Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Panorama africain >

Noël aux couleurs de l’Afrique

Nada Al-Hagrassy , Mercredi, 04 janvier 2023

Les traditions africaines accompagnant la célébration de Noël et du Nouvel An diffèrent d’un pays à l’autre en Afrique. Tour d’horizon de rites pas comme les autres.

Noël aux couleurs de l’Afrique

Afrique du Sud : Se débarrasser du vieux pour célébrer la nouvelle année

 Paradoxe. Partout, les célébrations de Noël sont liées à l’hiver, voire à la tombée de la neige. L’Afrique du Sud, elle, célèbre cet événement en été. C’est au soleil que les Sud-Africains décorent leurs maisons et profitent de cette occasion pour tenir des soirées de barbecue en plein air. Nombreux sont ceux qui font du pique-nique dans la gigantesque et splendide campagne sud-africaine. Pour les Sud-Africains, la célébration du début de la nouvelle année signifie un commencement, de la nouveauté. Pour incarner cette idée, ils se débarrassent de leur ancien mobilier témoin de l’année écoulée. Une tradition hors du commun. Des célébrations spectaculaires sont organisées dans toutes les villes avec des feux d’artifice, des concerts de musique et des spectacles de rue. Les festivités durent jusqu’au 2 janvier. Des milliers de personnes s’habillent de couleurs vives et continuent la célébration. Outre la cuisine traditionnelle de Noël inspirée des pays européens, l’Afrique du Sud a développé sa propre tradition culinaire pour célébrer l’occasion. Le « malva » est le plat inventé spécialement pour cette occasion. Il s’agit d’un dessert typiquement sud-africain qui contient surtout de la confiture d’abricots et se sert chaud avec de la crème anglaise et de la glace.

 Nigeria : Traditions locales et occidentales

La célébration de Noël et du Nouvel An commence un peu tôt au Nigeria et dure pour une vingtaine de jours. C’est à partir du 7 décembre que la fête commence. Au cours des rassemblements familiaux les Nigérians consomment un plat très prisé à base de riz, le riz Jollof. Associant la célébration des fêtes authentiques païennes à celle de Noël, les Nigérians portent des masques d’animaux et dansent frénétiquement dans les rues. Autre tradition peu commune : brûler de vieux pneus de voitures dans les rues pour exorciser les mauvais esprits de l’année écoulée et mieux accueillir les bons esprits de la nouvelle année.

 Liberia : Des cadeaux au Père Noël !

La célébration de Noël au Liberia est bien différente. Si partout, comme habituellement à Noël, on reçoit des cadeaux et les enfants attendent impatiemment le Père Noël, c’est exactement le contraire au Liberia. C’est aux gens d’offrir des cadeaux à leur Père Noël nommé le « Old Man Bayka » ou le vieil homme Bayka qui sillonne les rues de la ville appelant « My Christmas on you » (mon Noël sur toi). Tout le monde demande aux personnes autour de soi quelque chose de joli pour Noël. Bayka est une déformation du mot anglais « Beggar » qui signifie mendiant. Au Liberia, l’anglais est langue officielle.

 Bénin : Papa Kaléta, un vrai spectacle

En Afrique de l’Ouest, au Bénin, les célébrations de Noël sont un peu différentes. Dès la mi-décembre, les enfants portent leurs plus beaux costumes et déambulent dans les rues, dansant et chantant dans un grand carnaval à couleurs vives. Kaléta, c’est le nom qu’on donne au père Noël au Bénin. Parce qu’aux villages du sud du Bénin, Noël est une fête essentiellement dédiée aux enfants. Kaléta n’est pas une simple personne déguisée, mais c’est plutôt une performance artistique jouée par des personnes adultes et des enfants ensemble qui chantent de vieilles chansons populaires en portant toutes sortes de masques. C’est la façon des Bénins d’annoncer les fêtes de fin d’année.

 RDC : Soirées musicales dans les églises

En République Démocratique du Congo (RDC), les célébrations de Noël et du Nouvel An sont prises très au sérieux. C’est à la veille de Noël que les festivités commencent. Les églises accueillent de grandes soirées musicales en plein air pour profiter de la chaleur de cette saison qui contraste drastiquement avec la dureté de l’hiver en Occident. Chaque église dispose d’au moins une demi-douzaine de choeurs : Un groupe se charge de chanter les hymnes religieux et les autres jouent la pièce de théâtre qui raconte toute l’histoire de la nativité du Christ. Dès le tout début, de la création du Jardin d’Eden jusqu’au roi Hérode qui massacre les nouveau-nés. Le jour de la fête, on mange un plat typiquement congolais qu’est le poulet Moambe.

 Sénégal : Un sapin au baobab

Bien que le Sénégal soit un pays majoritairement musulman, la célébration de Noël occupe une place quasi prépondérante. Les Sénégalais, toutes tendances confondues, profitent pour organiser des compétitions sportives locales et des festivals de musiques locales en plein air. Pour marquer l’unité et affirmer l’identité sénégalaise, on fabrique un sapin de Noël avec le baobab. Ce symbole du Sénégal, fait en bois, est décoré avec des mini-calebasses, des étoiles en papier qui renferment des prédilections et ornent églises et mosquées. Le repas essentiel de Noël est le « TiebouDieune » composé de riz et de poisson aux épices typiquement sénégalais.

 Cap-Vert : Plongeon de Noël

L’archipel de Cap-Vert est composé de 10 îles dont chacune est unique. Les températures hivernales sont chaudes, ainsi, les célébrations de Noël y sont différentes. Beaucoup de gens passent Noël à la plage. Certaines îles transforment les célébrations en de véritables compétitions sportives auxquelles participent des athlètes de toute l’Afrique. A la fin de ces compétitions, les athlètes, auxquels se joignent des personnes ordinaires, plongent tous dans l’océan pour se purifier des péchés de l’année passée. Noël y est aussi connu par les repas prolongés en famille. La tradition est d’offrir des cadeaux à la famille et aux proches. La veille du Jour de l’An, des feux d’artifice spectaculaires sont tirés au ciel et tout le monde danse dans les rues et assiste à des concerts en plein air.

 Ethiopie : Noël en septembre

L’Ethiopie suit exclusivement le calendrier copte qui compte 13 mois et débute le 11 septembre, connu sous le nom d’« Enkutatash » (cadeau de bijou). Selon la tradition éthiopienne, le début de leur nouvel an célèbre le voyage de la reine de Saba au cours duquel elle a reçu des bijoux précieux. La célébration dure trois jours au cours desquels les Ethiopiens participent aux offices religieux, aux chants, aux processions et aux festins. Dans leur version du réveillon du Nouvel An, les familles brûlent généralement des poêles à bois sec devant leur maison et inaugurent la nouvelle année avec des chants.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique