Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Et de huit

Mohamad Mosselhi, Lundi, 15 septembre 2014

Ahli a remporté dimanche son 8e titre de la Supercoupe d’Egypte après avoir battu Zamalek 5-4 aux tirs au but. Un titre important pour les Rouges qui se préparent pour les demi-finales de la Coupe de la confédération.

Et de huit

Après une scène dramatique, Ahli a réussi son 8e titre de la Supercoupe d’Egypte aux dépens de son rival éternel Zamalek qui a raté l’occasion d’ajouter une troisième Supercoupe à son palmarès.

Alors que le temps réglementaire s’est achevé sur un nul vierge, les deux équipes ont dû passer aux tirs au but qui ont fait le bonheur des Rouges. Malgré la bonne performance d’Ahmad Al-Chennawi, nouveau gardien de Zamalek, qui a bloqué les deux premiers tirs d’Ahli, le trio zamalkawi Ahmad Samir, Mohamad Kofi et Ibrahim Salah a raté à son tour 3 tirs, offrant ainsi le titre à Ahli.

Cette victoire était très importante pour Ahli, vu qu’elle a boosté le moral des joueurs avant leur rencontre capitale contre la formation camerounaise Coton Sports, samedi à l’occasion du match aller des demi-finales de la Coupe de la CAF.

Cette rencontre qui aura lieu à Garoua au Cameroun représente le grand défi d'Ahli qui espère poursuivre son parcours dans cette compétition continentale.

« Cette victoire a eu un impact positif sur l’équipe avant la demi-finale de la Coupe de la CAF. Elle va redonner confiance aux joueurs avant cette rencontre capitale », a déclaré Mohamad Naguib, défenseur de l’équipe, à la fin de la rencontre.

De même, cette rencontre était très importante pour Juan Carlos Garrido, directeur technique des Rouges, qui fait l’objet de nombreuses critiques, surtout après l’élimination de l’équipe de la Coupe d’Egypte et sa performance médiocre lors des deux dernières rencontres à la Coupe de la CAF. Mais ce titre de la Supercoupe va faire taire tous ceux qui mettaient ses capacités en doute.

Côté record, Ahli a confirmé sa supériorité sur son rival. En effet, Zamalek n’a pas réussi à battre son éternel rival pendant 18 rencontres successives (toutes compétitions confondues).

Depuis mai 2007, date de la dernière victoire de Zamalek, les deux équipes se sont affrontées 18 fois. Ahli a remporté 10 rencontres et a concédé 8 matchs nuls. La victoire de dimanche a confirmé qu'Ahli est la bête noire de Zamalek et que la victoire de ce dernier ne sera pas facile même après le recrutement de 17 nouveaux joueurs.

« Nous étions sûrs de remporter la Supercoupe, même après les deux penalties ratés. Nous sommes une équipe de champions et nous sommes habitués à ces moments difficiles », a déclaré Chérif Ekrami, gardien de but de Ahli et de la sélection, à la fin de la rencontre.

Zamalek s’améliore mais reste triste

Par ailleurs, Zamalek, qui a abordé cette rencontre en tant que grand favori, vu le recrutement effectué par le club (17 joueurs), a déçu ses supporters une autre fois.

C’est vrai que l’équipe est apparue dans une nouvelle forme, surtout en défense, mais ses défaites successives contre Ahli soulèvent à nouveau la question : quand Zamalek battra-t-il Ahli ? En effet, Hossam Hassan, nouveau directeur technique de l’équipe, a fait un grand travail, surtout en ce qui concerne la défense et le milieu de terrain. Les lacunes défensives habituelles de Zamalek ont disparu de sorte qu'Ahli n’a menacé les filets de Zamalek qu’à deux reprises, et la première était d’un coup franc. Le nouveau duo de défense, Ali Gabr et Mohamad Kofi, a joué un grand match. De même, le milieu de terrain de l’équipe qui était une grande lacune auparavant a été assez solide lors de la rencontre de dimanche. L’effet des nouvelles recrues Ibrahim Salah et Maarouf Youssef était considérable.

Mais l’équipe a beaucoup souffert au niveau offensif. Elle n’a réussi à se créer des occasions tout au long de la rencontre. La seule occasion était le résultat d’un effort individuel du nouveau milieu Aymane Hefni avec un tir hyperpuissant à la première mi-temps. Malgré les interventions de Hossam Hassan pour renforcer son attaque grâce à l’entrée des attaquants comme Khaled Qamar et Ahmad Ali, ces derniers n’ont pas réussi à marquer.

« Je suis très déçu de la défaite. Mais il faut préciser que la performance de l’équipe était complètement différente. Actuellement, Zamalek possède une équipe solide sur le terrain, ce qui n’était pas le cas dans le passé », explique Tareq Soliman, entraîneur de Zamalek.

« En ce qui concerne le niveau offensif de l’équipe, c’est clair que les grandes modifications qui ont eu lieu ont nui à son homogénéité et à sa cohésion. Avec la succession des matchs, le travail du cadre technique va porter ses fruits à tous les niveaux », ajoute-t-il.

Il est clair que le niveau de l’équipe s’est amélioré mais Mortada Mansour, président du club, a déclaré que Hossam Hassan assumait la responsabilité de cette défaite et qu’il pourrait perdre son poste avant de revenir sur ses propos .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique