la 8e fois de leur histoire.

Ahmad Nagui

Al-Ahram Hebdo : Le tirage au sort de la CAN 2019 a mis l’Egypte en tête du groupe 1, avec la RD Congo, l’Ouganda et le Zimbabwe. Certains disent que c’est un groupe facile. Qu’en pensez-vous ?

Ahmad Nagui : Oui, j’ai lu cela dans la presse après le tirage au sort. Il faut savoir que le niveau des équipes africaines a beaucoup évolué techniquement au cours des dernières années et que leur style de jeu s’est beaucoup développé. Par exemple, il y a des pays comme la Mauritanie, Madagascar et le Burundi qui participent à la CAN pour la première fois, tandis que la Zambie, championne en 2012, ne s’est pas qualifiée, de même que le Gabon, le Togo et le Burkina Faso, qui était troisième lors de la dernière édition. Cela veut dire que le football africain évolue et que nous ne devons jamais prendre une équipe africaine à la légère.

— Est-ce que cela veut dire que la qualification des Pharaons pour le deuxième tour ne sera pas facile ?

— Nous ne voulons pas penser de cette manière. L’Egypte figure parmi les grands favoris de cette édition. Nous sommes l’un des grands pays du continent, finaliste de la dernière édition en 2017 et le pays qui a remporté le plus de CAN dans l’Histoire, soit 7 coupes. Nous devons donc réagir en tant que champions. Nous ne devons pas penser à la force et la faiblesse de nos adversaires et faire des calculs pour passer d’un tour à l’autre. Notre objectif est de gagner tous nos matchs pour devenirs champions. Et comme l’Egypte est le pays hôte de cette CAN, nous avons besoin du soutien des supporters pour profiter de l’avantage de jouer à domicile. Nous avons une grande chance de remporter cette CAN, nous sommes l’un des grands favoris de cette édition.

— Le fait de jouer à domicile ne va-t-il pas mettre les joueurs égyptiens sous une pression d’autant plus forte ?

— Les joueurs de l’équipe nationale sont de grands joueurs, qui ont une maturité technique. L’équipe regroupe des joueurs qui évoluent dans de grands clubs européens, comme Mohamad Salah, troisième meilleur joueur au monde. Ces joueurs sont habitués à jouer sous pression et à gagner, quel que soit l’adversaire et quel que soit le pays où ils jouent. Lors de la dernière CAN, au Gabon, nous avons été finalistes et à deux doigts de remporter la coupe. Nous ne sommes donc pas inquiets quant au mental des joueurs ; ceux-ci sont prêts pour la CAN et ils sont à la hauteur de la grande responsabilité que le public égyptien met sur leurs épaules. Les joueurs et tous les membres du staff technique feront de leur mieux pour que nous gagnions cette CAN. Nous sommes déjà bien concentrés. Comme je l’ai dit, nous ne faisons pas de calculs. Nous ne pensons pas au nom ou à la force des adversaires en phase de poule ou de ceux que nous rencontrerons aux phases suivantes. Nous avons un seul objectif, c’est de gagner tous nos matchs pour gagner la coupe. Même si cette édition n’avait pas lieu en Egypte, notre objectif serait le même : gagner la coupe.

— La Confédération Africaine de Football (CAF) a décidé que le nombre de pays participant à la CAN passera de 16 à 24 à partir de cette 32e édition …

— Oui, le format de la compétition va changer, il sera différent de celui des éditions précédentes. Cela ne va avoir d’influence ni sur les joueurs ni sur nous, les membres du staff technique. Si nous voulons gagner la coupe, nous devons avoir un seul objectif, celui de gagner tous nos matchs, quel que soit le nombre des équipes ou quelle que soit la force des adversaires.

— Concernant l’effectif des Pharaons, il y a des joueurs qui ne font pas partie de l’équipe jusqu’ici, mais qui ont réussi de très bonnes performances avec leur équipe en championnat national. Sans donner des noms, est-ce que ces joueurs auront la chance de rejoindre la sélection nationale ?

Notre objectif est de gagner tous nos matchs pour être champions
Le poste de gardien de but reste ouvert à plusieurs choix. (Photo : AP)

— Le staff technique de l’équipe nationale veut gagner et il choisira les meilleurs joueurs, qui sauront appliquer sur terrain la tactique et le style de jeu du sélectionneur Javier Aguirre et de ses assistants. Nous avons essayé de nouveaux joueurs lors de notre dernier match aux éliminatoires de la CAN, contre le Niger, puis lors du match amical contre le Nigeria. Nous suivons tous nos joueurs, soit ceux qui jouent au Championnat égyptien et ceux qui évoluent à l’extérieur de l’Egypte. Nous ferons de notre mieux pour choisir les meilleurs joueurs égyptiens et pour qu’ils soient prêts techniquement, physiquement et mentalement à défendre les couleurs de l’Egypte. L’aspect mental est aussi important que celui technique et physique. Il arrive en effet parfois que des joueurs qui jouent très bien avec leur équipe en Championnat commencent à être stressés et tendus lorsqu’on les convoque dans l’équipe nationale et ne jouent pas aussi bien avec la sélection qu’avec leur club.

— Savez-vous déjà qui seront les gardiens convoqués et le gardien titulaire des Pharaons ?

— En ce moment, j’ai l’avantage d’avoir plusieurs gardiens de but de haut niveau. Mais c’est difficile d’annoncer les noms des gardiens convoqués ou de décider qui sera le gardien titulaire qui défendra la cage des Pharaons à la CAN. Il faut attendre pour voir qui sera en forme avant la CAN. Le choix ne sera pas facile, mais je ne suis pas inquiet, car je sais que le niveau de plusieurs gardiens égyptiens en ce moment est très élevé.

— Concernant le gardien vétéran Essam Al-Hadari (46 ans), est-ce qu’il aura une chance de participer à la CAN et de faire un nouveau record ?

— Essam Al-Hadari est blessé en ce moment et ne joue pas en Championnat avec son équipe. Nous allons attendre pour voir s’il va guérir de sa blessure et s’il retrouvera son niveau ou non. Il faut savoir que le critère de choix des gardiens est leur bonne performance avec leurs clubs et ce qu’ils vont apporter à l’équipe. Lorsque Al-Hadari a été sélectionné avant la dernière CAN 2017 et pour la dernière Coupe du monde 2018, c’était grâce à son bon niveau à ce moment-là et non pas pour l’aider à faire un record. Maintenant, si Al-Hadari se remet de sa blessure, joue avec son club et réalise de bonnes performances, il aura la chance d’être sélectionné. Dans le cas contraire, nous n’allons pas lui donner la place d’un autre bon gardien au sein de l’équipe juste pour qu’il fasse un record. Le plus important pour nous est l’intérêt de l’équipe nationale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique