Samedi, 25 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Le plein d’ambitions

Doaa Badr, Mardi, 13 novembre 2012

La jeune Egyptienne Seham Al-Sawalhi (-67 kg) a fait ses preuves en remportant la médaille d’or aux Championnats d’Afrique, qui se sont achevés le 6 novembre à Madagascar. Un résultat qui la hisse au 3e rang mondial. Portrait.

Seham Al-Sawalhi
Seham Al-Sawalhi

« Je suis très heureuse grâce àcette médaille. En montant sur la plus haute marche du podium, j’ai senti que je suis encore là. Et que malgré ma mauvaise performance aux Jeux olympiques de Londres, je pourrais continuer mon élan », confie la jeune taekwondoïste égyptienne de 22 ans, Seham Al-Sawalhi, qui vient de remporter la médaille d’or aux Championnats d’Afrique qui se sont achevés le 6 novembre à Antananarivo, la capitale malgache. « Cette édition des Championnats d’Afrique, dominée par l’Egypte, était d’un très bon niveau. Les athlètes africains ont nettement progressé ces dernières années, en particulier ceux du Sénégal, de la Tunisie et de la Côte d’Ivoire », souligne la championne d’Afrique, qui assure que l’Egypte a réalisé un exploit cette année en remportant le titre africain après plusieurs années d’absence et dans des circonstances très difficiles. « Notre préparation pour cette compétition était très médiocre. Nous avons commencé à nous préparer deux semaines seulement avant la compétition ». En effet, le conseil d’administration de la Fédération a été renouvelé à travers des élections fin septembre, c’est-à-dire un mois seulement avant ces Championnats. C’est donc un exploit que les Pharaons viennent de réaliser au championnat continental.

A Madagascar, Seham Al-Sawalhi s’est véritablement distinguée. Elle a battu en demi-finales la championne tunisienne avec une nette différence au score, 12 à 0, et l’arbitre a dû arrêter le match pour incompatibilité. En finale, le match de l’Egyptienne contre la Sénégalaise Mbassa Sakho a été très serré, mais Al-Sawalhi l’a emporté 4 à 1. « Les Africaines sont des athlètes très fortes sur le plan de la condition physique. Je me souviens que durant la finale contre la Sénégalaise, certaines frappes que je lui portais étaient douloureuses mais je devais asséner ces frappes pour marquer des points. Et après le match, j’étais épuisée tandis que ma concurrente paraissait à l’aise », dit la jeune Egyptienne qui compense la différence de force avec son talent extraordinaire et une technique de très haut niveau. Al-Sawalhi se distingue par son talent, ses techniques européennes et sa vitesse. Depuis quelques années, elle attire l’attention des fans du taekwondo avec son style de jeu unique et sa progression rapide.

Ses débuts remontent à 1997, lorsqu’elle se tourne vers le Centre de jeunesse d’Al-Assafra, à Alexandrie, pour pratiquer un sport de combat.

La championne d
La championne d'Afrique, Seham Al-Sawalhi, vise une médaille aux Mondiaux 2012.
A 6 ans donc, elle commence à pratiquer le taekwondo, un sport dont elle tombe amoureuse, et qu’elle n’a jamais songé à quitter pour une autre discipline. Dès ses débuts, elle se distingue en remportant la médaille d’or aux Championnats d’Egypte dans sa catégorie d’âge. En 2005, sa carrière professionnelle commence. Après avoir remporté la médaille d’or aux Championnats nationaux des moins de 14 ans, elle est intégrée à la sélection junior. Elle est ensuite sélectionnée en équipe senior, devenant, à seulement 15 ans, le plus jeune membre de la sélection. Elle fait alors ses preuves en remportant la médaille d’or aux Championnats d’Afrique senior 2006.

Depuis cette date, elle enchaîne les médailles dans les compétitions, et elle a décroché l’or dans toutes les compétitions africaines et arabes. « La médaille la plus précieuse pour moi est la médaille d’argent que j’ai obtenue aux Championnats du monde junior en 2008. Après cette médaille, mes ambitions ont grandi, pour passer du continental à l’international », se souvient-elle.

En 2011 et 2012, la jeune Egyptienne s’impose sur la scène internationale avec plusieurs médailles, dont la médaille d’or aux Jeux méditerranéens, la médaille d’or à l’US Open et une 4e place aux éliminatoires mondiales qualificatives pour les Jeux Olympiques (JO) de Londres 2012. Cet excellent palmarès des deux dernières années l’a propulsée au premier rang du classement mondial. Elle était donc lors des JO de Londres l’athlète la mieux classée au monde comme en Egypte.

Mais 2012 aura aussi été pour elle la plus grande déception de sa carrière avec son élimination des JO dès le premier tour. « Bien sûr que nous n’étions pas bien préparés pour les JO de Londres, puisque nous n’avons commencé la préparation qu’à quelques mois des Jeux contrairement aux autres pays qui se préparaient en continu depuis 4 ans. Mais, je dois aussi dire que mon niveau était vraiment très médiocre pendant ces JO. Je ne suis pas contente de ma performance là-bas. J’ai paniqué, j’avais très peur et je n’ai pas su me contrôler. J’arrivais à peine à placer mes combinaisons et mes mouvements. C’était comme si mes muscles refusaient d’obéir. C’était très bizarre. Il est très important d’avoir un psychologue avec nous, pour nous conseiller sur comment nous débrouiller avec ce stress », affirme la jeune fille, en ajoutant que, pour les prochains JO, la situation sera différente.

Sa médaille d’or aux Championnats d’Afrique vient compenser un peu cet échec et relance sa carrière et ses ambitions, à commencer par les Championnats du monde 2013. « Je rêve de monter sur le podium mondial et bien sûr sur le podium olympique », conclut-elle.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique