Lundi, 22 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Football : Les Pharaons misent sur l’Argentin Cuper

Karim Farouk, Mardi, 10 mars 2015

Le technicien argentin, Hector Cuper, est depuis lundi dernier le nouveau sélectionneur d'Egypte, jusqu'à la fin des qualifications de la Coupe du monde 2018. Mais avec une clause résolutoire, en cas d'échec de qualification à la Coupe d'Afrique des nations 2017.

Hector Cuper
Hector Cuper. (Photo : AP)

Officiellement présenté lundi dernier, l’Argentin Hector Cuper est le nouveau sélectionneur d’Egypte, jusqu’en 2018. Cuper (59 ans) recevra un salaire mensuel de 65 000 dollars. Il sera assisté de deux Argentins, de l’ancien attaquant de Zamalek Ossama Nabih et d’Ahmad Nagui, ancien entraîneur des gardiens de but d’Ahli. La nouvelle a été annoncée il y a plus de dix jours, mais les différends sur certaines clauses du contrat ont retardé la signature officielle, lundi dernier.

L’ancien entraîneur de Valence (Esp) et Inter Milan (Ita) a été un choix de dernière minute pour la Fédération Egyptienne de Football (FEF). Ce technicien argentin n’était même pas sur la liste finale des candidats que la FEF avait elle-même annoncée en février dernier. Le Français Hervé Renard était en tête d’une liste de cinq concurrents, avec Alain Giresse (France), Georges Leekens (Belgique), Uli Stielike (Allemagne) et Frank Rijkaard (Pays-Bas). Mais après l’échec des négociations avec Renard, récemment sacré champion d’Afrique avec la Côte d’Ivoire, et des obstacles avec les autres, le nom de Cuper est soudain apparu. « Renard avait demandé 85 000 euros par mois, en plus de 20 000 euros pour ses assistants. Giresse aussi avait des demandes élevées tandis que Leekens et Stielike, eux, voulaient rester avec la Tunisie et la Corée du Sud respectivement », avait déclaré Mahmoud Al-Chami, membre du conseil d’administration de la FEF. « Nous avons rejeté l’option de l’entraîneur national. Ainsi, nous avons opté pour Cuper qui a une grande expérience, qui est libre de tout engagement et avait des demandes très raisonnables », ajoute-t-il.

Ayant un grand parcours avec de grandes équipes européennes, telles que Valence, Inter Milan, Parme et Real Majorque entre autres, le technicien argentin n’a pas l’expérience des sélections. En effet, Cuper ne compte qu’un petit séjour d’un an avec la sélection de Géorgie en 2008. Par conséquent, les Pharaons seront un nouveau défi de taille pour lui. Ses jours de gloire étaient dans les années 1990 où il a pu remporter la Coupe de la Conmebol (deuxième compétition interclubs en Amérique latine), en 1996 avant de remporter deux Super Coupes d’Espagne en 1998 et 1999 avec Real Majorque et Valence respectivement.

Podium à plusieurs reprises

Pourtant, Cuper est monté sur le podium à plusieurs reprises et manqué, d’un cheveu, de nombreux titres. Il a fait un début étincelant de sa carrière d’entraîneur, en menant la formation argentine de Huracan à la deuxième place du classement en 1994, terminant à une seule longueur derrière le champion et ténor de la compétition l’Independiente.

Transféré au Real Majorque en 1998, il a mené l’équipe à la finale de la Coupe d’Espagne face au FC Barcelone. Après 120 minutes de jeu et l’expulsion de deux de ses joueurs, il a pu réaliser avec la bande de Rivaldo et Figo un nul de 1-1 avant de s’incliner lors de la session des tirs au but 5-4. L’année d’après, Cuper a mené Real Majorque à la finale de la Coupe de l’UEFA, sa meilleure performance continentale de l’histoire, pour s’incliner face à Lazio (Italie) par un but tardif de la légende tchèque Pavel Nedved. Ayant fait de grandes preuves en Espagne, il s’est hissé à un niveau supérieur en prenant en charge Valence. Il a pu redonner au club ses lettres de noblesse en réalisant ses années de gloire. Cuper a pu construire une excellente équipe avec des joueurs comme Gaizka Mendieta, Claudio Lopez, David Albelda, Kily Gonzalez, qui s’est qualifiée à la finale de la Ligue d’Europe deux fois d’affilée avant de perdre face au Real Madrid 3-0 en 2000 et au Bayern Munich sur pénaltys (1-1 en temps réglementaire) en 2001.

En 2001, il a quitté l’Espagne pour s’aventurer cette fois-ci en Italie avec l’Inter Milan. Il a perdu le titre du championnat national en 2003 au profit de son rival, la Juventus, lorsqu’il a perdu contre Lazio 4-2, lors de la dernière journée de la compétition.

Sa série de gaffes s’est poursuivie jusqu’en 2010, lorsqu’il a perdu la finale de la Coupe de la Grèce avec le club d’Aris 1-0 face au Panathinaikos. Nouvelle expérience, nouvelle équipe et nouveau continent pour lui. Malgré cela, les Egyptiens espèrent que la terre des Pharaons sera un porte-bonheur pour lui, afin qu’ils réussissent dans leur course dans la Coupe d’Afrique et la Coupe du monde. Pourquoi pas.

FOCUS

Nationalité : Argentine.

Né le 16 novembre 1955.

Carrière

1993 – 1995 : Huracan (Arg), 1995 – 1997 : Lanus (Arg), 1997 – 1999 : Real Majorque (Esp) 1999 – 2001 : Valence (Esp), 2001 – 2003 : Inter Milan (Ita), 2007 : Real Betis (Esp), 2008 : Parme (Ita), 2008 – 2009 : Sélection de Géorgie, 2009 – 2011 : Aris Thessaloniki (Grè), 2011 : Racing Santander (Esp), 2011 – 2013 : Orduspor (Tur), 2013 – 2014 : Al-Wasl (EAU),

Palmarès :

Copa Conmebol en 1996, avec Lanus.

Super Coupe d’Espagne en 1998, avec Real Majorque.

Super Coupe d’Espagne en 1999, avec Valence.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique