Jeudi, 13 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Klaus Schormann : L’organisation de la Coupe du monde au Caire était excellente

Doaa Badr, Mardi, 28 mars 2017

L’Egypte a organisé avec succès la 2e Coupe du monde de pentathlon moderne du 22 au 26 mars. L’Allemand Klaus Schormann, président de la Fédération internationale de pentathlon moderne, revient sur l’organisation de cette compétition.

Klaus Schormann
Klaus Schormann, président de la Fédération internationale de pentathlon moderne.

Al-Ahram Hebdo : Comment jugez-vous le niveau des athlètes qui ont participé à la 2e Coupe du monde du Caire ?

Klaus Schormann : Il faut savoir que l’année qui précède les Jeux Olympiques (JO) est toujours une année de repos pour la plupart des athlètes dans tous les sports. Donc, la participation de 118 athlètes représentant 25 pays est un grand exploit. En fait, ce nombre est supérieur à celui de la première étape de Coupe du monde qui a eu lieu le mois dernier à Los Angeles aux Etats-Unis. La Coupe du monde du Caire a vu la participation du vice-champion olympique et du champion du monde. Chez les hommes, c’est l’Ukrainien Pavlo Tymoshechenko qui a décroché la médaille d’or. Ce résultat est logique pour le champion du monde 2015 et le vice-champion olympique 2016. Chez les dames, c’est la Britannique Kate French, 6e aux JO de Rio, qui a remporté l’or. Mais je suis très heureux de voir un aussi grand nombre de jeunes athlètes à cette édition de la Coupe du monde.

— Comment évaluez-vous le niveau du pentathlon égyptien ?

— Je pense que la majorité des athlètes sont très jeunes, et manquent d’expérience. Toutefois, il existe 2 ou 3 athlètes qui possèdent un haut niveau. A la Coupe du monde, les athlètes égyptiens ont réalisé une bonne performance malgré leur jeune âge, avec 5 hommes et 4 dames en finale. Cela montre que l’Egypte possède des générations capables de prendre la relève, surtout après que les meilleurs athlètes eurent décidé d’arrêter leur carrière. J’espère que le pentathlon égyptien continuera son élan, surtout que la Fédération égyptienne déploie beaucoup d’efforts en travaillant sur les cadets, les juniors et les seniors. Ainsi, la performance des Egyptiens à cette Coupe du monde est très bonne vu le jeune âge des athlètes. Islam Hamed a réalisé une bonne performance en terminant 6e chez les hommes, et Haïdi Adel a réalisé un bon résultat avec une 8e place chez les dames.

— Comment évaluez-vous l’organisation de cette Coupe du monde ?

— D’abord, je dois souligner que le fait de venir en Egypte pour une étape de la Coupe du monde était une occasion excellente. Je suis totalement satisfait. L’Egypte a pu mettre en place une organisation excellente et a fourni toutes les facilités pour garantir le succès de l’événement. Par exemple, la Fédération égyptienne de pentathlon a réussi à organiser toutes les épreuves de pentathlon moderne dans des endroits où l’on peut se rendre à pied. En outre, en ce qui concerne l’équitation, les chevaux étaient excellents, même si les performances des athlètes en équitation n’ont pas été à la hauteur, en raison de leur jeune âge et leur manque d’expérience. Il était important d’avoir une Coupe du monde de pentathlon moderne sur le continent africain. Et je pense que l’Egypte était le meilleur endroit pour organiser cette compétition. J’apprécie aussi les efforts de la Fédération égyptienne de pentathlon présidée par Chérif Al-Eriane. Ce dernier a déployé beaucoup d’efforts pour l’évolution de cette discipline.

— L’Egypte organisera, en août prochain, les Championnats du monde seniors. Etes-vous optimiste ?

L’organisation de la Coupe du monde au Caire était excellente
L’Egypte possède des générations capables de prendre la relève.

— Oui, bien sûr. Je suis toujours optimiste. Le président de la Fédération égyptienne nous a invités à visiter le club Dream où il pense organiser les Mondiaux. A vrai dire, le club est très élégant. Nous sommes totalement satisfaits de l’endroit et des facilités. Il est à noter que les Championnats du monde revêtent une importance cruciale car il s’agit du deuxième plus important événement après les Jeux olympiques. Un grand nombre de pays y participeront. Il y a 40 pays. Le nombre de pays qui prendront part à cette compétition sera plus grand que celui des pays qui ont participé à la Coupe du monde.

— Avez-vous des remarques sur l’organisation des Mondiaux par l’Egypte ?

— Il faut dire que les responsables de la Fédération égyptienne sont très attentifs aux remarques qui leur sont adressées. Il est vrai que l’Egypte a organisé plusieurs Coupes du monde avec un grand succès, mais pour les Mondiaux, il faut faire attention aux petits détails : l’hospitalité, l’hébergement, les facilités, etc. Par exemple, lors de la Coupe du monde, et précisément dans l’épreuve de l’équitation, les obstacles franchis par les chevaux paraissaient très laids sans fleurs. Aux Mondiaux, ces obstacles doivent être bien embellis. Nous travaillons en coopération avec la Fédération égyptienne en vue de mettre en oeuvre une compétition d’un très haut niveau comme celle de la dernière édition des Mondiaux de Moscou. Il faut savoir que les Mondiaux seront diffusés sur les grandes chaînes de télévision comme Eurosport. Je suis sûr que l’Egypte organisera un événement de très bon niveau.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique