Jeudi, 30 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Un tremplin à Paris

Doaa Badr, Mardi, 20 novembre 2012

L’Egypte dispute, du 21 au 25 novembre à Paris, les Championnats du monde avec une jeune délégation pleine d’ambition et décidée à redorer l’image du pays.

Karate
Ossama Abdel-Aziz et ses coéquipiers visent des médailles à Paris.

Le Palais omnisports de Paris-Bercy (France) accueille du 21 au 25 novembre la 21e édition des Championnats du monde de karaté qui se déroule à Paris pour la deuxième fois depuis les Mondiaux de 1972. Pour cette édition 2012, 100 nations sont représentées et 1 000 compétiteurs sont attendus. Durant cet événement, 16 titres seront décernés, dont 12 en individuel et 4 en équipe.

Plus de 12 000 spectateurs sont également attendus chaque jour. Lors de ces Mondiaux, l’Egypte est représentée par une très jeune délégation composée de 19 athlètes, 12 en kumité (7 hommes et 5 dames) et 7 en kata. « Les 19 Egyptiens qui disputent cette édition sont très jeunes d’une moyenne d’âge de 22 ans. Avant la compétition, nous avons organisé des éliminatoires pour sélectionner l’équipe qui participe aux Mondiaux. Le vainqueur de chaque catégorie a été sélectionné », souligne Ayman Abdel-Hamid, président de la Fédération égyptienne. Ce dernier a pris en charge la Fédération égyptienne fin septembre dernier après les élections du conseil d’administration. « Depuis l’arrivée du Dr Ayman Abdel-Hamid à la tête de la fédération, c’est une nouvelle ère qui a été inaugurée, basée sur la transparence, en offrant une chance à tous les athlètes. Lors des éliminatoires, quelques athlètes expérimentés ont été éloignés de l’équipe nationale comme moi, Tamer Moussa et Abdel-Rahmane Ossama, puisque nous étions blessés juste avant. Malgré notre sortie de la sélection, nous saluons l’équité des décisions de cette nouvelle fédération et souhaitons de bonnes performances à nos coéquipiers à Paris », confie Mohanad Magdi, médaillé d’argent aux Mondiaux 2010 et 2008.

Il faut savoir que les élections du conseil d’administration de la fédération ont affecté la préparation de l’équipe nationale. Une fédération qui a commencé son travail début octobre seulement, à un moment critique puisqu’à un mois seulement des Mondiaux. « Je suis contre l’idée de détruire le système de travail des anciens avant de commencer le mien. Donc, j’ai continué à travailler en respectant le système et le programme de préparation mis en place par l’ancienne fédération. Le temps était court, mais j’ai fait de mon mieux pour exécuter le programme de la sélection nationale », dit Abdel-Hamid.

Programme physique

Sous la houlette de Mohamad Ibrahim, nouveau directeur technique de l’équipe, les Egyptiens ont effectué une préparation intensive pour les Mondiaux. Une semaine après l’élection de la nouvelle fédération, la sélection a participé à la Coupe du monde de Grèce avec une équipe complète composée de 2 athlètes dans chaque catégorie. L’Egypte est revenue de ce tournoi avec 6 médailles d’or. Puis elle a été en stage de préparation en Egypte. Lors de cette préparation, le nouvel entraîneur a concentré les athlètes sur la technique, tout en suivant le programme physique de leur nouvel éducateur physique, Mahmoud Rabie. « Le nouvel entraîneur, Mohamad Ibrahim, nous connaît bien, car il était notre entraîneur en sélection junior et entraîneur de la sélection dames senior. Donc, il a travaillé avec nous sans perdre de temps. Il diffère de l’ancien entraîneur sur deux points très importants. D’abord, il s’intéresse à la technique plus qu’au talent, ce qui nous donne la possibilité de contrôler les matchs. Puis, il s’intéresse plus à notre mental et notre état psychologique, ce qui nous aide à nous concentrer à 100 % sur l’entraînement. C’est ça la nouvelle fédération, elle s’occupe plus des athlètes, de leurs demandes et de leurs besoins »,déclare Ossama Abdel-Aziz, karatéka de la catégorie +80 kg.

Pleins d’optimisme, les karatékas égyptiens préparent les Championnats du monde avec l’intention de faire mieux que lors de la dernière édition, quand l’Egypte a remporté une médaille d’argent en individuel et une de bronze dans l’épreuve par équipe. « J’ai élevé le niveau des ambitions des athlètes. Ils sont très doués et d’un très bon niveau, capables de remporter plusieurs médailles. L’Egypte a passé plusieurs années loin de la position qu’elle mérite au sommet mondial, il est temps qu’elle retrouve sa place et cela malgré le temps très court dont nous disposons »,Ayman Abdel-Hamid .

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique