Lundi, 26 février 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Abdelmoneim Al-Husseini : Le plus important cette saison, c’est la qualification pour les Jeux olympiques

Doaa Badr, Lundi, 21 janvier 2019

Les escrimeurs égyptiens ont plusieurs défis à relever cette année. Entre les Mondiaux, les compétitions internationales et surtout les qualifications pour les JO, la saison 2019 s’annonce riche. Entretien avec Abdelmoneim Al-Husseini, président de la Fédération égyptienne d’escrime.

Abdelmoneim Al-Husseini

Al-Ahram hebdo : En quoi cette saison est importante pour l’escrime égyptienne ?

Abdelmoneim Al-Husseini : Cette saison est d’une grande importance avec la qualification olympique, les Mondiaux seniors et juniors et l’organisation de plusieurs compétitions internationales en Egypte. Mais le plus important cette saison, c’est la qualification pour les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020. La qualification olympique débutera le 3 avril 2019 et s’étendra jusqu’au 4 avril 2020. Nous voulons assurer nos tickets olympiques durant cette saison pour commencer la préparation olympique le plus tôt possible.

— Comment fonctionne le système de qualification olympique en escrime ?

— L’escrime comprend 12 épreuves dont 6 chez les hommes et 6 chez les dames. Ce sont le fleuret, l’épée et le sabre en individuel et par équipe. Le premier pays africain au classement mondial par équipe, également classé dans le top 16, se qualifie pour les JO. Pour chaque arme, les 24 tireurs (3 tireurs dans chacune des 8 équipes) qualifiés par équipe seront également directement qualifiés pour la compétition individuelle dans l’arme correspondante.

— Quelle est la chance de l’Egypte pour la qualification olympique ?

— Chez les hommes, les escrimeurs égyptiens possèdent une forte chance de qualification olympique par équipe dans les 3 armes (le fleuret, le sabre et l’épée). En fleuret, l’équipe égyptienne, composée de Alaeddine Aboul- Qassem (médaillé d’argent aux JO 2012), Mohamed Maher Hamza, Mohamad Essam, Mohamad Hossam et les remplaçants Youssef Sanaa et Yahia Madi, occupe actuellement la 1re place africaine et la 7e place mondiale. Ils réalisent ainsi une première dans l’histoire de l’escrime égyptienne.

Donc, les fleuristes ont confirmé leur qualification olympique, ils souhaitent maintenant améliorer leur classement mondial afin de bénéficier d’un meilleur tirage au sort. L’équipe de sabre se trouve à la première position africaine et à la 16e place mondiale. Tandis que l’équipe d’épée se classe à la première place africaine et la 17e place mondiale. Cette équipe est composée de très jeunes athlètes dont Mohamed Amer, Ziad El-Sissi, Mazen El-Arabi, Medhat Moataz et Adham Moataz. Ces jeunes escrimeurs pourront réaliser une surprise aux JO.

— Et pour les équipes dames ?

— Chez les dames, la qualification olympique en compétition par équipe sera très difficile, puisque les Egyptiennes se classent très loin des 16 meilleures équipes au monde. Ainsi, nous comptons davantage sur la qualification en individuel. Nous visons le ticket vers Tokyo pour 3 dames dans les 3 armes.

— Comment jugez-vous le niveau des escrimeurs égyptiens ?

— Ces dernières années, l’escrime égyptienne a réalisé une prouesse sur le plan international. Lors des Mondiaux seniors qui se sont déroulés l’année dernière à Wuxi en Chine, la meilleure performance égyptienne était une 9e place obtenue en sabre par équipe.

Composée de l’athlète expérimenté Alaeddine Aboul-Qassem et les jeunes Mohamad Essam et Mohamad Hamza, cette équipe avait réalisé une belle performance. La sélection nationale de sabre a réalisé aussi un excellent parcours en battant le Danemark 45-42, l’Australie 45-28 et l’Angleterre, qui regroupe le vice-champion du monde, 41-40. Cette 9e place a permis à l’équipe d’améliorer son classement mondial, réalisant ainsi une première depuis longtemps. La star de l’équipe, Alaeddine Aboul- Qassem, a réalisé la meilleure performance égyptienne en individuel. Le médaillé d’argent olympique en 2012 a terminé à la 13e place à ces Mondiaux. Encore chez les juniors, nous avons obtenu d’excellents résultats dont une médaille olympique aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) par Mazen El-Arabi. Ces performances égyptiennes confirment que nous sommes sur la bonne voie.

— Que visez-vous pour 2019 ?

— Nous espérons remporter des médailles aux Championnats du monde seniors et juniors. Nos escrimeurs doivent participer à toutes les compétitions comptant pour la qualification olympique et le classement mondial, dont les 5 différentes étapes de la Coupe du monde et les différentes compétitions du Grand Prix. Notre objectif principal en 2019 est de remporter les titres africains dans les 3 armes afin d’affirmer la qualification olympique. Mais notre ultime but est une médaille olympique en 2020.

— Cette année, l’Egypte organisera pour la première fois un Grand Prix …

— Chaque année, la Fédération Internationale d’Escrime (FIE) organise 9 Grand Prix. Il y a deux semaines, la FIE nous a demandé d’organiser le Grand Prix du sabre qui aura lieu du 22 au 24 février à la place du Mexique. Après l’acceptation du ministère de la Jeunesse et du Sport, l’Egypte organisera donc cette compétition au Stade du Caire.

Mais il faut savoir qu’organiser un Grand Prix est beaucoup plus difficile que l’organisation d’une Coupe du monde, car il existe un manuel de la FIE dont les détails doivent être respectés à la lettre. L’Egypte accueillera, aussi comme depuis plusieurs années, la Coupe du monde hommes du 1er au 3 mars prochain, et organisera aussi pour la première fois la Coupe du monde dames.

— Quelle est l’importance de cette organisation pour l’Egypte ?

Organiser un Grand Prix est un honneur puisque cette compétition regroupe la crème de la crème. 400 athlètes venus de 40 à 45 pays. Ce sera donc un grand rendez-vous mondial en Egypte. Pour les escrimeurs, il ne s’agit pas seulement de briller et d’inscrire de gros points au classement mondial. Mais lors d’une année pré-olympique, il est essentiel pour tous de se montrer. Nous allons organiser un très beau spectacle qui éblouira tous les participants. De plus, on a un public de connaisseurs qui sait reconnaître et respecter les champions étrangers. Bref, nous espérons organiser un Grand Prix d’un très haut niveau.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique